La Russie approuve un premier médicament pour le traitement contre le Covid-19

Par Zachary Stieber
3 juin 2020
Mis à jour: 3 juin 2020

La Russie a approuvé un médicament contre le Covid-19. C’est la première fois que les autorités donnent le feu vert à un médicament contre la nouvelle maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

Les hôpitaux pourront bientôt commencer à donner aux patients le favipiravir, un médicament traditionnellement utilisé contre la grippe, à la suite de l’autorisation du ministère russe de la Santé, du Fonds d’investissement direct russe (RDIF) et du groupe ChemRar en début juin, a-t-on déclaré samedi.

Avifavir, la version russe du médicament, « est le premier médicament antiviral russe qui s’est avéré efficace dans les essais cliniques », a déclaré le RDIF, dans un communiqué. Le médicament « a montré une grande efficacité dans le traitement des patients atteints du coronavirus lors des essais cliniques », a-t-il ajouté.

Les données intermédiaires d’essais cliniques sur le médicament contre le Covid-19 ont aidé à convaincre les responsables d’émettre une autorisation temporaire.

« L’Avifavir est non seulement le premier médicament antiviral enregistré contre les coronavirus en Russie, mais c’est aussi peut-être le médicament anti-Covid-19 le plus prometteur au monde », a déclaré Kirill Dmitriev, le PDG du RDIF, dans un communiqué.

Une période de développement et d’essais « d’une durée sans précédent » en Russie a permis à l’afivavir de devenir rapidement le premier médicament enregistré au monde basé sur le favipiravir, a-t-il ajouté.

Près de 60 000 doses seront livrées dans les hôpitaux du pays ce mois-ci, les premiers lots étant destinés au Service fédéral russe de surveillance des soins de santé. Les premières livraisons sont prévues pour le 11 juin.

Les Russes n’auront pas à payer pour le médicament.

Les comprimés anti-influenza Avigan produits par la société japonaise Fujifilm sont exposés à Tokyo dans un dossier photo de 2014. (Kazuhiro Nogi/AFP via Getty Images)

L’Avifavir perturbe la reproduction du virus du PCC, ont déclaré les responsables de la santé. Un essai a révélé un temps de récupération médian de quatre jours contre neuf, avec la thérapie habituelle, ainsi qu’un impact sur la température du corps et le nombre de jours avant un test négatif.

L’Avifavir n’a montré aucun effet secondaire nouveau ou non signalé auparavant, ont déclaré les chercheurs.

Le médicament a été lié à la mort de fœtus lors d’études sur des animaux.

D’autres essais impliquant l’Université d’État de Moscou Lomonosov et d’autres institutions sont en cours.

Il n’existe pas de vaccin contre le virus du PCC et les scientifiques du monde entier s’affrontent pour prouver l’efficacité et la sécurité des traitements existants et expérimentaux contre le Covid-19.

Le remdesivir et l’hydroxychloroquine ont tous deux donné des résultats positifs chez certains patients. Des inquiétudes sont apparues quant à l’efficacité du premier, tandis que les effets secondaires du second indiquent qu’il faut éviter de le donner à certains groupes.

L’Avifavir, également connu sous le nom d’Avigan, a été développé par des chercheurs japonais il y a quelques décennies. La branche santé de Fujifilm détenait le brevet, mais celui-ci a expiré l’année dernière, ce qui a permis de développer le médicament à l’extérieur du pays.

Le mois dernier, Fujifilm a déclaré qu’il augmentait la production de ce médicament après que des chercheurs en Chine aient découvert qu’il était efficace contre le Covid-19.

Des chercheurs de plusieurs autres pays, dont l’Égypte et les États-Unis, ont également testé le médicament contre cette nouvelle maladie.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ