Laïcité : près d’un enseignant sur deux déclare s’être déjà autocensuré

Par Sarita Modmesaïb
9 janvier 2021
Mis à jour: 9 janvier 2021

Dans une étude publiée par l’Ifop mercredi 6 janvier, le pourcentage des enseignants qui disent s’être déjà autocensurés sur les questions de religion est en hausse de 13 points depuis 2018.

Cette étude Ifop, commandée par la fondation Jean Jaurès et l’hebdomadaire Charlie Hebdo, a été réalisée en ligne sur 801 enseignants pendant la période du 10 au 17 décembre, soit presque deux mois après l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, à Conflans-Sainte-Honorine.

Ce premier des trois volets prévus abordait la question des « contestations de la laïcité et des revendications religieuses vécues par les enseignants dans l’enceinte scolaire ».

49 % des enseignants du second degré déclarent s’être déjà autocensurés dans des enseignements impliquant des questions de religion, afin d’éviter de possibles incidents lors de leurs cours en classe. C’est 13 points de plus qu’une étude précédente de l’Ifop qui était parue en 2018 et commandée par le Comité national d’Action laïque.

Concernant des incidents liés à la contestation du principe de la laïcité, ils sont près de 40 % à en avoir déjà vécu en matière de restauration scolaire, et là encore, on note une hausse de 5 points par rapport à 2018.

Plus de la moitié des enseignants interrogés (53 %) avouent que leurs enseignements ont déjà fait l’objet de contestations en classe au nom de la religion, certains élèves tentant même de s’y soustraire. Ce pourcentage connaît aussi une hausse notable de 12 points depuis 2018.

Ces contestations interviennent dans des domaines tels que l’éducation physique et sportive (pour 49 % des contestations), l’enseignement moral et civique (29 %, contre 19 % en 2018) ou encore en sciences (29 %, contre 23 % en 2018).

Des formes de séparatisme religieux

Des cas de séparatisme religieux ont aussi pu être recensés, 59 % des enseignants sondés ayant déjà observé au moins une fois ces types de comportements. Ce séparatisme peut prendre des formes aussi variées que l’absence de jeunes filles à des cours de natation, avec ou sans certificat (45 %), le refus d’entrer dans des lieux à caractère religieux (type église) lors de sorties scolaires (28 %), ou encore, à la cantine, la demande de séparer la viande des légumes dans les assiettes (35 %).

Il faut cependant noter l’importante disparité de résultats entre les établissements classés en réseau d’éducation prioritaire (REP) et ceux non classés, la différence atteignant 20 points entre les enseignants de REP et ceux qui n’y sont pas.

Interrogés sur la décision de Samuel Paty d’avoir eu recours aux caricatures de presse pour illustrer la liberté d’expression, seuls trois quarts des enseignants sondés la soutiennent, 9 % pensant qu’il a eu tort et 16 % préfèrant ne pas se prononcer.

Le ministère de l’Éducation nationale avait signalé le recensement de près de 800 incidents lors des cérémonies d’hommage à Samuel Paty et 44 exclusions définitives prononcées dans les établissements.

Nouvel Horizon – Accord UE-Chine : Pékin impose sa loi


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ