L’attaque contre l’imprimerie d’Epoch Times a été encouragée par l’inaction du gouvernement de Hong Kong selon le Groupe de défense des médias

Par Eva Fu
16 avril 2021
Mis à jour: 16 avril 2021

Le gouvernement de Hong Kong, par son inaction, « a provoqué » la récente attaque violente contre l’imprimerie de l’édition d’Epoch Times de la ville, a déclaré le groupe de défense des médias Reporters sans frontières (RSF) dans une déclaration condamnant l’incident.

Le 12 avril, vers 4 heures du matin, quatre hommes armés ont fait irruption dans l’entrepôt d’impression de l’édition de Hong Kong. Ils ont brisé des équipements à l’aide de masses et dispersé des débris de construction sur les équipements avant de voler un ordinateur et de s’enfuir dans une camionnette blanche.

L’incident a duré environ 2 minutes, mais a causé d’importants dégâts. L’édition de Hong Kong a dû interrompre temporairement ses activités pour effectuer des réparations et améliorer le système de sécurité de l’établissement.

Citant un incendie criminel qui avait visé le même établissement il y a tout juste un an et demi, le Groupe de défense a demandé aux autorités de punir les intrus et de rétablir la liberté des médias.

« En laissant impunies les précédentes attaques contre des journalistes et en créant un climat de suspicion à l’encontre des médias indépendants, les autorités de Hong Kong encouragent cette violence », a déclaré Cédric Alviani, responsable du bureau Asie de l’Est de RSF.

Il a appelé la dirigeante de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, à « mettre fin aux attaques de son gouvernement, qui menacent l’indépendance des médias, et à rétablir la pleine liberté de la presse, telle qu’elle est inscrite dans la Loi fondamentale qu’elle est censée faire respecter ».

Le classement de Hong Kong en matière de liberté de la presse a connu une forte baisse au cours des deux dernières décennies, dégringolant de la 18e place en 2002 à la 80e place en 2020 dans le classement mondial de la liberté de la presse de RSF. À titre de comparaison, la Chine se classe au 177e rang sur 180.

Au cours de l’année écoulée, le régime chinois a entrepris de priver Hong Kong des libertés qui le distinguent de la Chine continentale. Mais certains « vestiges de la démocratie » sont restés sous la forme d’une presse libre – « et Epoch Times en est le symbole », a déclaré Jack Keane, ancien général de l’armée américaine, sur la chaîne de télévision Fox Business, le 13 avril.

« Certains des vestiges de la démocratie sont encore là, et le Parti communiste chinois les écrase physiquement du mieux qu’il peut », a-t-il ajouté.

Au moins 5 autres groupes de journalistes ont également appelé les autorités de Hong Kong à traduire les auteurs en justice.

Des ordinateurs endommagés et des débris de construction sur le sol de l’imprimerie de l’édition hongkongaise d’Epoch Times, à Hong Kong, le 12 avril 2021. (Adrian Yu/ Epoch Times)

Scott Griffen, directeur adjoint de l’Institut international de la presse, basé à Vienne, a déclaré que cette « attaque doit faire l’objet d’une enquête complète et immédiate de la part des autorités, qui doivent demander des comptes aux responsables ».

« Nous sommes scandalisés par cette dernière attaque contre Epoch Times, qui survient à un moment où le gouvernement chinois supprime méthodiquement et brutalement les droits fondamentaux, notamment la liberté d’expression, de la population de Hong Kong », a déclaré Scott Griffen dans un communiqué envoyé par courriel. « Il doit y avoir une tolérance zéro pour les attaques contre les journalistes et les médias, et nous attendons une action rapide des autorités de Hong Kong. »

June Guo, directrice d’Epoch Times Hong Kong, a déclaré que le journal avait pour objectif de reprendre l’impression avant le 16 avril, date à laquelle le tribunal prononcera les sentences des principaux militants pro-démocratie.

Le député Ralph Norman (Parti républicain, Californie du Sud) a déclaré qu’il « fêtera avec Epoch Times la reprise prochaine de l’impression à Hong Kong ».

« La tyrannie prospère lorsque ceux qui la dénoncent ne peuvent pas être entendus », a-t-il dit à Epoch Times.

« Il s’agissait clairement d’une tentative de faire taire Epoch Times, et je condamne cette attaque dans les termes les plus forts possibles. »

« Partout dans le monde, les ennemis de la liberté d’expression doivent être affrontés avec détermination, résilience et avec des voix encore plus fortes. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ