La Turquie vante la qualité de ses hôpitaux contre la pandémie

Par Epoch Times avec AFP
28 mai 2020
Mis à jour: 28 mai 2020

Lorsque le nombre de cas de nouveau coronavirus s’est mis à exploser en Turquie en avril, nombreux sont ceux qui redoutaient un scénario « à l’italienne », avec des hôpitaux débordés et une mortalité élevée.

Et même si le gouvernement avait très tôt fermé les écoles, les mosquées et les espaces publics, le président Recep Tayyip Erdogan était critiqué pour son refus d’imposer un confinement total afin de ménager la fragile économie.

Mais moins d’un mois plus tard, la Turquie affirme avoir maîtrisé l’épidémie, mettant en avant un taux de mortalité remarquablement bas. Et elle a commencé à assouplir les mesures restrictives.

La Turquie enregistre un taux de mortalité de 2,8%

Depuis l’apparition du premier malade officiellement testé positif au Covid-19, la Turquie a enregistré environ 160.000 cas et moins de 4.500 morts, soit un taux de mortalité de 2,8%.

Ce taux est inférieur à celui des pays voisins, comme la Grèce (6%), l’Iran (5,4%) et l’Irak (3,5%), selon l’université américaine John Hopkins, qui s’appuie sur les chiffres officiellement communiqués par ces pays.

-Des cercueils de personnes décédées officiellement de maladies contagieuses sont exposés devant des proches et des responsables, tous portant des masques faciaux, dans une morgue d’Istanbul, le 1er avril 2020. Photo par Bulent Kilic / AFP via Getty Images.

Les autorités mettent cette faible mortalité sur le compte de mesures strictes visant à protéger les seniors et des infrastructures de santé performantes.

Le système de santé a connu une « profonde transformation »

Pour le docteur Cevdet Erdöl, recteur de l’Université des Sciences de la Santé et ancien député du parti de M. Erdogan, l’AKP (islamo-conservateur), le système de santé a connu une « profonde transformation » au cours des 20 dernières années.

Les hôpitaux construits récemment « ont des chambres conçues pour accueillir un patient, deux tout au plus », ajoute-t-il, expliquant que ces espaces peuvent facilement être reconvertis pour accueillir des personnes contaminées en période d’épidémie.

« La situation est globalement sous contrôle », s’est réjoui lundi le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin, dans une interview à France 24.

Certains rejettent toute autosatisfaction

Mais d’autres en Turquie rejettent toute autosatisfaction, relevant l’opacité des chiffres publiés quotidiennement par le gouvernement.

Kayihan Pala, membre du groupe de travail sur le coronavirus au sein de la principale association de médecins en Turquie, la TTB, estime que si le gouvernement a initialement bien réagi face à la pandémie, « le processus n’a pas été transparent ».

-Le ministère de l’Intérieur continue de restreindre les déplacements entre 24 villes, un couvre-feu est toujours en place pour les personnes de plus de 65 ans et de moins de 20 ans, les écoles, les cafés, les bars et les entreprises non essentielles restent fermés. Photo de Chris McGrath / Getty Images.

« Je pense qu’il n’est pas approprié de crier victoire au sujet d’un phénomène qui a causé la mort de tant de personnes », dit-il à l’AFP.

Les calculs de comptage pas exact

Selon lui, Ankara ne suit pas les critères de l’Organisation mondiale de la santé pour compter les décès, ne recensant que les personnes qui avaient été testées positives au Covid-19 avant de mourir.

Les autorités turques affirment par ailleurs que leur succès face à l’épidémie s’explique aussi par le fait que les personnes âgées de plus de 65 ans et celles souffrant de maladies chroniques ont très tôt été strictement confinées.

Dans une analyse publiée par l’Institut Montaigne, les chercheurs turcs Evren Balta et Soli Özel isolent notamment le soin particulier accordé aux personnes âgées comme facteurs expliquant le faible taux de mortalité en Turquie.

Les seniors vivent en famille

Ils rappellent par exemple que les seniors vivent traditionnellement avec leur famille, et que « placer un parent dans une maison de retraite est culturellement tabou ».

Ankara affirme par ailleurs ne pas avoir connu de pénurie de matériel et a même fourni des équipements à d’autres pays.

Mais M. Pala, de la TTB, accuse le gouvernement de ne pas avoir fourni assez d’équipements aux soignants turcs au début de la pandémie.

Erdogan accusé de privilégier l’économie

Malgré des chiffres plutôt flatteurs, le gouvernement a essuyé de nombreuses critiques. M. Erdogan a ainsi été accusé de privilégier l’économie en n’imposant pas un confinement total, quitte à mettre des vies en danger.

L’un des principaux syndicats turcs, le DISK, a affirmé en avril que ses membres avaient trois fois plus de chances d’être infectés que le reste de la population.

Les autorités ont privilégié une approche plus ciblée avec un confinement limité au week-end et aux jours fériés.

La première mesure de ce type, prise en avril, n’a été annoncée que deux heures avant son entrée en vigueur, provoquant la panique de millions de Turcs qui se sont précipités en foule dans les magasins.

Le pouvoir a aussi été critiqué pour sa gestion jugée trop laxiste du retour de milliers de pèlerins de La Mecque, qui pour beaucoup n’ont pas été placés en quarantaine immédiatement.

 

RECOMMANDÉ