L’administration Biden se moque de l’ancienne sagesse

Par Victor Davis Hanson
17 mai 2021
Mis à jour: 17 mai 2021

La nature humaine reste toujours la même à travers le temps et l’espace. C’est pourquoi il y avait autrefois un comportement politique, économique et social que tous les pays pouvaient concevoir.

On sait que la masse monétaire en circulation régit l’inflation dans tel ou tel pays. Si l’on imprime de l’argent sans augmenter la productivité ou la quantité des biens et services, la monnaie devient moins chère. Pourtant, l’Amérique semble rejeter ce truisme primordial.

Les États-Unis ont une dette de plus de 28 000 milliards de dollars, soit environ 130 % du produit intérieur brut annuel du pays. En 2021, leur gouvernement accusera un déficit budgétaire de 2300 milliards de dollars après un déficit record de 3100 milliards de dollars l’année précédente, marquée par la pandémie du Covid-19.

Cependant, l’administration Biden veut emprunter davantage – 2000 milliards de dollars supplémentaires – pour de nouveaux programmes sociaux et « d’infrastructures ».

Au cours des 100 premiers jours de la nouvelle administration, le prix a explosé pour pratiquement tout en Amérique – allant du bois, de la nourriture et de l’essence aux voitures et aux maisons. Pourtant, de nombreux taux d’intérêt sont toujours bloqués au niveau de 3 % ou inférieur.

Les offres d’emploi sont en abondance, mais pas les travailleurs disposés à les accepter. Faut-il s’en étonner si les subventions sociales gouvernementales découragent les chômeurs de retourner au travail en réduisant ainsi leur propre revenu ?

Après avoir été libérés de 13 mois de confinement, les Américains se sont lancés dans de folles dépenses. Cependant, cette énorme demande jusqu’alors contenue provoque des pénuries. Car les fabricants craignent les intentions de l’administration Biden d’augmenter les impôts, de renforcer les réglementations et de freiner le développement du secteur énergétique.

Est-ce que les anciens principes sont vraiment obsolètes ? Devons-nous imprimer de l’argent tout en augmentant la dette publique ? Est-il sage de maintenir des taux d’intérêt proches de zéro – ce qui devrait encourager les investissements – et de décourager en même temps l’emploi et la production ? Dans le passé, une telle politique dangereuse garantissait l’inflation suivie d’une stagflation désastreuse.

Après que George Floyd a été tué alors qu’il était en garde à vue à Minneapolis, certaines villes américaines ont réduit les dépenses de la police. Les temps d’intervention de la police ont ralenti à de nombreux endroits, peut-être parce que les policiers craignent d’être congédiés pour avoir recours à la force.

Quel en est le résultat ? Dans les grandes villes comme New York et Los Angeles, les taux de meurtres et de crimes violents ont connu une augmentation à deux chiffres.

Les gouvernements locaux et les autorités fédérales ont cru qu’ils étaient exemptés des lois élémentaires de la dissuasion – des lois qui les avertissaient que lorsque les criminels ne craignent plus d’être attrapés et punis, ils commettent davantage de crimes.

Les mêmes dangers d’ignorer la nature humaine immuable s’appliquent à la politique étrangère.

Les opposants agressifs des États-Unis – tels que l’Iran, la Corée du Nord, la Chine et la Russie – s’attendent à ce que leur politique de la corde raide sera assumée par l’administration Biden. Ils pensent que cette administration réduira les moyens de défense américaine. Biden leur semble être plus intéressé à critiquer la politique étrangère de son prédécesseur Trump que de faire face aux démarches des ennemis de l’Amérique. Pourquoi alors ne pas prendre des risques ?

Ainsi, les troupes russes se sont massées, comme prévu, à la frontière ukrainienne. La Chine a intensifié son harcèlement de Taïwan. La Corée du Nord a lancé plus de missiles, l’Iran a harcelé les navires américains dans le golfe Persique. Et maintenant, les roquettes provenant de Gaza se déversent sur Israël.

Apparemment, l’administration Biden ne pensait pas que les dictatures et les théocraties interpréteraient comme des signes de faiblesse à exploiter les démarches que cette administration croyait vertueuses.

Le vieux dicton de l’auteur romain Végèce – « si tu veux la paix, prépare la guerre » – était pour cette administration apparemment trop déprimant pour être pris au sérieux.

Autrefois, plus importants étaient les obstacles au franchissement de la frontière d’un pays – tels que des murs et l’application stricte des lois sur l’immigration – moins probable y était l’immigration illégale. Dans ce domaine, l’administration Biden semble avoir également rejeté les anciennes mises en garde.

L’arrêt de la construction du mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, la promesse d’amnistie à l’avance aux immigrants illégaux et la condamnation de l’application stricte des lois par l’administration Trump n’ont fait qu’accroître l’immigration illégale en Amérique.

Pourtant, refuser de qualifier le chaos à la frontière sud de « crise » ne signifie pas qu’il ne s’agit pas d’un vrai désastre.

La sagesse accumulée au cours des siècles démontrait que la première allégeance des humains était celle envers leur propre tribu – telle que définie par les critères de la race, de l’ethnie ou de la religion. C’état la raison pour laquelle les pays multiraciaux ont toujours sagement cherché à atténuer les différences tribales et à mettre l’accent sur les liens et les intérêts communs de leurs citoyens. Sinon, un pays diversifié finit comme le Liban, le Rwanda ou l’ex-Yougoslavie où les querelles tribales sont devenues sanglantes et barbares.

Pourtant, pendant trois mois, l’administration Biden a mis l’accent sur les différences raciales plutôt que sur les points communs du melting-pot américain. Elle a stéréotypé la population blanche des États-Unis – à peine uniforme en termes de classe et d’ethnicité – comme bénéficiant d’une manière ou d’une autre de privilèges non mérités et agissant de façon « systématiquement raciste ».

De tels propos augmentent le danger que les tensions raciales s’accroissent, que les crimes haineux montent en flèche, que les démagogues raciaux dominent, que les systèmes privilégiant les mérites individuels disparaissent et soient remplacés par ceux qui se basent sur la solidarité tribale. Ainsi les fondements de l’idée américaine s’effondreront.

Lorsque le présent arrogant rejette la sagesse du passé, le futur devient bien prévisible et terrifiant.

Victor Davis Hanson est écrivain, commentateur et historien militaire. Il est professeur émérite à l’université d’État de Californie, chercheur principal à l’université de Stanford, membre du Hillsdale College et membre distingué du Center for American Greatness. Il est auteur de 16 livres, dont The Western Way of War, Fields Without Dreams et The Case for Trump.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ