L’attaque de Twitter et Facebook contre la liberté de la presse

Note de la rédaction
Par La Redaction
20 octobre 2020
Mis à jour: 21 octobre 2020

Facebook et Twitter ont pris des mesures extraordinaires contre le New York Post à la suite d’un article sur le fils de l’ancien vice-président Joe Biden.

C’est la première fois que les sociétés de médias sociaux prennent des mesures directes contre un article d’un grand éditeur américain (le New York Post figure parmi les cinq premiers journaux en termes de tirage).

Les mesures prises par Facebook et Twitter semblent notamment arbitraires, sans cohérence ni raison valable.

Andy Stone, employé de la communication de Facebook, a déclaré que la plateforme « réduisait sa diffusion » de l’article du Post, notant que l’action est arrivée avant que l’article ait été vérifié (aussi douteux que les « vérificateurs de faits » eux-mêmes puissent être). Cela soulève des questions sur le fondement de la décision de Facebook de limiter la portée de l’article – tout en le censurant efficacement.

Twitter est allé plus loin que Facebook, en ajoutant des étiquettes d’avertissements aux tweets et en interdisant aux utilisateurs de publier le lien vers l’article du Post – tant publiquement que dans des messages directs – et en bloquant certains utilisateurs qui l’ont fait, dont le New York Post lui-même et l’attachée de presse de la Maison-Blanche Kayleigh McEnany.

Après s’être efforcé de justifier la censure, Twitter a ensuite fait valoir que l’article du Post violait sa politique sur les « informations personnelles et privées » et sa politique sur les « informations piratées ».

Dans une déclaration séparée, Twitter a déclaré que la plateforme « interdit l’utilisation de notre service pour distribuer des contenus obtenus sans autorisation ».

Cela signifie-t-il qu’à l’avenir, tous les articles médiatiques contenant des documents ayant fait l’objet d’une fuite seront interdits par la plateforme ? Et cette norme sera-t-elle appliquée uniformément à tous les médias ?

Selon les propres normes de Twitter, certains des reportages les plus importants jamais produits – qui s’appuient souvent sur des documents ayant fait l’objet d’une fuite – n’auraient pas leur place sur sa plateforme.

Les règles de Twitter et de Facebook sont si dangereusement vagues que les plateformes peuvent choisir de censurer le contenu comme elles l’entendent.

Ce n’est un secret pour personne que la taille et l’influence des deux sociétés ont augmenté ces dernières années, tout comme leur contrôle sur le discours public.

Elles auraient le droit de le faire en tant qu’éditeur. Mais au lieu de cela, Twitter et Facebook ont nié avec véhémence être des éditeurs, et prétendent plutôt être des plateformes ouvertes, ce qui leur donne des protections en vertu de l’article 230 de la loi sur la décence des communications.

Facebook et Twitter ont maintenant franchi cette ligne si publiquement et de manière si flagrante que, tout comme les médias qu’ils censurent, ils sont effectivement devenus des éditeurs, et devraient être tenus de respecter les mêmes normes de responsabilité.

RECOMMANDÉ