L’auteur de l’attentat de l’Ohio se décrit lui-même comme un socialiste en guerre contre les «fascistes»

Par Zachary Stieber
6 août 2019 Mis à jour: 7 août 2019

Dimanche 4 juillet, un jeune homme ouvrait le feu devant un bar d’une commune de l’Ohio. Malgré l’intervention très rapide des policiers (moins d’une minute), le tireur a eu le temps de faire neuf morts et vingt-sept blessés.

La sœur du tireur, 22 ans, figure parmi les victimes. On compte également parmi les autres victimes un lycéen de 15 ans, membre du club de football local.

Le suspect arrêté, arme en main, s’appelle Connor Betts. L’homme de 24 ans a fait part de ses convictions avant de passer à l’acte.

Connor était un démocrate et avait sa carte du parti. Il publiait du contenu pro-socialiste sur un compte dans les médias sociaux et répétait à plusieurs reprises qu’il fallait encourager le contrôle des armes à feu, et combattre par la violence les « fascistes » et les tenants de la suprématie blanche. Il se décrivait également comme un sataniste.

(@iamthespookster/Twitter)
(@iamthespookster/Twitter)

Le tueur se décrit comme un « gauchiste » sur son profil Twitter et publiait des selfies sous les hashtags « selfie4satan » et « HailSatan ».

M. Betts a partagé des vidéos anti-républicaines de Some More News, y compris une vidéo de l’animateur Cody Johnston qui accuse Donald Trump de vouloir « tirer sur les migrants à la frontière ».

L’auteur de la fusillade a également indiqué à maintes reprises son soutien à la possession des armes à feu, en écrivant dans un post : « C’est l’Amérique: des armes à feu à chaque coin de rue, des armes dans chaque maison, pas d’autre liberté que celle de tuer. »

Connor Betts a décrit les centres de détention de l’immigration comme des « camps de concentration ». Il affirmait également : « Coupez les clôtures. Tranchez les pneus des autorités douanières. Lancez des pinces coupantes par-dessus les clôtures. »

Ces discours sont largement tenus par une partie des démocrates américains, qui parfois vont jusqu’à justifier la violence. Joe Biden, candidat démocrate aux présidentielles, a ainsi récemment expliqué qu’il « comprenait » la violence et l’appel à la violence de la mouvance Antifa aux États-Unis, groupe auteur d’agressions physiques parfois graves.

Ce langage qu’on pourrait qualifier d’hyperbolique trouve un autre exemple avec Alexandria Ocasio-Cortez (représentante démocrate de la ville de New York) récemment citée par un membre d’Antifa âgé de 69 ans. L’homme, armé, a voulu attaquer un centre d’immigration dans l’État de Washington avant d’être abattu.

M. Betts a affirmé son soutien à la sénatrice Elizabeth Warren (D-Mass.) et à Mme Ocasio-Cortez en partageant un article sur Nancy Pelosi (D-Calif.), leader de la majorité parlementaire, démocrate et cible des critiques de la branche plus radicale de son mouvement.

Connor Betts, dans un cliché pris par le département de Police. (Dayton Police Department)

Le tireur présumé a également appelé à la violence contre les soi-disant « fascistes ». Il a un jour partagé un article de Buzzfeed en écrivant en légende: « Tuez chaque fasciste ». Dans un autre post, Connor Betts a écrit : « Je veux le socialisme, et je n’attendrais pas que les idiots se mettent enfin à comprendre. »

Sa page Twitter a été découverte par le site Heavy.com. Twitter a ensuite supprimé la page.

Manifeste du tireur texan de El Paso

Connor était l’auteur de la 251e fusillade faisant plus de quatre mort aux États-Unis, suivant une autre tuerie perpétrée moins de 24h avant son passage à l’acte.

Cette deuxième fusillade, qui a fait 22 morts, s’est produite dans un Wallmart à El Paso, dans le Texas.

Patrick Crusius auteur présumé de l’attaque, a laissé derrière lui un manifeste. La police a confirmé qu’il en était l’auteur.  Celui-ci titrait: « Réponse à l’invasion hispanique du Texas ».

« Ce sont eux les instigateurs, pas moi. Je défends simplement mon pays du remplacement culturel et ethnique provoqué par une invasion[sic] », écrit Patrick Crusius.

« Certains penseront que cette déclaration est hypocrite en raison de la destruction ethnique et culturelle presque totale perpétrée par les Européens par les Amérindiens, mais cela ne fait que renforcer mon argument. Les indigènes n’ont pas pris au sérieux l’invasion des Européens, et maintenant la population américaine qui reste n’est plus que l’ombre de ce qui était. »

Le présumé tueur a exprimé sa consternation devant les démocrates et les républicains et a déclaré que les législateurs « nous laissent tomber depuis des décennies ».

(Facebook).

« Ils sont soit complaisants, soit impliqués dans l’une des plus grandes trahisons du peuple américain de notre histoire. La prise de contrôle du gouvernement des États-Unis par des sociétés non contrôlées », a-t-il ajouté, prédisant le prochain avènement d’un futur État unipartite.

Le département de Justice a notifié que le cas d’El Paso serait traité comme une affaire de « terrorisme intérieur ». Les autorités ont fait savoir qu’elles allaient requérir la peine de mort contre lui.

Donald Trump a écrit sur Twitter: « Nous ne pouvons pas laisser ceux qui ont été tués à El Paso, au Texas, et à Dayton, en Ohio, mourir en vain. Il en va de même pour ceux qui sont gravement blessés. Nous ne pourrons jamais les oublier, ni ceux qui les ont précédés ». Le président a également justifié une nouvelle législation interdisant les personnes souffrant d’instabilité mentale de posséder des armes à feu.

RECOMMANDÉ