L’allégorie de Folie conduisant le char d’Amour

19 mars 2018
Mis à jour: 19 mars 2018

« All you need is love », dit la chanson, mais que se passe-t-il donc quand les rênes de l’amour sont sous l’emprise de la folie ? Humains, nous ne manquons pas de failles et avons donc besoin de rappels pour rester sur la bonne voie. Nous avons besoin d’encouragement pour garder les rênes de notre propre conscience. C’est peut-être ce que le marquis Carlo Gerini avait en tête au printemps 1848, lorsqu’il a commandé à Giuseppe Bezzuoli (1784-1855) de peindre l’allégorie Folie conduisant le char d’Amour sur le plafond de son palais à Florence.

« Il se peut que le tableau ait été commandé à l’occasion d’un mariage », a dit Furio Rinaldi, le spécialiste des anciens maîtres de dessins chez Christie’s à New York.

Le carton monumental dessiné par Bezzuoli en préparation pour le plafond de la fresque a été vendu aux enchères le 30 janvier dernier lors de la vente Old Master & British Drawings de Christie’s pour 275.000 dollars alors qu’il était estimé entre 50 et 80.000 dollars.

« Folie conduisant le char d’Amour » , 1848, Giuseppe Bezzuoli (1784–1855) Charbon de bois, lavis gris, surligné de blanc, sur quatre feuilles de papier brun clair (Christie’s).

Il représente le dieu romain ailé de l’amour, Cupidon, portant son carquois sans que les flèches ne soient visibles. Il tient son arc, mais la corde d’arc n’est pas représentée. Les parties manquantes de ses attributs indiquent peut-être qu’il doit les récupérer avant de pouvoir atteindre sa cible. Il monte passivement son char qui a été pris en charge par une femme qui personnifie la folie. Avec une expression dérangée dans ses yeux, la Folie se tient à l’avant du char avec un fouet dans une main et les rênes dans l’autre. À moitié nue, avec ses cheveux flottant dans le vent, elle fouette les quatre coursiers, frappés par la peur parce qu’ils ne reconnaissent pas le propriétaire du char.

Détail de « Folie conduisant le char d’Amour », 1848, dessin de Giuseppe Bezzuoli (1784-1855). Charbon de bois, lavis gris, surligné de blanc, sur quatre feuilles de papier brun clair. (Christie’s)

En revanche, Cupidon, ou Amour, navigue calmement dans les nuages. Il est imprégné d’une expression douce, aveuglé par l’illusion, et comme inconscient de qui conduit son char. Pourtant, tout n’est pas perdu, car Amour porte le regard vers un chérubin volant qui porte un anneau. Représentant l’innocence, le chérubin qui plane au-dessus d’Amour est présenté en contraste frappant avec le chambardement de Folie et des chevaux fugitifs.

Détail de « Folie conduisant le char d’Amour », 1848, dessin de Giuseppe Bezzuoli (1784-1855). Charbon de bois, lavis gris, surligné de blanc, sur quatre feuilles de papier brun clair. (Christie’s)

La clé de cette allégorie se trouve dans la façon dont elle montre le contraste entre les sentiments d’amour pur et la luxure débridée. Le contraste visuel entre les personnages permet d’imaginer facilement les conséquences des deux choix: la contrainte consciente conduisant à une union responsable ou l’abandon inconscient conduisant à la folie. Mais le dessin n’illustre pas seulement cette dichotomie. L’aspect merveilleux des allégories réside dans la manière dont elles résument la complexité de la lutte psychique interne avec les forces opposées, à différents niveaux. Chaque fois que l’on regarde ce dessin, il peut être interprété différemment selon l’état d’esprit du spectateur.

« Ce que j’aime vraiment dans « le putto », le chérubin, c’est qu’il est contre le noir, et la lumière vient du halo d’Amour, ce qui est vraiment magnifique », a déclaré Rinaldi lors d’une réception privée chez Christie’s au Rockefeller Center.

Combler un écart dans l’histoire

Folie conduisant le char d’Amour est arrivée chez Christie’s non attribuée. Chaque petite découverte faite dans le processus de recherche de Rinaldi pendant près d’un an a été donc surprenante. Il y avait un vague indice indiquant que le dessin pouvait être de la main de Bezzuoli, mais le nom a été perdu et il a été considéré finalement de la main de Filippo Brunelleschi (1377–1446), explique Rinaldi. Donc pendant un certain temps on ne savait pas si le dessin avait été réalisé pour la fresque du plafond du palais de Marchese Carlo Gerini ou pour autre chose. C’était difficile à dire, surtout parce qu’il y avait peu de preuves, la fresque n’ayant jamais été reproduite avant que Christie’s ne publie une photo dans son catalogue « Old Master & British Drawings ».

« Folie conduisant le char d’Amour », 1848, Giuseppe Bezzuoli (1784-1855), fresque du plafond du palais Gerini à Florence, Italie. Marchese Pietro Paolo Cavalletti

Heureusement, une peinture similaire à la Galleria d’Arte Moderna au Palais Pitti à Florence, qui était la peinture préparatoire (étude de couleur) de Bezzuoli pour la même fresque de plafond du palais privé de Gerini, a permis à Rinaldi de faire le lien et d’en assurer l’attribution. La beauté du travail de Rinaldi est de découvrir l’histoire d’une œuvre d’art oubliée. « D’une certaine façon vous la ramenez à la vie ».

La fresque du plafond a été exécutée en 1848 et Bezzuoli est mort quelques années plus tard. Rinaldi croit que le carton est probablement resté un moment dans l’atelier de Bezzuoli. Le numéro 96 y est toujours inscrit sur une étiquette placée à hauteur des yeux, juste sous l’aile de Cupidon, probablement un numéro de stock de l’atelier de Bezzuoli.

Cette petite étiquette constitue un détail intrigant. Avec les taches d’humidité mineures sur le papier montrant des signes de temps, l’étiquette ajoute au caractère de la pièce.

Détail de « Folie conduisant le char d’Amour », 1848, dessin de Giuseppe Bezzuoli (1784-1855). (Milene Fernandez/The Epoch Times)

Un dessin extrêmement rare

Il est extrêmement rare pour un carton d’une si grande taille (environ 3,35m par 4,80m) de rester dans un si bon état de conservation. Rinaldi a appelé cela « un miracle, car les cartons préparatoires sont généralement la première chose à être détruite dans le processus de conception», a-t-il dit.

Ils sont utilisés pour transférer le dessin sur une surface de peinture (toile, panneau ou mur) et sont endommagés dans le processus. Mais dans ce cas, Folie conduisant le char d’Amour est à la fois un dessin animé et un dessin fini. Il n’a ni incisions à partir d’outils tranchants, ni aucun trou percé pour les méthodes de transfert de traçage. Au lieu de cela, un papier calque semi-transparent a probablement été utilisé pour copier le dessin, qui a pu ainsi être transféré sur le plafond.

La production des cartons a atteint son apogée au XIXe siècle, montrant un degré de finition qui était beaucoup plus élevé que pour les cartons de la Renaissance du XVIe siècle. Ce carton de Bezzuoli « vous donne un sens, bien que d’un autre siècle, de ce à quoi les grands cartons des grands maîtres devaient ressembler, … même si, si peu ont survécu », a déclaré Rinaldi.

Furio Rinaldi, spécialiste de dessins des maîtres anciens chez Christie’s, New York. (Christie’s)

Rinaldi a vu très peu de dessins d’une telle importance. Il a mentionné le dessin de Giulio Romano (1499-1546) pour Le Martyre de Saint Etienne dans les Musées du Vatican, et un grand dessin de Federico Barocci (1535-1612) avec La Cène à la Galerie des Offices comme seuls exemples comparables.

« La composition est inspirée des vieux maîtres et communique avec eux, mais en même temps elle les traduit en quelque chose de complètement nouveau et différent », a déclaré Rinaldi. « Bezzuoli est l’un des principaux représentants du mouvement romantique italien, mais aussi du néoclassicisme, dans son amour pour les grands maîtres du XVIIe siècle. » Son travail a souvent été comparé avec les maîtres français et il aurait été un ami de Jean -Auguste-Dominique Ingres (1780-1867). Cette amitié n’a pas été documentée, mais Rinaldi pense que c’est très probable parce que Bezzuoli était professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Florence à l’époque où Ingres visitait Florence.

Dramatiser un changement d’état d’esprit

On peut distinguer plusieurs pentimenti, (repentirs du peintre, modifications marquées dans la composition) : dans les roues du char, dans les sabots des chevaux, dans les bras de Folie, et ainsi de suite. « Toutes ces différences dans le positionnement créent cette dynamique dans le travail, ce qui est assez incroyable. Il semble presque qu’ils [les personnages] bougent », a déclaré Rinaldi.

La composition du dessin a légèrement changé au fur et à mesure de son développement, à la fois dans la peinture d’étude des couleurs (le modèle pour la fresque) exposée au Palais Pitti et dans la peinture finale du plafond dans la résidence de Gerini. C’est probablement une autre raison pour laquelle ce dessin n’a pas été détruit. Bezzuoli a peut-être voulu conserver la composition originale soit comme référence, soit parce qu’il l’a considérait comme un dessin fini pouvant constituer une œuvre d’art à part entière.

Détail de « Folie conduisant le char d’Amour », 1848, Giuseppe Bezzuoli (1784–1855) Charbon de bois, lavis gris, surligné de blanc, sur quatre feuilles de papier brun clair (Christie’s).

 

« Folie conduisant le char d’Amour » par Giuseppe Bezzuoli. Peinture à l’huile. Gallerie degli Uffizi – Galerie d’Art Moderne, Palazzo Pitti, à Florence, Italie. (Photothèque DeAgostini / Images Bardazzi / Bridgeman, Christie’s)

Dans les deux tableaux, Amour est toujours assis à l’arrière du char, mais dans les peintures, il est encore plus passif. Tandis que son bras gauche s’appuie sur la cuisse de Folie, son bras droit tient son arc, toujours sans corde, d’une manière plus détendue reposant entre ses jambes. Encore une fois, il n’a pas de flèches, et son carquois est complètement absent. Mais il regarde toujours le chérubin porteur d’anneaux, qui représente l’espoir et le bien.

Qui n’a pas lutté avec l’amour face à l’égoïsme, ou la raison face à la passion? La signification de Folie conduisant le char d’Amour est induite par chaque caractère et attribut représentant les différentes forces émotionnelles et psychiques. Cette allégorie est représentée sous une forme particulièrement digne dans ce dessin gigantesque et d’une extrême rareté.

Milene Fernandez, Epoch Times

Étiquette, détail de Détail de « Folie conduisant le char d’Amour », 1848, Giuseppe Bezzuoli, (Milene Fernandez/Epoch Times)
RECOMMANDÉ