L’Administration Trump approuve le forage de pétrole et de gaz dans la réserve naturelle de l’Arctique

Par Tom Ozimek
24 août 2020
Mis à jour: 24 août 2020

Faisant la sourde oreille aux contre-indications écologiques, l’administration Trump a approuvé un programme de location des droits d’exploitation pétrolière et gazière dans la Réserve faunique nationale de l’Arctique (ANWR), un ruban d’environ 631 000 ha (1,56 million d’acres) sur la côte nord de l’Alaska, le long de la mer de Beaufort.

Le 17 août, le ministère de l’Intérieur a approuvé le programme, le secrétaire David Bernhardt signant le compte rendu écrit des décisions, qui déterminera où l’exploitation pétrolière et gazière aura lieu dans une section de la plaine côtière connue sous le nom de « zone 1002 ».

« Le Congrès nous a ordonné de tenir des ventes de baux dans la plaine côtière de l’ANWR, et nous avons fait un pas important pour remplir nos obligations en déterminant où et dans quelles conditions le programme de développement pétrolier et gazier aura lieu », a précisé M. Bernhardt dans une déclaration.

Les législateurs ont approuvé le programme en 2017, et le Bureau de la gestion des terres du Ministère a conclu en décembre 2018 que le forage pouvait être effectué dans la zone de la plaine côtière sans nuire à la faune.

Le Service géologique des États-Unis (USGS) a effectué une évaluation pluriannuelle des ressources et de l’économie de la région il y a environ deux décennies et a constaté que la quantité totale de pétrole techniquement récupérable dans la région, à l’exclusion de certaines zones étatiques et des zones autochtones, se situait entre 4,3 milliards et 11,8 milliards de barils.

Carte du nord de l’Alaska et des régions voisines du Canada montrant l’emplacement de la Réserve faunique nationale de l’Arctique (ANWR), de la zone 1002 et de la National Petroleum Reserve-Alaska (NPRA). (USGS)

« L’annonce d’aujourd’hui marque une étape importante dans le parcours de 40 ans de l’Alaska pour développer de manière responsable la nouvelle frontière énergétique de notre nation et de notre État », a déclaré le gouverneur Mike Dunleavy. Le gouverneur républicain a qualifié cette décision de « un pas définitif dans la bonne direction pour développer le potentiel énergétique de cette région ».

Carte de la zone ANWR 1002. (USGS)

Les groupes environnementaux ont réagi par des critiques et ont promis d’engager des poursuites.

Prévoyant une grave erreur menaçant la harde de caribous et par conséquent la survie de certaines tribus septentrionales le directeur de la Wilderness Society pour l’État de l’Alaska, Karlin Itchoak, a voulu faire remarquer : « Il s’agit probablement d’un mauvais compte-rendu de décision résultant d’une étude finale d’impact environnemental – fondamentalement défectueuse – qui n’offrait que des solutions de rechange susceptibles d’entraîner un développement destructeur et généralisé sur les terrains sacrés de mise bas du troupeau de caribous de la Porcupine. Les Gwich’in et les Iñupiat qui dépendent du troupeau pour leur survie – et tous les Américains – méritent mieux. »

Tirant la sonnette d’alarme : « C’est une autre manœuvre scandaleuse d’une administration qui ignore la science et raccourcit le processus public dans une course irresponsable pour aider les compagnies pétrolières à obtenir des concessions sur la plaine côtière avant l’élection présidentielle de 2020 », ajoutait Karlin Itchoak. « Ce combat n’est pas terminé. Nous restons engagés à maintenir les plateformes de forage à l’écart de l’un des endroits les plus sauvages et les plus magnifiques d’Amérique. »

Le Wall Street Journal a rapporté que l’approbation du programme de forage par le ministère de l’Intérieur ouvrirait la voie à la mise aux enchères des concessions pétrolières et gazières d’ici la fin de l’année.

La question de savoir s’il faut forer pour trouver du pétrole dans l’ANWR est une controverse politique permanente depuis des décennies, les républicains cherchant à plusieurs reprises à autoriser le forage, tandis que les démocrates ont réussi à bloquer ces efforts par crainte de nuire à l’écosystème.

Cette impasse a finalement été débloquée en 2017, lorsque les républicains, menés par la sénatrice de l’Alaska Lisa Murkowski, présidente de la commission de l’Énergie, ont fait pression pour que le forage dans l’ANWR soit inclus dans le projet de loi sur la législation budgétaire – réduction des impôts.

« Il s’agit d’un moment décisif dans notre effort de plusieurs décennies pour permettre le développement responsable d’une petite partie de la zone 1002 de l’Alaska », a déclaré Mme Murkowski le 17 août. « De nouvelles opportunités dans la zone 1002 sont nécessaires à la fois maintenant, alors que les Alaskiens traversent une période incroyablement difficile, et dans le futur, alors que nous cherchons une base économique durable pour notre État. »

« Le leadership du président Trump a mis fin à plus de trois décennies d’inaction », a renchéri le secrétaire du ministère de l’Intérieur et lobbyiste de l’industrie énergétique David Bernhardt dans sa déclaration.

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ