La réapparition du virus à Pékin met les hauts dirigeants en face de la gravité de la situation

Par Eva Fu
18 juin 2020
Mis à jour: 18 juin 2020

La récente résurgence du virus du PCC* dans la capitale chinoise a obligé les hauts fonctionnaires à avertir qu’une situation pire est encore à venir.

Les autorités ont bouclé tous les quartiers à partir du 17 juin, après que des dizaines de cas ont été signalés sur le marché alimentaire très étendu de Xinfadi. Pékin s’efforce maintenant de contrôler les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur de la ville, en arrêtant les trains et en annulant près de 70 % des vols dans ses deux aéroports internationaux. Toutes les activités scolaires ont été suspendues.

Le 17 juin, Pékin avait officiellement signalé 137 nouvelles infections, dont 31 en 24 heures. Les autorités ont déjà sous-estimé le nombre de cas, mais l’épidémie a incité les autorités sanitaires à procéder à des tests de masse. Cette augmentation est d’autant plus préoccupante que la Chine a pris des mesures extraordinaires pour maintenir le virus hors de son centre politique.

« L’épidémie de virus à Pékin est toujours en hausse. Le risque de propagation du virus est important, et il est difficile de le contrôler », a déclaré Pang Xinghuo, directeur adjoint du Centre de contrôle et de prévention des maladies de la ville, lors d’une conférence de presse.

La nouvelle vague d’infections de la semaine dernière a incité le dirigeant chinois Xi Jinping à déclarer que la lutte contre les virus est « la tâche la plus importante et la plus urgente », selon les médias d’État, à l’occasion d’une réunion politique qui s’est tenue le 16 juin à Pékin.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Notant la forte augmentation des cas, Yang Zhanqiu, professeur au laboratoire de virologie de l’université de Wuhan, a soupçonné que le virus pouvait être réapparu encore plus contagieux qu’à Wuhan. Le virus se multiplie plus rapidement en hiver, et la chaleur de l’été aurait dû rendre sa propagation plus difficile, a déclaré le Pr Yang aux médias d’État.

Si la souche de Pékin est plus contagieuse, cela posera de nouveaux défis pour la création d’un vaccin efficace, a-t-il noté.

L’épidémie de Pékin s’est étendue à au moins quatre autres provinces du pays, dont la province voisine de Hebei, la province du Liaoning dans le nord-est, le Sichuan dans le sud-ouest, et le Zhejiang sur la côte est de la Chine. Plusieurs autres provinces ont établi des restrictions sur les voyageurs en provenance de Pékin.

La ville au bord du gouffre

La contagion naissante, qui, selon les autorités, est apparue dans la banlieue sud de Pékin, force les habitants comme Mme Chen à retourner dans leur isolement après des semaines de réglementation assouplie.

« C’est tellement effrayant », a déclaré Mme Chen à Epoch Times le 16 juin, ajoutant que les résidents ont été une fois de plus obligés de scanner le code de santé sur leur téléphone pour entrer ou sortir de leur complexe d’habitation. « Je commençais à croire que c’était presque fini, mais tout d’un coup, ça recommence. »

Les personnes qui ont été en contact avec le marché de gros de Xinfadi ou qui y travaillent font la queue pour un test d’acide nucléique pour le Covid-19 dans un centre de diagnostic, le 17 juin 2020 à Pékin. (Lintao Zhang/Getty Images)

Quelque 356 000 personnes à Pékin ont subi un test de dépistage du virus. Mme Chen, qui vit dans le district de Chaoyang, a déclaré qu’elle commandait la plupart de ses repas en ligne pour éviter de sortir.

« On ne voit plus beaucoup de gens dans les rues maintenant », a-t-elle déclaré. Elle a cessé de manger des concombres crus, sa friandise d’été, de peur qu’ils ne proviennent du marché de Xinfadi, qui, selon les autorités, est à l’origine de la nouvelle épidémie. Elle se tient également à l’écart de la viande et des fruits de mer, car les autorités chinoises ont attribué l’épidémie au saumon importé après avoir détecté le virus sur une planche à découper de saumon sur le marché – même si les experts ont déclaré que le poisson contaminé ne peut pas propager la maladie.

L’Autorité norvégienne de sécurité alimentaire a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que le poisson puisse être infecté. Le 17 juin, le ministre de la Pêche et des Produits de la mer du pays nordique a déclaré qu’il pouvait « dissiper l’incertitude » quant à la possibilité que le saumon soit la source de la maladie.

Bien que Mme Chen n’ait pas été au marché de Xinfadi, elle ne peut pas être sûre d’avoir consommé de la nourriture du marché, car les camions de Xinfadi viennent souvent dans les quartiers – y compris le sien – pour vendre des légumes, a-t-elle dit.

« La zone qu’ils desservent est tout simplement énorme », dit-elle.

Stockage

Les prix des denrées alimentaires ont été multipliés par cinq ces derniers jours, explique M. Li, qui vit dans le district de Shijingshan, dans la partie occidentale de Pékin.

Les résidents paniqués ont vidé les rayons de légumes du supermarché près de chez lui, a-t-il déclaré dans une interview. Il a fait des provisions de centaines de livres de riz et de 100 litres d’eau après avoir lu un article sur une possible pénurie alimentaire, et il persuade ses amis de faire de même.

Il a comparé cela à l’achat d’une assurance.

« Bien sûr, vous ne voulez pas avoir d’accidents, mais s’il s’en produit un, au moins vous ne serez pas complètement perdus », dit-il.

Des membres du personnel médical en tenue de protection intégrale se tiennent devant le centre sportif de Guangan pour aider les personnes devant être testées et qui vivent à proximité ou qui ont visité le marché Xinfadi, un marché de gros alimentaire où un nouveau foyer de coronavirus Covid-19 a émergé, à Pékin le 16 juin 2020. (Noel Celis/AFP via Getty Images)

Un de ses amis est actuellement en quarantaine à la maison en attendant les résultats des tests. Li, qui n’a pas été invité à se faire tester, s’est demandé si les résultats des tests seraient significatifs. Des centaines de jours seraient nécessaires pour que Pékin puisse tester tous ses 21 millions d’habitants, étant donné la capacité actuelle de 90 000 tests par jour, a-t-il noté.

« Ce serait inimaginable », a-t-il déclaré. « Il n’y a aucune garantie qu’ils puissent garder l’épidémie sous contrôle. »

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ