L’approche humaine d’un policier auprès d’un homme furieux émeut aux larmes un témoin

Par Louise Bevan
6 novembre 2020
Mis à jour: 6 novembre 2020

Au Texas, une femme a appelé la police lorsque sa famille a vu un homme assis seul à une table d’un Starbucks qui semblait fou de rage. Le policier qui est arrivé quelques instants plus tard a eu une réaction si impressionnante que la femme a été « émue aux larmes » .

Michelle Mokszycki a pris une photo de l’interaction entre l’homme en colère et un officier de police de Garland, Alton Reese, le 10 septembre, et l’a publiée sur Facebook. Depuis lors, la photo et le témoignage de Mme Mokszycki a suscité beaucoup d’attention sur les médias sociaux.

(avec l’autorisation de Michelle Mokszycki)

« Il a comme répondu à sa prière », a déclaré Mme Mokszycki à propos de l’agent Reese, s’adressant à NBC 5. « Il s’est assis à la table de cet homme et l’a regardé droit dans les yeux. »

Mme Mokszycki s’est émerveillée de cette rapide désescalade et a partagé ce dont elle a été témoin sur Facebook. L’homme en colère « était énervé et criait très fort », a-t-elle expliqué. « Il avait l’air mal en point et semblait être à la rue. »

Elle et sa famille ont eu pitié de lui. Ils ont composé le 17, puis ont attendu dans le parking pour « s’assurer que cet homme était traité humainement. Le policier « a calmement demandé à l’homme bouleversé ce qui se passait », a poursuivi Mme Mokszycki, ajoutant : « J’ai été émue aux larmes de voir à quel point le policier a respecté cet homme et lui a fait comprendre qu’il était là pour l’aider. »

Le policier Alton Reese de Garland, Texas (Avec l’aimable autorisation du département de police de Garland )

M. Reese, qui est policier dans sa ville natale de Garland depuis 2014, a gagné la confiance de l’individu ; l’homme perturbé est parti calmement, sans qu’aucune autre intervention ne soit nécessaire.

Justifiant sa réponse, M. Reese a expliqué dans une vidéo publiée sur la chaîne YouTube du département de police qu’il lui avait simplement parlé « d’homme à homme » ce jour-là. « J’ai en quelque sorte délaissé mon travail de policier pour prendre une forme plus personnelle et humaine », a-t-il déclaré.

Le policier a ajouté que le fait que sa tante souffrait d’une maladie mentale avait empreint d’empathie et de compassion son action ce jour-là.

Le matin suivant la publication de son anecdote sur Facebook, Mme Mokszycki s’est réveillée avec une pléthore de commentaires. À ce jour, le post a été partagé plus de 28 000 fois.

(Avec l’aimable autorisation du département de police de Garland )

En se rendant sur Epoch Times via les médias sociaux, Mme Mokszycki a exprimé sa surprise. « Je suis étonnée de voir à quel point cette histoire s’est propagée aussi rapidement et aussi loin », a-t-elle déclaré. « Mon mari et moi voulions juste faire connaître l’histoire pour que les gens réalisent que le bien existe encore beaucoup dans ce monde. »

« Nous voulions également nous assurer que le chef de la police sache à quel point cet agent avait fait du bon travail », a-t-elle ajouté.

L’agent Reese, qui n’a pas de compte sur les médias sociaux, a également été débordé par les commentaires, recevant des SMS et des photos de nombreuses personnes.

Le policier a ensuite déploré que la confiance entre les forces de l’ordre et le public « semble avoir un peu disparu » ces derniers temps. « Je veux réinstaurer cette confiance », a-t-il déclaré à NBC 5. « Je veux que ma communauté sache que nous sommes là pour elle et que nous l’aidons quand elle en a besoin. »

La police de Garland est localement réputée pour sa gentillesse. En juillet, le policier James Brezik l’a également prouvé après une collision avec une jeune mère : elle a percuté sa voiture de patrouille après être sortie d’une station-service. Les deux voitures ont subi des dégâts.

En apprenant que la maman et son partenaire avaient perdu leur emploi, avaient deux bébés et avaient un mois de retard dans le paiement de leur loyer, il a choisi de ne pas lui mettre de contravention. En outre, il a lancé une collecte auprès de ses collègues, récoltant assez d’argent pour un mois de loyer et une carte cadeau de 450 dollars pour les courses de la jeune famille.

« Je travaille avec une équipe formidable », a expliqué M. Brezik, lui-même père de trois enfants, dans une vidéo qui a été diffusée sur la chaîne YouTube du département de police. « Ils ont vraiment un plus. »

« Je sais que vous avez tous une famille, vous n’étiez pas obligé de faire cela », a exprimé la mère, en pleurant. « Je vous suis vraiment reconnaissante. »

FOCUS SUR LA CHINE – Une crise immobilière fait scandale en Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ