La vie en ville peut augmenter le risque de dépression, d’anxiété et de psychose

Par La Gran Epoca
4 janvier 2020 Mis à jour: 4 janvier 2020

Plus de la moitié de la population mondiale (4,2 milliards de personnes) vit dans des villes. Ce nombre devrait augmenter, puisque l’on estime que 68 % de la population mondiale vivra dans des zones urbaines d’ici 2050.

Parmi les mégalopoles du monde, qui sont définies comme des zones urbaines de plus de 10 millions d’habitants, Tokyo, au Japon, est la plus grande, avec 37 millions de citoyens. Elle est suivie par Delhi, en Inde (29 millions) et Shanghai, en Chine (26 millions). Au Royaume-Uni, après plusieurs décennies de migration des zones rurales vers les zones urbaines, 83 % de la population vit en milieu urbain, et Londres est devenue la première mégapole européenne.

Les effets néfastes de la vie urbaine sur la santé physique sont reconnus depuis longtemps, notamment les taux plus élevés de maladies cardiovasculaires et respiratoires. Plus récemment, cependant, on a constaté que la vie urbaine peut également avoir des effets néfastes sur la santé mentale.

Le risque de développer une dépression, le trouble mental le plus courant au monde, caractérisé par une humeur sombre et un sentiment d’impuissance, est 20 % plus élevé chez les citadins que chez ceux qui vivent en dehors de la ville.

Par ailleurs, le risque de développer une psychose, un trouble psychiatrique grave associé à des hallucinations, des délires, une paranoïa et une pensée désorganisée, est 77 % plus élevé chez les citadins que chez les ruraux.

Le risque de développer un trouble d’anxiété généralisée, un état d’esprit caractérisé par un sentiment d’anxiété et un sentiment de danger imminent ou de panique, est également 21 % plus élevé chez les citadins que chez les ruraux.

Plus le temps passé dans un environnement urbain pendant l’enfance et l’adolescence est important, plus le risque de développer une maladie mentale à l’âge adulte est élevé. Cette association « exposition-réponse » fournit un appui indirect à une relation causale entre la vie urbaine et la maladie mentale.

La vie urbaine provoque des changements au sein d’un réseau de régions du cerveau impliquées dans le développement de la maladie mentale. (David Dee Delgado/Getty Images)

Science du cerveau

Ces résultats épidémiologiques sont étayés par les sciences du cerveau. Dans une étude pionnière en 2011, les chercheurs ont mesuré l’activation neuronale lors d’une tâche induisant un stress.

Comme prévu, tous les participants ont montré une activation neuronale accrue au sein du système limbique, un groupe de structures de l’encéphale qui joue un rôle clé dans la régulation quotidienne de nos émotions. Dans ce groupe, l’activation neuronale de l’amygdale, le centre du cerveau responsable du « combat ou de la fuite », était corrélée à la taille de la ville dans laquelle résidait un individu au moment de l’expérience. Et l’activation neurale du cortex cingulaire antérieur, une région impliquée dans le traitement du stress social, était corrélée avec le temps qu’un participant avait vécu dans une ville pendant son enfance.

Il est intéressant de noter que d’autres études ont montré des altérations similaires chez les personnes qui présentent un risque génétique élevé de développer des troubles psychiatriques. Cela appuie la notion selon laquelle la vie urbaine entraîne des changements au sein d’un groupe de structures de l’encéphale impliqué dans le développement de la maladie mentale.

Facteurs sous-jacents

Ensemble, les études épidémiologiques et neuroscientifiques fournissent des preuves convergentes que, en fait, les personnes vivant en milieu urbain sont plus à risque de souffrir de problèmes de santé mentale. Quels sont donc les facteurs spécifiques à l’environnement urbain qui augmentent le risque de développer de tels problèmes ?

Les études épidémiologiques ont identifié un grand nombre de facteurs. Certains d’entre eux mettent en évidence des problèmes potentiels en milieu urbain, tels que l’accès réduit aux espaces verts et les niveaux élevés de bruit et de pollution de l’air. D’autres facteurs sont liés à l’environnement social, tels que la solitude, la criminalité perçue et réelle, et les inégalités sociales.

Ces études étaient basées sur la collecte d’un seul échantillonnage ponctuel par participant et ne pouvaient donc pas saisir les environnements multiples et divers que la plupart des gens vivent pendant la journée. Mais certaines nouvelles études utilisent les technologies des téléphones intelligents pour recueillir de multiples mesures au cours de la vie quotidienne des gens. Urban Mind, par exemple, est un projet de science grand public qui utilise une application pour smartphone pour mesurer l’expérience de la vie urbaine ou rurale en temps réel.

Il est important de reconnaître que les facteurs de l’environnement urbain qui augmentent le risque de maladie mentale ne sont pas des aspects intrinsèques ou inévitables de la vie urbaine. Elles sont plutôt le résultat d’une mauvaise planification, conception et gestion, et pourraient être inversées. Ce qui nous amène à la question suivante : la vie urbaine pourrait-elle être bonne pour notre santé mentale ?

La vie urbaine peut apporter de grands avantages à la santé mentale en augmentant les possibilités d’éducation, d’emploi, de socialisation et d’accès aux soins spécialisés. (StockSnap / Pixabay)

Le bon côté des choses

Bien que la recherche existante se concentre sur les impacts négatifs de la vie urbaine sur la santé mentale et qu’elle présente l’urbanisation rapide qui a lieu partout dans le monde comme un défi pour l’humanité, il est trop simpliste de dire que vivre dans une ville menacera nécessairement toujours la santé mentale, pour au moins trois raisons.

Premièrement, la vie urbaine est un phénomène complexe, contradictoire et difficile à définir, avec peu de points communs entre l’habitant d’une banlieue protégée et celui d’une ville verte ; ou entre les processus d’embourgeoisement et ceux du déclin du centre-ville. Selon cette notion, l’incidence de la dépression dans les zones urbaines est plus faible lorsque les gens ont accès à des logements et à des espaces verts de qualité.

Deuxièmement, nous savons que toutes les dimensions de la santé, et la santé mentale en particulier, dépend à la fois de la nature et de l’éducation. Par exemple, les nouvelles données de l’épigénétique, qui examine comment l’environnement affecte l’expression des gènes, suggèrent que l’impact qu’aura la vie urbaine sur une personne dépend de sa constitution génétique préexistante.

Troisièmement, pour de nombreuses personnes, la vie urbaine peut apporter de grands avantages à la santé mentale en augmentant les possibilités d’éducation, d’emploi, de socialisation et d’accès aux soins spécialisés. S’installer dans une ville peut être le premier pas vers la réalisation de son plein potentiel et une condition nécessaire pour avoir accès à des communautés ayant des intérêts et des valeurs similaires.

En fin de compte, les villes offrent une série d’obstacles et de possibilités, de liberté et de captivité, qui peuvent nous mettre au défi et nous nourrir, souvent en même temps.

Andrea Mechelli est professeur d’intervention rapide en santé mentale au King’s College London. Cet article a été publié à l’origine dans The Conversation.

*****

RECOMMANDÉ