La vérité sur les effets secondaires de l’anesthésie péridurale pendant l’accouchement

Par La Gran Epoca
11 décembre 2019 Mis à jour: 11 décembre 2019

Le but de cet article est de faire la lumière sur certains faits inconnus sur les effets secondaires des injections épidurales et donner par la même occasion quelques alternatives naturelles pour le soulagement de la douleur pendant l’accouchement.

Bien que tout le monde n’expérimente pas les effets secondaires de l’anesthésie épidurale, il est bon d’être conscient des complications possibles, et cet article présente des études médicales afin que vous puissiez savoir ce que la recherche actuelle dit réellement.

Qu’est-ce qu’une péridurale ?

Une péridurale est un anesthésique local qui est injecté dans une poche près de la moelle épinière, appelée l’espace épidural lombaire. Le processus commence par l’insertion d’un petit tube qui fournit des médicaments près des nerfs responsables de la douleur pendant le travail. L’intervention dure de 5 à 10 minutes et le soulagement de la douleur commence souvent dans les 15 minutes qui suivent.

Les péridurales soulagent la douleur dans une région du corps, tout en permettant aux patients de rester pleinement conscients

La novocaïne est souvent utilisée comme anesthésique rachidien pour prévenir l’apparition et la transmission de l’influx nerveux.

Les complications épidurales ne sont pas inconnues, et de graves effets secondaires épiduraux sont possibles. Les épidurales soulagent la douleur régionale tout en permettant aux patients de rester pleinement conscients. L’intervention diminue la douleur en bloquant les signaux nerveux provenant de la motricité et des nerfs sensoriels, tout en immobilisant habituellement le bas du corps.

Il convient de noter que les épidurales diminuent la douleur, mais ne fournissent pas un soulagement total, car cela nuirait aux réflexes naturels de poussée du corps.

Impact sur les hormones

Les effets secondaires indésirables de l’épidurale peuvent interférer avec le processus naturel de l’accouchement et le lien mère-bébé. (satyatiwari/Pixabay)

Avant d’entrer dans le large éventail d’effets secondaires possibles des épidurales, il est important d’expliquer comment les hormones sont affectées. Pendant la grossesse et l’accouchement, les hormones fluctuent en fonction des besoins de votre corps et de ceux du bébé, pour qu’il se développe correctement et que vous restiez en bonne santé.

L’une des hormones les plus importantes que nous avons est l’ocytocine. Elle est responsable des contractions, de la réduction de l’anxiété, des sentiments de sécurité et de satisfaction, et contribue au lien entre la mère et son bébé.

Pendant l’accouchement, l’organisme règle lui-même la quantité d’ocytocine nécessaire. Dans les premières étapes de l’accouchement, des impulsions d’ocytocine sont libérées toutes les trois à cinq minutes. Cela aide à stimuler les contractions rythmiques lorsque le bébé descend par le canal de la naissance.

Le soulagement de la douleur épidurale entraîne une réduction de l’ocytocine naturelle.

Au fur et à mesure que le travail progresse, le corps réagit et l’ocytocine est libérée de plus en plus pour aider à faciliter le réflexe d’éjection fœtale à la naissance. Après la naissance, l’hormone facilite le passage du placenta et stimule un lien sain entre la mère et le bébé. Toutefois, avec une épidurale, la production naturelle d’ocytocine est inhibée, ce qui entraîne une diminution des concentrations plasmatiques d’ocytocine.

En raison de cet effet secondaire épidural, beaucoup de femmes reçoivent Pitocin ou Syntocinon, des formes synthétiques de cette hormone essentielle, l’oxytocine. Ils ne sont pas naturels et sont souvent prescrits pour induire des contractions avant le début naturel de l’accouchement ou au milieu de l’accouchement, pour renforcer les contractions. Si cette dernière partie semble contradictoire, c’est parce qu’elle l’est vraiment.

Le soulagement de la douleur sous forme d’épidurale entraîne une réduction de l’ocytocine naturelle, nécessitant l’administration de sa forme synthétique pour obtenir les mêmes résultats.

En fait, les études montrent que l’un des effets secondaires d’une péridurale est de ralentir le processus de l’accouchement, ce qui entraîne une probabilité trois fois plus élevée d’avoir des ocytociques sur ordonnance.

On pense que les épidurales font durer l’accouchement plus longtemps, parfois jusqu’à huit heures supplémentaires.

En plus d’un travail prolongé, une diminution de l’ocytocine naturelle peut causer des difficultés à allaiter.

Comme mentionné ci-dessus, l’ocytocine est importante pour de nombreuses fonctions, y compris le lien mère-enfant et le « réflexe d’éjection » nécessaire à la lactation. L’ocytocine se produit également naturellement après la naissance pour stimuler la contraction de l’utérus et prévenir ainsi l’hémorragie post-partum. Ce n’est pas une hormone que vous pouvez vous permettre d’avoir en déficit pendant l’accouchement ou la récupération.

Ce n’est pas seulement la mère qui produit de l’ocytocine pendant l’accouchement ; le bébé produit aussi de l’ocytocine, ce qui entraîne la libération d’« hormones de l’amour » tant pour la mère que pour le bébé. Les niveaux augmentent encore davantage en cas de contact peau à peau, ce qui augmente considérablement le potentiel de liaison mère-enfant. C’est l’un des effets secondaires de l’épidurale qui n’est pas souvent considéré : quand le niveau d’ocytocine d’une mère diminue pendant l’accouchement, le niveau de son bébé descend aussi.

Les effets secondaires de l’épidurale pour la mère :

(ConexaoCabeca/Pixabay)

– Inhibe la production d’ocytocine.
– Triple l’incidence de l’induction avec l’ocytocine synthétique (Pitocine).
– Inhibe la production de catécholamines.
– Limite la libération de prostaglandine F2 alpha.
– Prolonge la durée de l’accouchement.
– Triple le risque de déchirures vaginales sévères.
– Peut augmenter le risque de césarienne 2,5 fois.
– Multiplie par quatre la probabilité que le bébé continue de se présenter par le postérieur même à la phase finale.
– Diminue les chances d’accouchement vaginal spontané.
– Augmente la probabilité de complications liées à l’accouchement à l’aide d’instruments (y compris les pompes à vide et les forceps).
– Accroît le risque de problèmes du plancher pelvien (y compris les problèmes anaux, sexuels et urinaires).
– Cause des risques de complications dues aux infections, aux abcès périduraux et à l’ostéomyélite vertébrale.
– Crée des complications potentielles à la suite d’une éventuelle perforation accidentelle de la moelle épinière.
– Crée des lésions nerveuses permanentes potentielles.

Les effets secondaires de l’épidurale pour le bébé :

(Fredy_Martinez_Photograph/Pixabay)

– Provoque des déficits neurologiques et de développement en raison de la toxicité connue des médicaments épiduraux.
– Affecte le système immunitaire du nouveau-né.
-Augmente le risque de séjours en USIN (Unité de soins intensifs néonatals) des nouveau-nés à terme.
– Peut interférer avec l’allaitement et les liens mère-enfant.
– Augmente le risque de bradycardie fœtale.
– Peut compromettre l’approvisionnement en oxygène et en sang du fœtus.
– Retarde l’élimination des médicaments périduraux en raison de l’immaturité du système immunitaire du bébé.
– Augmente la vulnérabilité à l’hypoglycémie.
– Risques d’anomalies comportementales au cours des six premières semaines.

Soulager la douleur de l’accouchement

Aujourd’hui, les épidurales sont si courantes que de nombreuses femmes pensent que c’est sécuritaire. Cependant, dans la grande majorité des naissances, les épidurales ne sont pas nécessaires. Bien que la douleur soit réelle et que chaque femme ressente la douleur de différentes façons, il existe des moyens efficaces de contrôler la douleur de l’accouchement.

Donner naissance est une expérience personnelle. Il n’y a pas deux femmes qui vivent l’accouchement de la même façon, et les niveaux de douleur varient considérablement. Il est important de trouver le juste milieu entre la douleur et la toxicité que les épidurales introduisent pour vous et votre bébé.

Les effets secondaires des épidurales peuvent varier de légers à graves, tel que mentionné ci-dessus. Lorsqu’elle est combinée à l’ocytocine synthétique, le travail peut être plus long et peut causer un stress important à la mère et au bébé.

Les effets secondaires indésirables de l’épidurale peuvent interférer avec le processus naturel de l’accouchement et le lien mère-enfant. Bien sûr, dans certaines circonstances, les épidurales peuvent être utiles, en particulier dans le cas d’une césarienne.

Prenez le temps d’enquêter et de prendre une décision éclairée quand il s’agit de la gestion de la douleur pendant l’accouchement.

Dr Josh Axe, DNM (Doctors of natural medicine), DC (doctors of chiropractic), CNS (Certified Nutritional Specialist), est docteur en médecine naturelle, nutritionniste clinique et auteur. Il promeut l’utilisation des aliments comme médicaments. Il a récemment écrit Eat Dirt (Traduit de l’anglais : Manger de la saleté) et Gut Repair Cookbook (Traduit de l’anglais : Livre de Recettes pour réparer vos intestins), et exploite l’un des plus grands sites de santé naturelle au monde sur DrAxe.com.

*****

RECOMMANDÉ