L’architecture chinoise, une miniature du cosmos

Par Juexiao Zhang
13 août 2019 Mis à jour: 13 août 2019

L’architecture moderne s’élance dans le ciel, déclarant sa domination sur nous, simples humains. Elle ne nous relie pas aux cieux : elle semble défier le paradis pour un combat.

Depuis des millénaires, les Chinois ont développé leur propre style architectural. Basé sur les principes du taoïsme et du bouddhisme, il reflète la compréhension chinoise que le ciel, la terre et les êtres humains sont intimement liés. Le Japon, la Corée et une grande partie de l’Asie ont fait écho à ce style.

Harmonie entre le ciel et la terre

Yi Jing : Le Livre des Changements et d’autres écrits disent que les anciens peuples agissaient selon les lois du ciel, de la terre, de la nature et de la période de l’année. La philosophie taoïste était basée sur l’élément central, celui qui donne naissance aux cieux, à la terre et aux humains.

Le confucianisme a amené le principe de l’harmonie entre le ciel et la terre. La nature est le grand cosmos et l’être humain est le petit. En tant que miniature de la nature, l’être humain doit vivre et agir selon les lois de la nature et du cosmos.

Cette vision traditionnelle s’applique à tous les domaines de la vie chinoise, y compris l’architecture. Plus que l’emplacement et son utilisation pratique, un bâtiment devait s’harmoniser avec la nature tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

L’architecture chinoise ancienne démontrait le principe d’harmonie entre ciel et terre. Un temple bouddhiste zen dans les montagnes. (Shutterstock)

Les architectes chinois ont conçu des éléments du cosmos dans chaque structure. Des grottes primitives et des bâtiments simples aux constructions complexes, on retrouve constamment les éléments du cosmos dans l’architecture chinoise. D’une manière très palpable, l’architecture était une miniature du cosmos.

Les points cardinaux

Toute l’architecture chinoise commençait par des points cardinaux – nord, sud, est et ouest. Les architectes utilisaient des cartes que les astrologues avaient spécialement préparées à l’avance. Contrairement aux cartes d’aujourd’hui, le sud était en haut, le nord était en bas, l’ouest à droite et l’est à gauche.

Compte tenu de la situation géographique de la Chine dans l’hémisphère Nord, les Chinois croyaient qu’un climat agréable – les hivers plus chauds et les brises d’été des régions du Sud – venait du ciel. Le sud était donc le point de référence pour tous les bâtiments.

En général, l’architecte isolait les murs au nord, à l’ouest et à l’est et l’entrée faisait face au sud. Cela évitait à d’autres courants météorologiques, comme les vents du nord ou d’autres conditions défavorables, d’affecter la température dans la maison.

Pour se protéger contre les catastrophes climatiques, quatre créatures mythiques étaient placées sur les toits des maisons, comme esprits protecteurs des quatre points cardinaux. La tortue noire était placée au nord, l’oiseau vermillon) au sud, le tigre blanc à l’ouest et le dragon vert à l’est.

Les tuiles de toiture

Il y a environ 3 000 ans, les premières tuiles étaient fabriquées en terre cuite. Plus tard, la fleur d’ylang-ylang et un mélange d’argile et de pierre ont recouvert les toits des maisons. Par la suite, les toits ont été rehaussés de glacis et de brillants de différentes teintes.

Les tuiles étaient maintenues ensemble par des clous et souvent ornées de motifs animaux ou végétaux destinés à protéger contre les catastrophes naturelles.

Des conceptions spécifiques ont été réservées aux habitations de l’empereur, comme les splendides tuiles jaunes, que l’on peut encore voir aujourd’hui sur les bâtiments de la Cité interdite à Pékin. Les tuiles du toit du Temple du Ciel de Pékin sont bleues.

Les supports dougong, ou imbriqués, sont une caractéristique du bâtiment chinois traditionnel qui repose sur le bois. (Shutterstock)

Le bois : principal matériau de construction

Le bois était le principal matériau de construction utilisé par les architectes chinois. On pouvait facilement l’obtenir dans les nombreuses forêts de Chine. Le bois était préféré comme matériau de construction naturel parce qu’il dégageait une odeur parfumée et agréable à l’intérieur d’un bâtiment. De plus, son grain et son lustre apportaient une atmosphère de vie naturelle à la maison. Pour les architectes, le bois était un matériau de construction vivant, qui respirait, absorbait et repoussait l’humidité. Mais il avait ses inconvénients, car la plupart des maisons prenaient facilement feu.

La charpente

Les architectes chinois ont préféré construire une maison en construisant d’abord une charpente, car cela apportait un certain nombre d’avantages au constructeur.

Contrairement à une structure solide (en pierre), un bâtiment à charpente possède des poutres et des piliers pour supporter le poids à certains points de pression. Cette méthode de construction permet d’avoir des pièces larges et ouvertes.

L’architecture chinoise a assuré une transition en douceur vers l’environnement et a véritablement harmonisé les êtres humains avec leur monde et le ciel.

RECOMMANDÉ