« L’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfant » : la maire de Poitiers s’explique après la polémique

Par Léonard Plantain
6 avril 2021
Mis à jour: 6 avril 2021

Après avoir déclaré « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants », la maire EELV (Europe écologie – Les Verts) de Poitiers, Léonore Moncond’huy, a entraîné une polémique et une vive opposition du public.

Lors du conseil municipal de Poitiers qui s’est déroulé lundi dernier, Léonore Moncond’huy, la maire écologiste de la ville élue en 2020, a décidé de supprimer les subventions municipales accordées à deux aéro-clubs en vertu de sa position contre les sports motorisés.

Une décision qui lui a attiré les critiques de l’opposition, qui a mis en avant l’intérêt d’associations pour les jeunes publics, a rapporté BFMTV. Mais en retour, Léonore Moncond’huy a répondu : « L’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfant. » Des propos qui ont depuis suscité une vague de protestations, autant parmi les membres du gouvernement que le public.

Pour Jean-Baptiste Djebbari, pilote de métier et ministre délégué aux Transports, ces propos sont des « élucubrations autoritaires et moribondes », s’est-il insurgé, en citant une phrase de Saint-Exupéry : « Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité. » D’autres personnes au gouvernement ont réagi, comme Marine Le Pen :

À noter que ce n’est pas la première fois que des maires écologistes, de plus en plus critiqués, se font remarquer. En novembre dernier, le maire de Lyon Grégory Doucet avait critiqué le Tour de France, le catégorisant de « machiste et polluant », ce qui lui a attiré les critiques du secteur sportif et de la droite, ainsi que de la majorité de la population.

Peu après, c’était au tour du maire EELV de Bordeaux, Pierre Hurmic, avec sa décision de ne pas installer de sapin de Noël pour les fêtes de fin d’année, entraînant une vive opposition de tout bord, jusque dans ses propres rangs. Le député écolo Matthieu Orphelin l’avait par ailleurs mis en garde contre les maladresses de communication et les « mauvais symboles ».

De son côté, dans une vidéo diffusée sur Twitter, Léonore Moncond’huy a tenté d’expliquer sa décision, en affirmant qu’il « ne s’agit pas d’être pour ou contre l’aérien en soi. Il ne s’agit pas non plus d’être pour ou contre les aéroclubs. Il s’agit encore moins d’être pour ou contre les personnes qui s’y engagent. Il s’agit de dire qu’aujourd’hui, l’argent public ne doit plus financer, encourager les activités qui sont fondées sur la consommation de ressources épuisables », a-t-elle précisé.

« L’écologie, c’est pas une question de noir ou blanc, c’est une question de priorisation, c’est une question de sobriété : de quoi avons-nous vraiment besoin. Et il ne s’agit pas non plus de remettre en question les grands imaginaires qui ont structuré le XXe siècle », a-t-elle assuré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ