Laissée derrière à cause de la pandémie, une petite chienne parcourt 16 000 km pour rejoindre ses propriétaires

Par CNN
7 septembre 2020
Mis à jour: 7 septembre 2020

Tous les bons chiens finissent par retrouver le chemin de leur maison. Parfois, comme Pipsqueak le teckel, ils doivent entreprendre un voyage de plus de 16 000 km pour y arriver.

La petite Pip s’est échouée en Caroline du Sud au plus fort de la pandémie lorsque ses propriétaires ont été contraints d’abandonner leur tour du monde à la voile pour rentrer en Australie.

Avec la fermeture rapide des frontières, Zoe et Guy Eilbeck, et leurs fils Cam et Max, ont eu moins de 48 heures pour tout emballer depuis leur yacht de 12 mètres de long après avoir accosté sur l’île de Hilton Head.

Les règles strictes imposées par l’Australie pour les animaux de compagnie ont empêché leur fidèle teckel Pip de venir avec eux.

Ce n’est pas grave, pensaient-ils. Ils seraient capables de revenir en un rien de temps pour des retrouvailles fraternelles avant de repartir en mer.

Zoé a donc passé quelques coups de téléphone de dernière minute pour que Pip soit prise en charge par une amie, et la famille lui a dit au revoir pour ce qu’ils espéraient être juste six petites semaines.

Mais ce n’est pas tout à fait comme ça que ça s’est passé.

Laissée derrière

Les Eilbeck ont rencontré Pip pour la première fois en 2018 à Messine, en Sicile, alors qu’ils étaient à mi-chemin de leur périple en mer qui aura duré quatre ans.

Pip s’est rapidement adaptée à la vie à bord, profitant du temps passé sur le pont et passant du temps avec la famille.

Zoé explique qu’elle a toujours été consciente que prendre les dispositions nécessaires pour ramener le chien chez elle serait une tâche longue et fastidieuse compte tenu de la réglementation très stricte en vigueur aux frontières de l’Australie.

« Je savais que nous devions faire venir Pip et lui imposer une quarantaine de 10 jours », explique Zoé à CNN Travel.

Le moment venu, ils ont prévu de la transporter par avion depuis l’île de Vanuatu, dans le Pacifique Sud, jusqu’à Sydney, un saut plutôt court.

Bien sûr, cela ne devait pas se faire. Alors que le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, a commencé à se propager au début de l’année 2020, les Eilbeck ont décidé de se rendre en Caroline du Sud pour trouver un endroit sûr pour leur yacht – et pour Pip.

Le 27 mars, Zoé a loué une voiture et a fait huit heures de route jusqu’en Caroline du Nord, où elle a remis la petite chienne à son amie Lynn Williams avant que la famille ne prenne un avion pour rentrer à Sydney.

« Pip a quitté le voilier pour vivre sur une ferme à bisons », raconte Zoé. « C’est quelque chose qui m’a vraiment fait rire. »

Malheureusement, Mme Williams avait déjà deux chiens à la ferme et ne pouvait pas en prendre un autre pendant très longtemps, alors elle a publié une annonce pour trouver quelqu’un qui pourrait la remplacer comme gardienne de Pip.

Ellen Steinberg, qui vivait à Hillsborough, en Caroline du Nord, était l’une des trois personnes à répondre à l’annonce.

« L’accord était le suivant : Pip déciderait avec qui elle irait vivre », explique Mme Steinberg à CNN Travel. « Nous [elle et la chienne] avons gagné la bataille, et Pip est venue quelques jours plus tard. »

Comme la publicité ne donnait pas beaucoup de détails sur les raisons pour lesquelles les Eilbeck avaient laissé Pip derrière eux, Mme Steinberg admet avoir porté des jugements sévères sur leur décision.

« J’ai entendu dire qu’une famille qui vivait sur un bateau a abandonné son chien et est retournée en Australie. Je me suis immédiatement fait une idée précise de ces personnes », a ajouté Mme Steinberg.

« Mais dès que je leur ai parlé, j’ai réalisé qu’ils étaient extrêmement attentionnés. J’ai juste eu une mauvaise impression en n’ayant pas tous les détails. »

Pendant que Mme Steinberg s’occupait de Pip, Zoé se levait à 4 heures du matin chaque jour de la semaine pour s’occuper de la paperasse interminable liée à la procédure permettant de faire venir la petite chienne des États-Unis en Australie, tout en se tenant au courant de la situation de Pip grâce à des appels et des messages vidéo.

« Je prenais toujours des photos et les publiais sur les médias sociaux », dit-elle. « Pip a commencé à développer sa propre communauté de fans. »

Il est vite devenu évident que les Eilbeck ne pourraient pas retourner aux États-Unis en raison des restrictions de voyage imposées par le virus du PCC. Pip devait faire le long voyage vers l’Australie toute seule.

Le long processus pour revenir

La bureaucratie est devenue plus complexe en raison des perturbations liées à la pandémie.

« Pour organiser le transport d’une chienne depuis les États-Unis, il faut obtenir une déclaration américaine attestant que la chienne est en bonne santé et qu’elle a subi des tests sanguins particuliers en rapport avec la rage », a expliqué Zoé.

« Cela se faisait à New York, qui était maintenant en quarantaine. Il était donc extrêmement difficile de faire quelque chose de ce genre. »

Mme Steinberg devait aussi constamment emmener Pip chez son vétérinaire local pour les formalités administratives, les vaccinations et les analyses sanguines afin que la petite chienne puisse répondre aux exigences.

Une fois qu’elles ont finalement reçu un permis de transport pour l’Australie, Qantas, le transporteur national australien, a annoncé qu’il arrêtait de ramener des chiens dans le pays.

Après de nombreux appels téléphoniques, Zoe a découvert que la famille pouvait transporter Pip en passant par la Nouvelle-Zélande et a réussi à faire embarquer la petite chienne sur un vol de Los Angeles à Auckland en faisant une réservation auprès de la compagnie de transport d’animaux Jetpets.

À ce moment-là, Mme Steinberg, qui s’occupait de Pip depuis trois mois, a dû faire un voyage pour rendre visite à sa famille et a passé la petite chienne à son amie Stacey Green.

« Quand Stacey a récupéré Pip, elle est en fait tombée amoureuse d’elle, à tel point que je ne pensais pas la récupérer », plaisante Zoé.

Mais ils devaient encore faire venir Pip de Caroline du Nord à Los Angeles. Alors que les vols étaient en service, ils étaient constamment annulés.

Le transport aérien de marchandises est également devenu un problème. De nombreux transporteurs américains ont interdit l’expédition d’animaux de compagnie du mois de mai au mois de septembre, les mois les plus chauds pour les animaux de l’hémisphère nord.

Zoé a décidé de poster un message sur les médias sociaux pour rechercher une personne qui voyagerait de la côte est à la côte ouest.

C’est alors que Melissa Young, qui travaille pour la Fondation Sparky pour la protection des chiens, est intervenue et s’est portée volontaire pour traverser les États-Unis en avion avec Pip.

Après s’être assurée que Pip se sentait à l’aise avec elle, Mme Young a pris l’avion de Greensboro à Charlotte, en Caroline du Nord, puis de Charlotte à Los Angeles avec le teckel sous son siège.

Pip a ensuite été remise à la compagnie Jetpets, qui l’a gardée pour la nuit afin de s’occuper de toutes les déclarations et des papiers, avant de la mettre sur un vol entre Los Angeles et Auckland.

Une fois à bord, tous ses accompagnateurs temporaires ainsi que les Eilbeck étaient installés sur leur chaise et suivaient son vol alors qu’elle traversait l’océan.

« Partout dans le monde, nous avons observé ce vol à travers l’écran », dit Zoé.

Pip est arrivée à Auckland le 23 juillet et a passé la nuit en isolement avant de s’envoler pour Melbourne, où elle a passé dix jours supplémentaires en quarantaine, une mesure obligatoire pour tous les animaux de compagnie arrivant en Australie depuis l’étranger.

Elle devait s’envoler pour Sydney le 3 août, mais l’État de Victoria a imposé un confinement strict à l’arrivée de Pip et les frontières entre le Victoria et la Nouvelle-Galles du Sud ont été fermées.

Le frère de Zoé, Rob, qui vit à Melbourne, a accepté d’accueillir Pip pour quelques jours, et la chienne a été inscrite sur pas moins de quatre vols pour Sydney, mais tous ont été annulés.

L’histoire a été reprise par les médias locaux et après un reportage dans le Sydney Morning Herald, Virgin Australia est intervenue et a accepté de ramener Pip chez elle par avion.

Un nouveau départ

Lorsque Pip est finalement arrivée à l’aéroport de Sydney le 11 août, cinq mois après leur séparation, les Eilbeck étaient là pour l’accueillir, avec une équipe de tournage et plusieurs journalistes locaux.

Ce furent des retrouvailles émouvantes.

« Notre plus grande crainte était qu’elle ne se souvienne plus de nous après tout ce temps », a déclaré Zoé.

« Mes enfants étaient si inquiets qu’ils ont pris un hotdog et se sont frotté les mains. Et puis la petite chienne est sortie du hangar en se pavanant… »

« Quand elle a entendu nos voix, elle est venue se jeter dans nos bras. C’était absolument incroyable de la retrouver après tout ce temps. »

Après une si longue séparation, les Eilbeck ont été ravis de reconstituer leur « équipage ».

« Je suis consciente que c’est une petite chienne, mais nous nous considérons comme une équipe », dit Zoe.

« Vivre sur un bateau, il faut vraiment travailler ensemble. Et même si elle ne faisait que paresser et ne faisait rien de concret, nous la considérons toujours comme un membre de notre équipage. »

La famille a depuis déménagé en Nouvelle-Galles du Sud, une île et banlieue située sur les plages au nord de Sydney, pour continuer leur « mode de vie marin » et permettre à leurs fils de retourner à l’école.

Ils font l’aller-retour vers le continent sur un bateau de pêche en aluminium, surnommé Tinny.

« Pip accepte cela parce que c’est une petite chienne de bateau dans l’âme », ajoute Zoé.

« Elle est retournée directement à ce qu’elle aime le plus, c’est-à-dire s’allonger sur notre terrasse et nous donner des coups de pattes et de la joie. »

La vente

S’ils avaient pu poursuivre leur voyage, Zoé pense qu’ils seraient actuellement en Polynésie française, ou en route pour les îles Fidji.

Cependant, leur yacht, appelé No Plans Just Options (pas de plans, juste des options), est resté à quai au même endroit où ils l’avaient laissé au mois de mars dernier.

La famille a accepté qu’elle ne pourra pas retourner par bateau en Australie, qui reste fermée aux voyageurs, avant un certain temps.

Ils ont récemment pris la décision difficile de vendre le yacht et s’efforcent maintenant de profiter au maximum de leur nouvelle vie sur en Nouvelle-Galles du Sud.

« C’est notre prochaine aventure », dit Zoé, qui souligne que les restrictions de voyage et les quarantaines obligatoires ont rendu la navigation internationale « lente et difficile ».

« Nous repartirons naviguer dans quelques années », ajoute-t-elle.

Les Eilbeck sont restés en contact avec tous les accompagnateurs de Pip, qui continuent à suivre ses aventures grâce au compte Instagram de la famille.

« J’ai l’impression que nous nous sommes fait des amis pour la vie », explique Mme Steinberg, en révélant que les gens écrivent souvent : « Pip nous manque » dans leurs messages publiés sur les médias sociaux.

« J’ai participé à une très belle histoire. Notamment pendant cette période plutôt pénible pour la majorité des gens. »

Le voyage de retour de Pipsqueak

27 mars : La famille Eilbeck accoste sur l’île de Hilton Head, en Caroline du Sud. Zoé Eilbeck se rend en Caroline du Nord, où elle remet Pip à son amie Lynn Williams.

4 avril : Pip s’installe chez Ellen Steinberg à Hillsborough, en Caroline du Nord.

19 juillet : avec Melissa Young, secouriste pour animaux, comme compagne, Pip s’envole pour Charlotte, en Caroline du Nord, puis pour Los Angeles.

21 juillet : après une nuit dans une suite d’hôtel, Pip prend un vol de 13 heures en cargo de Los Angeles à Auckland, en Nouvelle-Zélande.

24 juillet : Pip vole d’Auckland à Melbourne, en Australie, où elle est mise en quarantaine pendant 10 jours.

11 août : Pip s’envole de Melbourne à Sydney, et retrouve enfin la famille Eilbeck.

FOCUS SUR LA CHINE –  Un porte-parole chinois sous le feu des critiques

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ