« La police sans justice c’est le totalitarisme »: Eric Dupond-Moretti défend à nouveau l’institution accusée de laxisme

Par afp
22 mai 2021
Mis à jour: 23 mai 2021

Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a défendu l’institution judiciaire, accusée de laxisme par certains syndicats de policiers et élus, estimant dans un entretien au Journal du Dimanche que « la police sans justice c’est le totalitarisme ».

« Le problème de la police, c’est la justice ! », avait jugé mercredi le secrétaire général du syndicat de police Alliance lors du rassemblement de milliers de policiers devant l’Assemblée nationale.

« Cette affirmation est fausse et elle est grave », s’est indigné l’ancien avocat M. Dupond-Moretti dans le JDD.

« La police sans la justice, c’est le totalitarisme; la justice sans la police, c’est l’impuissance. Ces deux institutions méritent le respect de tous les républicains », a poursuivi le ministre, qui a par ailleurs jugé légitime la présence de son collègue de l’Intérieur Gérald Darmanin au rassemblement des policiers.

Refus de rétablir les « peines plancher »

Le garde des Sceaux a également rappelé une partie du bilan chiffré de la réponse pénale qu’il avait déjà déroulé mardi devant les députés: « en 2019, 132.000 peines d’emprisonnement ferme ont été prononcées, contre 120.000 en 2015 ».

Il a également invoqué les chiffres pour justifier son refus de rétablir les « peines plancher » que réclament les syndicats policiers pour ceux qui s’en prennent aux membres des forces de l’ordre.

Créées au début du mandat de Nicolas Sarkozy en 2007, elles prévoyaient une peine minimale incompressible pour un certain nombre de crimes et de délits et ont été supprimées sous la présidence de François Hollande en 2014.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ