L’approbation du vaccin Covid-19 de Pfizer est « irresponsable et mortelle », selon un groupe de défense des libertés civiles

Par Mark Tapscott
28 août 2021
Mis à jour: 28 août 2021

Un groupe de défense des libertés civiles s’est fermement opposé au bien-fondé de l’approbation par la Food and Drug Administration (FDA), le 23 août, du schéma à deux doses du vaccin Covid-19 de Pfizer, tout en cherchant à protéger le droit des personnes à refuser le vaccin.

Le groupe souligne que plus de 3 000 personnes sont décédées aux États-Unis après avoir reçu leur deuxième dose du vaccin Pfizer.

Le vaccin Pfizer est le premier à être approuvé pour un usage général chez les personnes âgées de 16 ans ou plus et sera commercialisé sous le nom de marque « Comirnaty », selon la FDA. Le vaccin Pfizer reste disponible dans le cadre de l’autorisation d’utilisation d’urgence de l’agence pour les personnes âgées de 12 à 16 ans.

Le Covid-19 aurait tué plus de 660 000 Américains depuis janvier 2020.

Mais la décision de la FDA d’approuver le vaccin Pfizer en un temps record pourrait mettre en péril la santé publique, selon l’organisation de défense des valeurs chrétiennes évangéliques Liberty Counsel, qui a été sollicitée pour aider des milliers d’employés fédéraux, de soins de santé, de compagnies aériennes et d’autres employés, ainsi que des étudiants en médecine et en médecine dentaire qui s’opposent à la vaccination obligatoire contre le Covid-19.

« Accélérer une injection expérimentale en quelques mois sans des années d’études et de tests cliniques est irresponsable et mortel. La FDA a un terrible bilan en matière d’approbation de médicaments qui ont dû être rappelés et retirés du marché », a déclaré Mat Staver, cofondateur et PDG de Liberty Counsel, dans une déclaration rendue publique le 24 août.

« Je crains que cette hâte insensée d’approuver le dosage à deux doses de Pfizer ne vienne s’ajouter à la longue liste des médicaments nuisibles et qui ont échoué », a déclaré Mat Staver, dont le cabinet d’avocats d’intérêt public basé en Floride est spécialisé dans les litiges relatifs au premier amendement et à la liberté de religion.

« En dépit de cette approbation de la FDA, les gens peuvent toujours réclamer des exemptions médicales et religieuses », a ajouté M. Staver.

Le groupe de Staver a cité les données compilées par les Centers for Diseases Control and Prevention (CDC) dans leur système de recueil de rapports d’incidents indésirables en lien avec les vaccins (Vaccine Adverse Event Reporting System, VAERS), qui incluent 3 079 personnes décédées après avoir reçu la deuxième injection Pfizer.

Au total, près de 600 000 « événements indésirables » ont été signalés au VAERS concernant des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer ou ses deux principaux rivaux, Moderna et Johnson & Johnson. Les décès s’élèvent à 13 068 après avoir reçu l’un des trois vaccins.

Parmi les autres effets indésirables signalés au VAERS à la suite de l’administration de l’un des trois vaccins, on compte 5 617 cas d’anaphylaxie, 5 882 crises cardiaques, 17 228 cas d’invalidité permanente et 25 169 réactions allergiques graves.

Le CDC inclut avec le VAERS une déclaration de non-responsabilité qui comprend ce qui suit :

« Le VAERS accepte les rapports d’événements et de réactions indésirables survenant après une vaccination. Les prestataires de soins de santé, les fabricants de vaccins et le public peuvent soumettre des rapports au système. Bien qu’ils soient très importants pour surveiller la sécurité des vaccins, les rapports du VAERS ne peuvent pas être utilisés seuls pour déterminer si un vaccin a causé ou contribué à une maladie ou un événement indésirable. »

« Les rapports peuvent contenir des informations incomplètes, inexactes, fortuites ou invérifiables. En grande partie, les rapports au VAERS sont volontaires, ce qui signifie qu’ils sont sujets à des biais. Cela crée des limitations spécifiques sur la façon dont les données peuvent être utilisées scientifiquement. Les données provenant des rapports VAERS doivent toujours être interprétées en tenant compte de ces limites. »

Liberty Counsel a souligné dans sa déclaration que les autorités fédérales « ont également déclaré avoir déterminé qu’il existait des risques accrus de myocardite et de péricardite, ou d’inflammation cardiaque, après l’administration du vaccin, en particulier dans les sept jours suivant la deuxième dose du schéma à deux doses ».

Dans une lettre adressée aux responsables de Pfizer, Denise Hinton, scientifique en chef de la FDA, a déclaré qu’elle avait conclu que le vaccin de la firme devait être approuvé pour un usage régulier, sous réserve de certaines restrictions, car :

« J’ai conclu, conformément à la section 564(d)(2) de la loi, qu’il est raisonnable de croire que les avantages connus et potentiels du vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNTech, lorsqu’il est utilisé pour prévenir le Covid-19 et utilisé conformément à la présente portée de l’autorisation (section II), l’emportent sur ses risques connus et potentiels. »

« J’ai conclu, conformément à la section 564(d)(3) de la loi, sur la base de l’ensemble des preuves scientifiques dont dispose la FDA, qu’il est raisonnable de croire que le vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNTech peut être efficace pour prévenir le Covid-19 lorsqu’il est utilisé conformément à cette portée de l’autorisation (section II), conformément à la section 564(c)(2)(A) de la loi. »

Liberty Counsel a également souligné que l’approbation d’un médicament par la FDA n’empêche pas son retrait du marché à une date ultérieure lorsque des problèmes sont documentés.

Voici quelques-uns des exemples relevés par Liberty Counsel :

– En 1985, le Seldane (Terfenadine) était un antihistaminique qui ne provoquait pas de somnolence. Il était sur le marché depuis 13 ans avant d’être rappelé en raison de problèmes cardiaques potentiellement mortels lorsqu’il était pris en combinaison avec d’autres médicaments.
– Le Zantac a été retiré des États-Unis en 2020 en raison d’effets secondaires graves, notamment des problèmes de foie, une lenteur du rythme cardiaque, une pneumonie et la possibilité de masquer un cancer de l’estomac.
– Le Darvocet est arrivé sur le marché américain en 1955 et n’a été retiré qu’en 2010, lorsqu’on a découvert qu’il présentait une toxicité grave pour le cœur. Entre 1981 et 1999, plus de 2 110 décès ont été signalés. Le Royaume-Uni l’a interdit cinq ans plus tôt, en 2005.
– Le Meridia a été retiré du marché en 2010 en raison d’un risque accru de maladie cardiovasculaire et d’accident vasculaire cérébral. Six ans plus tôt, un examinateur de la FDA avait indiqué au Sénat que le Meridia, le Crestor, l’Accutane, le Bextra et le Serevent devaient tous être retirés du marché.
– L’Accutane a été retiré du marché en 2009 après avoir été vendu pendant 27 ans. Les raisons invoquées pour ce retrait étaient un risque accru de malformations congénitales, de fausses couches et de naissances prématurées, ainsi que des maladies inflammatoires de l’intestin et des tendances suicidaires.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ