La vague de chaleur est due à la variation naturelle du climat et non au réchauffement de la planète selon un spécialiste des phénomènes météorologiques exceptionnels

Par Isaac Teo
12 juillet 2021
Mis à jour: 12 juillet 2021

Alors que la vague de chaleur exceptionnelle qui a touché les provinces de l’Ouest du Canada s’estompe, un ex-chercheur travaillant pour le ministère de l’Environnement canadien affirme que ce phénomène météorologique, bien qu’inhabituel, a été causé par la variabilité naturelle du climat et est comparable aux vagues de chaleur qui se sont produites au cours des décennies 1920 et 1930.

« Cette vague de chaleur a été exceptionnelle, mais elle n’indique pas de problèmes graves liés au changement climatique », a déclaré Madhav Khandekar, un expert des phénomènes météorologiques exceptionnels, au journal Epoch Times. « Je pense que cela fait partie de la variabilité naturelle du climat que nous avons tendance à oublier. »

Au plus fort de la vague de chaleur, la ville de Lytton, en Colombie-Britannique, a établi un record canadien de 49,6 degrés Celsius le 29 juin. Le 2 juillet, Lisa Lapointe, médecin légiste en chef de la Colombie-Britannique, a déclaré qu’il y avait eu 719 décès soudains et inattendus au cours d’une période de sept jours, soulignant que les conditions météorologiques extrêmes étaient un facteur important.

Seattle, Portland et d’autres villes américaines ont également battu des records de chaleur, les températures dépassant par endroits 46 degrés Celsius.

Bien que certains écologistes et climatologues affirment que le changement climatique dû à l’homme est à l’origine de ces phénomènes météorologiques exceptionnels, M. Khandekar ne partage pas cet avis.

« Sont-elles dues au réchauffement de la planète ou aux soi-disant émissions humaines de CO2 ? La réponse est non », dit-il.

« Par exemple, pendant la décennie des années 30, souvent appelée ‘bol de poussière’ en Amérique du Nord, il y a eu de graves vagues de chaleur, et la température la plus élevée au Canada a été enregistrée dans une petite ville de la Saskatchewan en juillet 1937 – 45 degrés [Celsius] », a-t-il déclaré.

« En juillet 1936, pendant une dizaine de jours, Toronto, où je vis actuellement, a enregistré la température la plus élevée de 41 degrés Celsius sans aucune correction d’humidité pendant trois jours consécutifs. Cela a donné lieu à la vague de chaleur la plus meurtrière du Canada, au cours de laquelle plus de 1 100 personnes sont malheureusement mortes, principalement de déshydratation et du manque d’air conditionné. »

Il a également déclaré que le Canada et d’autres régions du monde connaissent régulièrement des températures extrêmement froides, comme au cours de l’hiver 2018, lorsqu’un « avertissement de froid extrême » a été émis pour la majeure partie du Nouveau-Brunswick. Il se demande pourquoi certains s’emparent des épisodes de températures extrêmes comme preuve du réchauffement climatique, mais ignorent les épisodes de froid exceptionnel, qui, selon lui, font tous partie des variations naturelles du climat.

M. Khandekar affirme qu’il n’y a pas de lien direct entre les émissions de CO2 et le changement climatique, et que le climat est principalement déterminé par les variations du rayonnement solaire.

« Il est important de savoir que, peu après la Seconde Guerre mondiale, les émissions humaines de CO2 ont commencé à augmenter dans le monde entier en raison de l’importante activité industrielle de l’après-guerre. Il est intéressant de noter qu’il y a eu un refroidissement global entre 1947 et 1977-79 (…) de la température moyenne globale d’environ un quart de degré », a-t-il déclaré.

Dans un document de recherche de 2013 intitulé « Les événements météorologiques extrêmes sont-ils en augmentation ? », M. Khandekar a présenté ses conclusions selon lesquelles la température moyenne mondiale a effectivement augmenté après 1977 jusqu’à atteindre son « pic en 1998 et est restée plus ou moins inerte par la suite. » Toutefois, en 2002, elle a recommencé à baisser.

« En janvier et février 2012, les températures ont chuté localement en Europe orientale et centrale jusqu’à -40 degrés Celsius, [entraînant] plusieurs centaines de décès en Europe orientale. La rigueur de l’hiver 2002-03 a été ressentie jusqu’au Vietnam et au Bangladesh, où plusieurs centaines de personnes sont mortes d’une longue exposition au froid », indique le document, qui ajoute que des hivers nettement plus froids et plus neigeux ont également été observés en Amérique du Nord en 2002-03, 2007-08 et 2009-10.

De nombreuses régions d’Amérique du Sud ont également connu des hivers plus froids entre 2008 et 2013, indique le document. Par exemple, certaines localités d’Argentine ont enregistré des températures allant jusqu’à -25 Celsius, et en juillet 2007, il est tombé de la neige à Buenos Aires, pour la première fois depuis 1918.

Madhav Khandekar, ancien chercheur scientifique du Ministère de l’Environnement du Canada et spécialiste des phénomènes météorologiques extrêmes. (Avec l’aimable autorisation du Dr. Madhav Khandekar)

Selon M. Khandekar, les températures moyennes enregistrées aujourd’hui en Amérique du Sud et en Australie sont beaucoup plus froides que la normale, avec des gelées et de la neige dans le sud du Brésil.

Aux alentours du 28 juin, des pays comme l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay, la Bolivie et le Brésil ont connu « des vagues de froid exceptionnelles et sans précédent, avec des chutes de neige historiques dans certaines régions », selon la ressource en ligne Severe Weather Europe. « Une grande partie du continent a connu des températures inférieures de 15°C à la normale. »

Contrairement au réchauffement de la planète, M. Khandekar pense que le soleil va entrer dans le « grand minimum solaire » dans un avenir proche, ce qui signifie que « nous nous dirigeons vers un climat plus frais dans les 10 à 20 prochaines années ».

Il ajoute qu’il est important que les Canadiens aient accès aux données sur les températures moyennes mondiales pour comprendre l’ensemble des problèmes climatiques.

« Si davantage de Canadiens voient ces tendances de température moyenne, ils comprendront que le changement climatique est très complexe. La concentration de CO2 peut augmenter, mais cela n’entraîne pas un réchauffement, un réchauffement constant du climat de la Terre. »

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ