L’accord Emirats-Israël pourrait rapprocher entrepreneurs israéliens et iraniens

Par Epoch Times avec AFP
23 août 2020
Mis à jour: 23 août 2020

L’accord de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis pourrait permettre à des entreprises de l’Etat hébreu d’étendre leurs activités aux portes de l’Iran, son ennemi juré, mais ne devrait pas perturber les liens économiques entre Abou Dhabi et Téhéran.

L’accord pourrait aussi ouvrir la voie à des accords économiques directs entre des Israéliens et des entrepreneurs iraniens basés aux Emirats, selon des experts.

Mais cela prendra « du temps » avant que des Iraniens aux Emirats se retrouvent face à face avec des Israéliens, estime Cinzia Bianco, chercheuse au Conseil européen pour les relations internationales.

L’accord Emirats-Israël une opportunité, non un problème

« Les Iraniens aux Emirats sont en général les entrepreneurs les plus pragmatiques, qui refusent d’être mêlés à la politique. Certains d’entre eux voient cet accord comme une opportunité, non un problème », poursuit la chercheuse.

Avec cet accord, les Emirats sont le premier Etat du Golfe à établir des relations avec Israël, dans une période de tensions croissantes avec l’Iran, accusé par ses voisins d’alimenter l’instabilité régionale.

Abou Dhabi et Téhéran se disputent la souveraineté sur trois îles dans le Golfe depuis 1971 et les Emirats ont réduit leurs relations avec la République islamique en 2016, sur fond de rivalité entre son allié, l’Arabie saoudite, et l’Iran.

Malgré ces tensions, les Emirats et l’Iran, séparés par 70 km et le détroit d’Ormuz, ont maintenu des liens diplomatiques et protégé leurs échanges économiques générant des milliards de dollars pour chacun.

« Téhéran n’est pas en position de se passer de liens économiques avec n’importe quel pays, et surtout pas les Emirats » voisins, affirme Ellen R. Wald, chargée de recherche à l’Atlantic Council Global Energy Center.

Deux jours après l’annonce par le président américain Donald Trump de l’accord de normalisation, le président iranien Hassan Rohani a mis en garde les Emirats qui ont « ouvert la voie à Israël dans la région ». 

L’accord n’est pas dirigé contre l’Iran

Abou Dhabi a convoqué l’ambassadeur iranien pour protester contre ces « menaces », tout en soulignant le lendemain que l’accord « n’était pas dirigé contre l’Iran ». 

Mais les tensions sont toujours importantes dans le détroit d’Ormuz, corridor vital connectant les riches pays pétrolier du Moyen-Orient avec les marchés asiatique, européen, ou encore nord-américain.

D’après l’Agence d’information sur l’énergie (EIA), 35% du transport pétrolier maritime passe par le détroit d’Ormuz.

Un bateau émirati saisi par l’Iran

L’Iran a saisi la semaine dernière un bateau émirati et arrêté son équipage après la mort de deux pêcheurs iraniens dans un incident maritime dans le Golfe.

Mais le ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé qu’Abou Dhabi avait promis « une compensation pour tout dommage causé ».

Le commerce entre les Emirats et l’Iran représente des milliards de dollars, Dubaï servant historiquement de centre offshore pour les entreprises iraniennes.

Les échanges entre les deux producteurs de pétrole ont représenté 8,3 milliards de dollars (environ 7 milliards d’euros) en 2019, contre 15,2 milliards de dollars en 2018, avant que les sanctions américaines n’atteignent leur plus haut en mai 2019.

Les entrepreneurs iraniens se plaignent que les sanctions américaines entraînent des suspensions ou des interdictions de services bancaires mais elles ne les empêchent pas en réalité de faire du commerce.

6.000 commerçants iraniens présents aux Emirats

Téléphones portables, voitures, viande surgelée, vêtements et autres biens circulent quasiment en permanence entre les ports des Emirats et de l’Iran.

Plus de 8.000 entreprises et 6.000 commerçants iraniens sont présents aux Emirats, rendant très probable une rencontre avec de futurs marchands et investisseurs israéliens.

« Les Iraniens aux Emirats ne sont pas en position de se plaindre de la relation israélo-émiratie », estime Mme Wald, rappelant qu’avant la révolution de 1979 ayant renversé le chah, « l’Iran et Israël entretenaient une relation de coopération ».

Des dizaines de milliers d’Iraniens vivent aux Emirats

Les Emirats abritent par ailleurs une importante communauté iranienne qui possède des centaines de propriétés et qui a investi massivement dans les infrastructures depuis la création du pays en 1971.

D’après des médias émiratis, des dizaines de milliers d’Iraniens vivent aux Emirats tandis que les responsables iraniens estiment leur nombre à près d’un demi-million. Quelque 350.000 Iraniens visitent le pays chaque année.

Beaucoup de familles émiraties de renom sont originaires d’Iran, occupant parfois des postes haut placés.

Des Iraniens, comme Fariba, directrice de relations publiques, ne se sentent pas concernés par l’accord de normalisation.

« Je suis une mère divorcée et j’ai besoin de travailler pour élever mon fils. C’est tout ce qui m’importe », explique l’Iranienne de 45 ans à l’AFP.

 

RECOMMANDÉ