L’Australie a cessé de s’approvisionner en coton du Xinjiang, Chine, à la suite des allégations de travail forcé

Par Mimi Nguyen-ly
19 octobre 2019 Mis à jour: 19 octobre 2019

Deux sociétés, Cotton On et Target Australia, auraient cessé de s’approvisionner en coton dans le Xinjiang de Chine après qu’une enquête menée par une chaîne de télévision australienne eut révélé que des musulmans ouïghours étaient forcés de travailler dans un certain nombre d’usines textiles de la région.

Le programme de journalisme d’enquête « Four Corners », de l’Australian Broadcasting Corporation (ABC), a révélé en juillet que certaines marques de vêtements vendues en Australie – dont Target, Cotton On, Jeanswest, Dangerfield, Ikea et H&M – s’approvisionnaient en coton du Xinjiang, et que des « preuves croissantes » indiquent un système de travail forcé dans cette région.

L’ABC a rapporté en juillet que Cotton On et Target Australia enquêtaient sur leurs relations avec leurs fournisseurs du Xinjiang, et qu’au 17 octobre, Cotton On avait terminé son enquête interne.

Selon l’ABC, le groupe de mode australien qui exploite les marques Cotton On a déclaré qu’il ne s’approvisionnait plus auprès du sous-traitant Litai Textiles basé au Xinjiang. Cotton On a également déclaré qu’il est « absolument déterminé à avoir une chaîne d’approvisionnement éthique ».

Target, la plus importante chaîne de grands magasins en Australie, a déclaré qu’elle a « pris la décision d’arrêter les commandes » d’une usine appartenant à la société Huafu dans le Xinjiang. Une enquête interne est en cours sur les approvisionnements provenant de l’usine.

Target, la plus importante chaîne de grands magasins en Australie

Entre-temps, les magasins du groupe Jeanswest ont déclaré qu’une enquête interne menée après la sortie du rapport de Four Corners n’a révélé « aucune preuve que notre coton provient de cette région », celle du Xinjiang, a rapporté lABC.

Ruse Kulak, d’Amnesty International, offre des félicitations dans une déclaration du 17 octobre : « Amnesty félicite la décision prise par Cotton On et Target de cesser de se procurer du coton de la région du Xinjiang. Nous savons qu’il y a de terribles violations des droits de l’homme envers le million d’Ouïghours qui y sont actuellement internés dans des camps politiques de ‘rééducation’ où les travaux forcés est une pratique courante ».

« Les Australiens se soucient des droits de l’homme et ne veulent pas aider des pratiques comme le travail forcé quand ils achètent un nouveau t-shirt. »

« De toute évidence, le risque est trop grand que ces entreprises soient associées à l’oppression du peuple ouïghour. Nous appelons toutes les entreprises australiennes à rendre leurs chaînes d’approvisionnement transparentes afin de s’assurer que les consommateurs ne soutiennent pas involontairement les violations flagrantes des droits de l’homme des Ouïghours. »

L’édition d’Epoch Times a contacté Cotton On and Target Australia pour recueillir leurs commentaires.

L‘Associated Press a rapporté au début du mois d’octobre que l’administration Trump bloquait les expéditions d’une société chinoise produisant des pyjamas pour bébés à la suite d’allégations selon lesquelles des personnes fabriquant de tels articles – dont des Ouïghours – pouvaient être soumises aux travaux forcés.

« Si nous soupçonnons qu’un produit a été fabriqué en recourant aux travaux forcés, nous retirerons ce produit des rayons américains », a déclaré Mark Morgan, commissaire par intérim du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, à l’époque.

Début octobre, les États-Unis ont également imposé des restrictions en matière de visas aux responsables du Parti communiste chinois qu’ils considèrent comme responsables de la détention ou de l’abus des minorités musulmanes dans le Xinjiang.

Le Département américain du Commerce a également ajouté 28 bureaux de la sécurité publique et entreprises chinoises sur une liste noire commerciale américaine en raison de la maltraitance chinoise envers les musulmans ouïghours et autres minorités ethniques musulmanes.

RECOMMANDÉ