L’ancienne conseillère de Clinton, Naomi Wolf, est bannie de Twitter à cause de ses allégations sur les vaccins anti-Covid-19

Par Jack Phillips
9 juin 2021
Mis à jour: 10 juin 2021

L’ancienne conseillère de Bill Clinton et auteur Naomi Wolf, qui a critiqué les passeports vaccinaux et la couverture médiatique de la pandémie du Covid-19, a été suspendue de Twitter, selon la société de médias sociaux.

Twitter a indiqué aux médias que Naomi Wolf, auteur du livre The Beauty Myth (le mythe de la beauté), a été suspendue parce que, selon l’entreprise, elle a diffusé des informations erronées sur les vaccins contre le Covid-19.

Les responsables de l’entreprise n’ont pas répondu immédiatement à une demande de commentaires d’Epoch Times.

Lorsque l’on tente d’accéder au compte de Mme Wolf sur Twitter, le message type s’affiche : « Compte suspendu… Twitter suspend les comptes qui violent les règles de Twitter. » Elle avait accumulé plus de 140 000 followers au fil des ans.

Alors que d’éminents utilisateurs confirmés de Twitter ont applaudi cette mesure et ont affirmé qu’elle était nécessaire parce que Naomi Wolf aurait soi-disant propagé des affirmations « anti-vaccins », d’autres ont déclaré que la décision de Twitter était une preuve supplémentaire de l’effet paralysant des plateformes de médias sociaux sur la liberté d’expression.

En janvier, Twitter et Facebook ont pris des mesures pour bannir l’ancien président américain Donald Trump et d’autres conservateurs après l’intrusion au Capitole du 6 janvier, s’attirant les critiques de certains dirigeants internationaux, dont la chancelière allemande Angela Merkel et le président mexicain Andrés Manuel López Obrador.

« Tous ceux qui aiment la liberté, y compris Naomi Wolf, doivent réaliser que la gauche est désormais l’ennemi de la liberté », a écrit sur Twitter le cinéaste conservateur Dinesh D’Souza.

En mars, Naomi Wolf avait critiqué le projet de création d’un système de « passeport vaccinal », estimant qu’il mettrait en péril les libertés civiles.

« ‘Le passeport vaccinal’ semble être une belle chose si vous ne comprenez pas ce que ces plateformes peuvent faire. Je suis PDG d’une société de technologie, je comprends ce que cette plateforme fait », a-t-elle déclaré à Fox News le 28 mars. « Il ne s’agit pas du vaccin, il ne s’agit pas du virus, il s’agit de vos données. Une fois que cela se déploie, vous n’avez pas le choix de faire partie du système. »

Mme Wolf a déclaré que ces systèmes s’apparentaient au système de crédit social du Parti communiste chinois (PCC), souvent utilisé pour punir les points de vue dissidents ou les opinions critiques envers le régime.

« Comment [le PCC] parvient-il à maintenir un milliard de personnes sous la coupe d’un régime totalitaire ? » avait-elle déclaré. « Le PCC peut trouver n’importe quel dissident en 5 minutes, et cela pourrait se produire ici littéralement dans un délai de quelques mois. »

Dans les années 1990, Mme Wolf, 58 ans, a été conseillère politique pour les campagnes de l’ancien président Clinton et de l’ancien vice-président Al Gore. En 2007, elle a écrit The End of America: A letter of Warning to a Young Patriot (la fin de l’Amérique : une lettre d’avertissement à un jeune patriote), dans lequel elle « expose ses arguments pour sauver la démocratie américaine », selon son site web.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ