La propagation du virus du PCC se voulait être un « meurtre de masse » : Gordon Chang, expert de la Chine

Par Rebecca Zhu
28 février 2021
Mis à jour: 28 février 2021

Gordon Chang, l’auteur de The Coming Collapse of China (l’effondrement imminent de la Chine), a discuté des ambitions du Parti communiste chinois (PCC) en matière de guerre biologique, d’expérimentation humaine et de la position de Biden face à la Chine dans une interview accordée à Crossroads, un programme d’Epoch Times.

Différents rapports ont déjà révélé que l’armée chinoise a recueilli les données génétiques d’étrangers, ce qui pourrait leur permettre de cibler des séquences d’ADN spécifiques, selon la race.

« [La Chine] veut les profils ADN des étrangers, car cela leur donne plus d’informations pour pouvoir faire ce dont nous avons parlé, à savoir des virus qui n’attaquent que certains groupes ethniques ou raciaux », a déclaré M. Chang. « Donc, plus ils collectent de données, plus ils ont d’informations pour le faire. »

« Et au fait, la Chine interdit également le transfert de profils de l’ADN des Chinois hors du pays. Cela donne à penser qu’ils préparent quelque chose de mauvais. »

De nombreux pays dans le monde mènent des programmes de recherche sur les armes biologiques à des fins défensives ; cependant, d’après M. Chang, la Chine a poussé délibérément le virus du PCC hors de ses frontières.

Il a déclaré qu’on ne savait toujours pas si le virus avait été transmis naturellement à partir d’un animal ou qu’il s’agissait d’une fuite accidentelle d’un laboratoire. Cependant, les mesures prises par le PCC étaient très claires.

« La Chine a annoncé que le virus était transmissible d’homme à homme seulement le 20 janvier », a déclaré M. Chang. « Si la Chine n’avait rien dit sur la contagiosité de la maladie, cela aurait été extrêmement irresponsable. Mais nous savons que la Chine a menti à ce sujet. Ils ont essayé de dire au monde que ce n’était pas contagieux alors qu’ils savaient que ça l’était. »

« Ils ont également fait pression sur les pays pour qu’ils n’imposent pas de restrictions de voyage et de quarantaines aux arrivants en provenance de Chine alors qu’ils verrouillaient leur propre pays. […] Cela signifie que [Xi Jinping] a dû penser que cela allait être efficace pour envoyer ce virus hors de Chine. »

Entre le mensonge sur la contagiosité et l’application de mesures de confinement nationales strictes tout en autorisant les voyages internationaux, M. Chang a déclaré qu’il n’y a qu’une seule conclusion à tirer.

« La Chine a délibérément propagé la maladie au-delà de ses frontières, signifiant que toutes ces personnes en sont mortes en dehors de la Chine, c’est meurtrier, il s’agit de 2,4 millions de personnes », a déclaré M. Chang. « C’est un meurtre de masse. »

Des agents de police chinois marchent devant l’entrée du musée du Palais à Pékin, en Chine, le 26 janvier 2020. (Betsy Joles/Getty Images)

M. Chang a également parlé de l’expérimentation humaine en Chine, tout comme l’a révélé l’ancien directeur du renseignement national, John Ratcliffe ; une modification du génome humain, créant ainsi une nouvelle race de « super Chinois ».

Un chercheur chinois a révélé en 2018 qu’une série de jumelles étaient nées avec succès après qu’il eut modifié un gène humain clé. Il a affirmé que ce gène avait été modifié pour que les filles deviennent résistantes au VIH, alors que d’autres experts affirment que c’était pour améliorer l’intelligence.

« Cela signifie une chose : ils n’ont aucune limite éthique à ce sujet. Cette expérience sur les jumelles a soulevé l’indignation de la communauté scientifique dans le monde entier parce que ce type d’expériences sur le génome humain est contraire à l’éthique », a-t-il déclaré. « Nous savons donc que tout est permis en Chine. »

Interrogé sur sa position concernant la position de Biden sur le Parti communiste chinois, M. Chang a déclaré que le point de vue du président était dépassé.

« Il a une sorte de vision bénigne et floue de la Chine », a déclaré M. Chang.

Il a critiqué Biden pour avoir présenté au public américain l’acte de génocide du PCC contre les Ouïghours comme des normes culturelles, disant que ce n’est pas ce qu’un président américain devrait faire.

M. Chang espère que Biden se rendra compte et comprendra la malveillance du régime chinois.

« Ils ne sont pas des concurrents dans le système international existant », a prévenu M. Chang. « Xi Jinping veut remplacer le système international. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ