L’administration Biden se prépare à vacciner systématiquement les enfants de 5 à 11 ans

Par Zachary Stieber
21 octobre 2021
Mis à jour: 21 octobre 2021

L’administration Biden prévoit un déploiement à grande échelle des vaccins Covid-19 pour les enfants dès l’âge de 5 ans, ont annoncé les autorités ce 20 octobre.

L’administration américaine a obtenu suffisamment de doses du vaccin Pfizer-BioNTech pour pouvoir vacciner les 28 millions d’enfants âgés de 5 à 11 ans et est prête à expédier ces doses à travers le pays pour faciliter les opérations de vaccination, a déclaré la Maison Blanche.

Les doses de vaccin seront disponibles, entre autres, dans les cabinets médicaux, les pharmacies et les écoles. L’association des hôpitaux pour enfants a accepté de mettre en place des sites de vaccination dans plus de 100 établissements hospitaliers pour enfants.

« Au cours des dernières semaines, nous avons travaillé en étroite collaboration avec les gouverneurs, les pédiatres, les pharmacies, les centres de santé de proximité, les centres de santé en milieu rural et les fournisseurs de vaccins pour nous préparer à affronter cette échéance. Ensemble, nous sommes en train de finaliser la planification des opérations pour garantir que la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans se fasse de manière simple et pratique », a déclaré Jeffrey Zients, coordinateur de l’équipe d’intervention Covid-19 de la Maison Blanche, aux journalistes lors d’un briefing en ligne.

Cette préparation intervient alors que ni la FDA (Food and Drug Administration) ni les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) n’ont pris de décision sur la vaccination des enfants de cet âge, ce qui augmente le risque de voir se reproduire la situation créée lors de l’annonce faite par l’administration américaine au sujet des rappels de vaccin.

Au mois d’août, de hauts responsables de l’administration ont annoncé qu’ils avaient décidé, à compter du 20 septembre, de procéder à une injection de rappel pour tous, indépendamment de l’âge ou des pathologies sous-jacentes. Mais la FDA n’a autorisé des rappels des vaccins Pfizer et Moderna, que pour certaines populations, tandis que son comité consultatif a rejeté les injections de rappel pour toute la population, faute de preuves de leur nécessité.

Le même panel doit se réunir la semaine prochaine pour discuter de la demande formulée par Pfizer pour autoriser son vaccin destiné aux enfants âgés de 5 à 11 ans. Le panel fait ses recommandations à la FDA, qui décide ensuite de les adopter ou non. En règle générale, la FDA accepte ses recommandations sans les modifier ou presque.

Si la FDA autorise le vaccin Pfizer destiné aux enfants plus jeunes, le groupe consultatif du CDC se réunira à ce sujet début novembre, puis le CDC procédera à une délibération similaire. Le Dr Rochelle Walensky, responsable du CDC, a récemment passé outre le panel concernant l’administration de rappels à certaines personnes, malgré le vote négatif de la majorité des membres.

L’annonce effectuée ce 20 octobre montre que l’administration « contourne les processus habituels de la FDA… une fois de plus », a écrit Zachary Brennan, journaliste de la revue spécialisée Endpoint News, dans un message publié sur les réseaux sociaux.

D’autres n’étaient pas d’accord, notamment Jason Schwartz, professeur associé de politique de santé à la faculté de médecine publique de Yale.

M. Schwartz a expliqué qu’il y avait des « différences importantes » entre le planning en cours et l’annonce faite au sujet des rappels. Ainsi, aucune date n’a été fixée et « il n’a pas été question du moment où les doses seraient administrées, etc ».

Jeffrey Zients a été interrogé sur les similitudes entre les situations. Il a expliqué que la décision d’autorisation revenait à la FDA et au CDC, mais « en même temps, nous voulons être prêts. »

Les enfants dès l’âge de 12 ans peuvent actuellement bénéficier du vaccin de Pfizer. Les vaccins Moderna et Johnson & Johnson ne sont disponibles aux États-Unis que pour les personnes âgées de 18 ans ou plus.

Près de 1,5 million d’enfants âgés de 12 à 17 ans sont considérés comme entièrement vaccinés contre le Covid-19 depuis le 19 octobre, selon les données des Centres de contrôle des maladies (CDC).

Une personne est entièrement vaccinée si elle a reçu les deux doses du vaccin Pfizer ou Moderna ou la dose unique du vaccin Johnson & Johnson.

Le Covid-19 est la maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

Les partisans de la vaccination des enfants, y compris de nombreux hauts fonctionnaires de l’administration, affirment qu’il est important que les enfants soient vaccinés pour tenter d’atteindre une immunité collective et pour réduire les risques que des enfants soient infectés et transmettent ensuite le virus de la PCC à d’autres personnes.

« Si nous parvenons à faire vacciner l’écrasante majorité de ces 28 millions d’enfants, je pense que cela jouera un rôle majeur dans la diminution de la propagation de l’infection au sein de la communauté », a déclaré à la presse le 20 octobre le Dr Anthony Fauci, principal conseiller médical du président.

Les opposants font toutefois remarquer que les enfants ne courent qu’un faible risque de contracter des cas graves de Covid-19 – de nombreux cas seraient asymptomatiques – et qu’ils courent un risque élevé de souffrir d’une inflammation cardiaque à cause de ces vaccins, en particulier ceux fabriqués à partir de la technologie de l’ARN messager, comme les vaccins Pfizer et Moderna.

« Nous parlons de risques qui sont très faibles des deux côtés de l’équation avec une grande incertitude autour des deux. Il s’agit donc d’un choix très difficile à faire. Et je pense que ce choix devrait être laissé à l’appréciation du médecin et des parents pour déterminer le meilleur intérêt de l’enfant », a déclaré le Dr Jay Bhattacharya, professeur de médecine et de politique de santé à l’université de Stanford, dans le cadre du programme « American Thought Leaders » d’EpochTV.

Le bénéfice apporté par la vaccination « est beaucoup moins évident » pour les enfants âgés de 5 à 11 ans que pour les personnes plus âgées ou appartenant à des groupes à haut risque, a déclaré pour Epoch Times Steve Templeton, professeur associé de microbiologie et d’immunologie à la faculté de médecine de l’université de l’Indiana.

Les personnes à haut risque de contracter le Covid-19 sont notamment les personnes âgées et celles qui présentent des pathologies sous-jacentes graves telles que le diabète et l’obésité.

Zachary Stieber couvre l’actualité américaine, notamment la politique et les affaires judiciaires. Il a débuté en tant que journaliste pour Epoch Times à New York.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ