L’acteur Tom Arnold répond au tweet de Trump en faisant référence à l’assassinat de Kennedy

Par Samuel Allegri
20 octobre 2019 Mis à jour: 20 octobre 2019

L’acteur Tom Arnold a répondu à un tweet du président Donald Trump, faisant apparemment le lien entre l’assassinat de JFK et sa visite à Dallas.

Trump a posté sur Twitter une vidéo de la grande foule qui l’attendait à Dallas, Texas, avec un texte : « Je viens d’arriver à l’American Airlines Center à Dallas, Texas. J’arrive bientôt, car nous attendons que vous soyez plus nombreux à être entrés ! #TRUMP2020. »

Tom Arnold a répondu sur le tweet du président, citant l’ancien président John F. Kennedy.

Le président Donald Trump prend la parole lors d’un rassemblement de la campagne « Keep America Great » au centre American Airlines Center à Dallas, Texas, le 17 octobre 2019. (Tom Pennington/Getty Images)

« Ne sois pas trop arrogant, traître. Ils se sont aussi manifestés pour JFK », a écrit Tom Arnold.

Kennedy, qui était un président très populaire au plus fort de la guerre froide, a été tué par balle en novembre 1963 alors qu’il passait par Dallas dans son cortège automobile.

Ce tweet de Tom Arnold sur JFK a été supprimé par Twitter et remplacé par un avertissement selon lequel il violait les règles de la plate-forme de médias sociaux.

La fixation de Tom Arnold sur Donald Trump a été l’une des raisons pour lesquelles son mariage s’est brisé, tout comme sa dépendance à la drogue, a affirmé son ex-conjointe.

En avril 2019, Ashley Groussman Arnold, l’ex-épouse de Tom Arnold, a déposé des documents demandant au tribunal de lui accorder la garde des enfants et une pension alimentaire, tout comme une pension pour époux, a fait savoir The Blast.

Selon les informations, Ashley a loué un autre logement pendant la procédure de divorce, et affirme que « les communications échangées entre Tom et moi pendant cette procédure de désunion ont été hostiles et accusatrices ».

« J’espérais que les choses se calmeraient après mon déménagement, mais cela n’a pas été le cas », a dit Ashley, ajoutant qu’ils ont accepté d’essayer de participer à des séances de co-parentalité mais Tom était « irrationnel et fou pendant ces séances, qui ont été sans intérêt car Tom faisait tout le contraire des discussions qui ont été tenues pendant nos séances ».

Ashley a également allégué que l’acteur « avouait qu’il avait utilisé de la phentermine et de l’Ambien », selon le site The Blast.

Elle pense que l’obsession de Tom Arnold pour le président actuel et les prétendus « enregistrements de Trump » ont contribué à l’échec de leur mariage.

« La fixation de Tom sur le fait de ‘faire tomber’ Donald Trump était un problème permanent dans notre mariage, dit-elle, au cours des deux dernières années, cela a consumé sa vie et a entraîné plusieurs problèmes de sécurité pour notre famille. »

Tom Arnold a apparemment menacé Trump dans le passé.

Les services secrets rendent visite à Tom Arnold après des menaces proférées contre Trump.

Les agents des services secrets ont rendu visite à l’ardent détracteur du président Donald Trump, Tom Arnold, après qu’il eut proféré une menace contre le président.

Tom Arnold, 59 ans, a envoyé une vidéo à la publication ouvertement socialiste Mother Jones qui le montrait en train de parler avec des agents dans sa maison de Los Angeles. Il a dit que la vidéo a été enregistrée le 25 octobre.

« Nous ne sommes pas la police du Premier Amendement », dit un agent dans la vidéo. « Vous êtes libre de dire ce que vous voulez […] [mais] une fois qu’une certaine limite est franchie […] ce qui nous préoccupe aussi beaucoup, c’est le type de public que [ce que vous publiez] pourrait atteindre,  et elle pourrait inciter quelqu’un. »

Tom Arnold a dit qu’il a vu une réaction à sa menace de la part de certaines personnes, et il a compris pourquoi les agents lui rendaient visite.

« J’ai vu une réaction folle de la part des gens. Je reçois beaucoup de menaces de mort. Il y a un aspect – je ne sais pas si ce sont des robots – je les ignore, mais je vois aussi comment ils prennent les choses, et ils l’accentuent pour affirmer : ‘Il menaçait littéralement de le faire’ », dit Tom Arnold.

« Et je trouve cela absurde, mais je peux voir à quel point il est évident que si les gens envoient des tweets […] ils peuvent vous appeler et vous faire venir. C’est ridicule, mais je comprends pourquoi vous êtes là. »

(De gauche à droite) Le commentateur Rush Limbaugh, le président Donald Trump et le chanteur Lee Greenwood lors d’un rassemblement « Make America Great Again » à Cape Girardeau, le lundi 5 novembre 2018. (Hu Chen/The Epoch Times)
RECOMMANDÉ