L’ancien conseiller à la sécurité affirme que John Kerry a fait du tort à Donald Trump lors de négociations non approuvées avec l’Iran

Par Ivan Pentchoukov
4 mai 2021
Mis à jour: 7 mai 2021

L’ancien secrétaire d’État John Kerry a sapé à plusieurs reprises la politique étrangère du président Donald Trump envers l’Iran lors de pourparlers non autorisés avec de hauts responsables iraniens, selon Keith Kellogg, l’ancien chef de cabinet du Conseil national de sécurité sous le président Donald Trump.

« Il le faisait tout le temps », a confié Keith Kellogg à Just the News lorsqu’on lui a demandé si John Kerry a envoyé un message contradictoire à l’Iran. « Par le simple fait qu’il soit allé là-bas et qu’il ait parlé au [ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad] Zarif, il a envoyé un contre-message très, très fort à ce que nous essayions de faire là-bas. »

« Nous lisons les câbles et nous comprenons ce qui se passe », a expliqué Keith Kellogg. « Nous en avons parlé dans le Bureau ovale à plusieurs reprises. Ce qu’il faisait n’était pas utile, car il contrait essentiellement tous les messages que nous diffusions et essayait de les pousser à un certain type de négociation. »

Donald Trump a réimposé des sanctions sévères à l’Iran après être sorti de l’accord nucléaire multilatéral avec le régime islamiste. Ces mesures ont paralysé la nation riche en pétrole dans le but de forcer l’Iran à s’engager dans la dénucléarisation.

« J’étais là à de nombreuses reprises lorsque le président tendait la main à des gens comme Macron en France, Boris Johnson au Royaume-Uni, pour essayer de leur demander de servir d’intermédiaire pour parler aux Iraniens et nous amener à un certain type de discussions. Et nous avons toujours eu un retour de bâton », a déclaré M. Kellogg. « Parce que nous avions des gens comme John Kerry qui parlaient à M. Zarif et à d’autres. »

Il semble que l’administration Trump n’ait rien fait pour retenir John Kerry, ce qui a causé un véritable dilemme à Keith Kellogg et à d’autres.

« Nous savions ce qu’il faisait et la frustration que nous avions, c’est que c’était essentiellement reconnu par tout le monde, mais que personne ne se souciait de savoir si l’un d’entre nous avait [sic] fait cela », a déclaré Keith Kellogg.

Fin 2016, Michael Flynn, le nouveau conseiller à la sécurité nationale du président élu Donald Trump, a fait l’objet d’un examen minutieux de la part du FBI pour avoir discuté des sanctions américaines contre la Russie avec l’ambassadeur russe Sergey Kislyak. Le bureau a envisagé d’inculper Michael Flynn en vertu d’une loi archaïque interdisant aux individus de mener des activités diplomatiques non autorisées.

John Kerry, qui est maintenant l’envoyé spécial du président Joe Biden pour le climat, s’est récemment défendu d’avoir parlé à Mohammad Javad Zarif du nombre de fois où Israël a frappé des cibles iraniennes. John Kerry a déclaré que cette information était du domaine public. Le message de John Kerry citait un message Twitter d’un journaliste qui avait pointé du doigt un reportage dans lequel un haut responsable israélien affirmait qu’Israël avait attaqué 200 fois les intérêts de l’Iran en Syrie, soit le même nombre que celui que John Kerry avait révélé à M. Zarif. On ne sait pas si la conversation entre John Kerry et M. Zarif a précédé le rapport public.

La Maison-Blanche n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires adressée par Epoch Times à John Kerry et à l’administration Biden.

M. Kellogg a déclaré que la révélation d’informations classifiées est toujours illégale, même si elles sont dans le domaine public.

« Même si c’est du domaine public, vous ne devez jamais reconnaître les opérations classifiées. La presse peut les obtenir, mais vous ne les reconnaissez pas », a déclaré M. Kellogg.

La nouvelle de la divulgation de John Kerry à Mohammad Javad Zarif a fait surface après la publication d’un rapport sur une interview de M. Zarif ayant fait l’objet d’une fuite en mars.

Dans l’audio divulgué, M. Zarif, le plus haut diplomate iranien, se plaint que l’élite des Gardiens de la révolution a eu plus d’influence sur les affaires étrangères et le dossier nucléaire du pays que lui-même.

« Je n’ai jamais pu dire à un commandant militaire de faire quelque chose afin d’aider la diplomatie », a déclaré Zarif.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ