De l’argent des contribuables américains est allé à un affilié d’Al-Qaïda, sous l’administration Obama, selon un rapport du Sénat américain

Par Li Hai
1 janvier 2021
Mis à jour: 1 janvier 2021

De 2014 à 2015, au moins 150 000 dollars de l’argent des contribuables américains ont été versés à une organisation islamique liée au terrorisme par l’intermédiaire d’une organisation humanitaire, dont une grande partie a été approuvée par l’administration Obama de l’époque, bien qu’elle ait été informée que l’organisation islamique était une entité sanctionnée, indique un rapport du Sénat.

Le 23 décembre, le président de la commission des finances du Sénat, Chuck Grassley (Parti républicain, Iowa), a publié le rapport d’une enquête menée par son personnel sur les relations entre World Vision, une organisation humanitaire à but non lucratif, et l’Islamic Relief Agency (ISRA) (littéralement, « agence islamique de secours »), une organisation qui a financé des activités terroristes.

World Vision est une organisation à but non lucratif fondée en 1950 pour fournir une aide humanitaire aux populations démunies dans les zones vulnérables du monde entier.

L’ISRA a son siège au Soudan et a été sanctionnée par les États-Unis depuis 2004 « après qu’ils ont acheminé environ 5 millions de dollars à Maktab Al-Khidamat, le prédécesseur d’Al-Qaïda contrôlé par Oussama Ben Laden », indique le rapport.

Voici une chronologie des événements du rapport :

– Le 21 janvier 2014, World Vision a soumis une demande de subvention à l’Agence américaine pour le développement international (USAID) afin de fournir des services humanitaires à certaines zones touchées par le conflit au Soudan. World Vision a ensuite reçu une subvention de 723 405 dollars pour mener à bien ce programme.

– Le 1er février 2014, World Vision a conclu un accord avec l’ISRA en vertu duquel l’ISRA fournira des services humanitaires à certaines parties de la région du Nil Bleu au Soudan au nom de World Vision. Avant cela, World Vision avait travaillé avec l’ISRA sur plusieurs projets de 2013 à 2014.

– Fin septembre 2014, le service juridique de World Vision a été informé du statut potentiel de l’ISRA en tant qu’entité sanctionnée. World Vision a alors cessé tout paiement à l’ISRA et a commencé à enquêter pour savoir si l’ISRA était effectivement une entité sanctionnée.

– Le 23 janvier 2015, l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) a répondu à l’enquête de World Vision selon laquelle l’ISRA est effectivement une entité sanctionnée. Dans la même lettre, l’OFAC a rejeté la demande de World Vision d’obtenir une licence pour effectuer des transactions avec l’ISRA.

– Le 19 février 2015, World Vision a de nouveau demandé une licence pour traiter avec l’ISRA afin de lui verser 125 000 dollars pour les services rendus. Dans sa demande, World Vision a souligné qu’elle pourrait faire face à de graves conséquences juridiques et même à l’expulsion du Soudan si elle ne payait pas à l’ISRA les sommes dues.

– Le 4 mai 2015, le ministère des Affaires étrangères de l’administration Obama a recommandé à l’OFAC d’accéder à la demande de World Vision de lui accorder une licence pour payer à l’ISRA 125 000 dollars de sommes dues. Le lendemain, l’OFAC a accordé à World Vision une licence spécifique pour payer 125 000 dollars à l’ISRA uniquement pour les services rendus.

Le rapport indique que 125 000 dollars ont été versés le 7 mai 2015, dont 111 982 dollars proviennent d’une subvention du gouvernement des États-Unis (USG) et 9 062 dollars d’une aide du gouvernement irlandais.

Avant cela, 39 758 dollars provenant d’une subvention du gouvernement des États-Unis (USG) ont été versés à l’ISRA le 31 août 2014.

Le rapport montre également que près de 200 000 dollars au total du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ont également été versés à l’ISRA. Le gouvernement des États-Unis est l’un des principaux contributeurs du PNUD, selon son site web officiel.

Un rapport du Sénat montre que l’argent des contribuables américains a été versé à l’ISRA en 2014 et 2015. (Capture d’écran/Epoch Times)

Le rapport de Chuck Grassley a conclu qu’ils « n’ont trouvé aucune preuve que World Vision ait intentionnellement cherché à contourner les sanctions américaines en s’associant à l’ISRA ». Ils n’ont pas non plus trouvé « de preuve que World Vision savait que l’ISRA était une entité sanctionnée avant de recevoir la notification de l’OFAC ».

Toutefois, le rapport souligne que cet échec s’est produit parce que le contrôle de World Vision « a ignoré les procédures d’enquête de niveau élémentaire, comme le fait de ne pas effectuer de recherche secondaire de base » via des moteurs de recherche gratuits sur Internet ou en appelant les lignes d’assistance de l’OFAC pour obtenir un résultat précis.

« De plus, bien que nous ne trouvions aucune raison de mettre en doute l’affirmation de World Vision selon laquelle les fonds dans leur totalité ont été utilisés par l’ISRA à des fins humanitaires, cet argent aide inévitablement leurs activités terroristes », indique le rapport.

Nouvel Horizon – La nouvelle mutation du Covid-19 inquiète


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ