L’affaire Biden – C’est quelque chose d’encore pire que les crimes et les délits graves

Par David Yudelman
22 octobre 2020
Mis à jour: 22 octobre 2020

Le prétendu ordinateur portable de Hunter Biden, apparemment rempli d’écarts de conduite, contient un certain nombre de questions vraiment graves et importantes pour lesquelles il n’y a pas de précédent dans l’histoire des États-Unis. Il fournit des preuves – certes à première vue, mais extraordinairement détaillées et convaincantes – selon lesquelles son père, qui doit se présenter comme candidat du Parti démocrate pour le prochain président des États-Unis dans 13 jours seulement, pourrait à juste titre être accusé de crimes et de délits graves.

Et, contrairement au cas de Donald Trump et à son procès de destitution relatif aux affaires ukrainiennes auquel il a dû faire face, il existe peut-être des preuves réelles et volumineuses pour étayer une telle accusation contre Joe Biden.

Qu’en sera-t-il des États-Unis si Joe Biden devient président avant de faire face à la musique ? Il y a un certain nombre de questions très importantes qui doivent être abordées, et très peu de temps pour le faire. Il s’agit notamment des questions suivantes :

– Établir que le disque dur du portable est bien celui de Hunter Biden et que le contenu est authentique. Ses sympathisants ne l’ont pas encore nié, et les révélations de certains de ses contenus ont déjà permis d’établir au-delà de tout doute raisonnable que l’ordinateur portable et le disque dur sont authentiques.

– Établir que Hunter Biden a fait du commerce au nom de son père pour accorder, par la corruption, un accès et une influence à des individus et organisations étrangers qui ont porté atteinte aux intérêts des États-Unis.

– Établir que Joe Biden – contrairement à ses dénégations publiques répétées de toute connaissance des activités commerciales de Hunter – était pleinement conscient des activités de Hunter, collaborait activement avec elles et en a profité selon sa propre insistance.

– Confirmer que Joe Biden était, en fait, le « grand patron » mentionné dans de nombreux e-mails sur le disque dur, et qu’il a reçu une grande partie des gains, s’élevant à des millions de dollars. Et, bien sûr, établir que lorsqu’il était vice-président des États-Unis, il a subordonné les intérêts de son pays à ceux d’organisations et de pays étrangers pour en tirer un profit financier personnel direct.

– Établir si Joe Biden a été aidé et encouragé par d’autres dans ces crimes présumés, en particulier par les hauts responsables de l’administration Obama, soit directement, soit par obstruction à la justice. Par exemple, se demander pourquoi des organisations telles que le FBI – qui aurait été informé de l’existence du disque dur et de son contenu dès décembre 2019 – n’ont apparemment rien fait pour enquêter plus avant et ont certainement décidé de ne pas agir. L’enquête sur la complicité devrait être totalement ouverte et même remettre en question le rôle du président Obama.

– Remettre en question le rôle des grands médias sociaux tels que Twitter et Facebook, qui sont intervenus ouvertement, sans aucune justification ou explication cohérente, pour censurer et bloquer toute diffusion via les médias sociaux de l’article du New York Post qui a révélé la découverte du présumé ordinateur portable Hunter Biden et de son contenu.

Les questions ci-dessus sont d’une ampleur et d’une importance sans précédent dans toute l’histoire des États-Unis. Qu’est-ce qui pourrait donc être encore pire que ces accusations de crimes et délits graves ?

Lorsque l’administration Trump a défendu le président Trump contre les accusations de collusion avec des puissances étrangères contre les intérêts des États-Unis, elle a répété à maintes reprises que la responsabilité reposait entièrement sur un très petit groupe de dirigeants voyous. Elle a déclaré que 99 % des employés du FBI étaient entièrement irréprochables.

C’était peut-être vrai pour le FBI. Mais ce n’est certainement pas vrai pour les médias américains d’aujourd’hui. À quelques exceptions près, comme le New York Post et la chaîne de télévision Fox News, les médias ont été totalement complices de Twitter et de Facebook en réprimant tout examen des détails stupéfiants provenant du prétendu ordinateur portable de Hunter Biden.

Même avant la sortie dudit ordinateur portable, il y avait de nombreuses preuves que Hunter Biden avait amassé une petite fortune en offrant ses services de « consultation » alors qu’il n’avait aucune connaissance spécialisée des sujets sur lesquels il donnait prétendument des conseils. Il y avait également la preuve, sur vidéo, que son père Joe Biden s’était vanté, ouvertement et publiquement d’avoir forcé le gouvernement ukrainien de renvoyer un procureur, lequel s’avérait avoir enquêté sur la société ukrainienne dont Hunter Biden était membre du conseil d’administration. Son public, très connu, s’est réjoui de cette vantardise.

Ce sont des péchés par omission majeurs commis par les médias, mais il y a pire : leurs péchés de commission. L’écrasante majorité des grands médias a réagi aux révélations de l’ordinateur portable en ignorant soigneusement toute la question. Joe Biden a été interviewé en long et en large, d’innombrables fois et par divers professionnels des médias depuis que la question de l’ordinateur portable a été rendue publique, sans même que le sujet ne soit abordé.

Ignorer complètement la question, comme l’ont fait les médias grand public pendant plusieurs jours, est encore pire que si un média partisan avait tenté de fournir des explications et des justifications raisonnées pour le groupe ou l’individu qu’il soutenait.

Lorsque la quasi-totalité des médias américains, jusqu’ici reconnus pour être indépendants et totalement dévoués à la dénonciation des péchés des puissants, agissent comme une équipe soumise, servile et obséquieuse, lorsqu’ils agissent directement contre les valeurs les plus fondamentales de leur profession, nous devons vraiment commencer à nous inquiéter de l’avenir de la civilisation occidentale.

David Yudelman a travaillé comme journaliste en Afrique du Sud et sur Fleet Street en Angleterre.

Les opinions exprimées dans le présent document sont uniquement celles de l’auteur. En tant qu’organisation philanthropique publique non partisane, Epoch Times ne cautionne pas ces déclarations et ne prend aucune position sur les candidats politiques.

FOCUS SUR LA CHINE – La Chine menace Taïwan d’un conflit armé

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ