L’autre problème avec la théorie critique de la race

Par Rob Natelson
26 juin 2021
Mis à jour: 26 juin 2021

Les modes éducatives telles que la « théorie critique de la race » (TCR) transmettent des messages erronés ou déformés. Mais cet essai se concentre sur une autre préoccupation : elles font également perdre du temps en classe et des ressources rares qui devraient être utilisés pour couvrir des sujets plus importants. Ils incitent les enseignants à négliger les objectifs académiques essentiels.

À proprement parler, la TCR n’est pas du tout une « théorie ». Les théories sont basées sur des expériences et des tests contrôlés ou, dans le domaine des sciences sociales, sur des recherches empiriques. La TCR est tout au plus une hypothèse provisoire. Elle s’appuie indûment sur des anecdotes, et ses « conclusions » semblent dictées par les partis pris politiques de ses promoteurs.

De plus, comme d’autres modes, elle est le produit de l’ignorance culturelle. Cela n’est pas surprenant, quand on sait que la TCR a vu le jour dans les facultés de droit, où l’ignorance culturelle est courante.

Un article récent paru dans Education Week plaide pour l’injection de la TCR dans les programmes scolaires. L’auteur, qui nous dit avoir appris le sujet à la faculté de droit, semble bien intentionné. Néanmoins, son article illustre la confusion et l’ignorance qui se cachent derrière la TCR.

Par exemple, il affirme que les humains partagent 99,9 % du même matériel génétique – ignorant apparemment que ce chiffre est contesté comme étant trop élevé. Elle en conclut que la race n’est qu’une « construction sociale », ignorant ainsi les effets des différences génétiques restantes.

Plus loin dans son article, elle semble supposer qu’il existe des différences raciales après tout. Elle condamne l’interdiction faite aux étudiants de porter des « locks », car ceux qui les portent sont presque exclusivement des Afro-Américains. Or, il en est ainsi parce que la composition des cheveux de la plupart des Afro-Américains diffère de celle des Blancs ou des Asiatiques, par exemple. C’est l’effet de différences génétiques qui ne constituent certainement pas une simple « construction sociale ».

L’auteur nous dit également que la TCR n’a rien à voir avec la substance ; il s’agit simplement d’une « pratique » – une procédure. Mais les pratiques ont des résultats substantiels. Elle en laisse même échapper quelques-uns. Elle nous dit que la TCR permet aux élèves d’apprendre des événements liés à la race qu’ils ignoreraient autrement, comme le massacre de Tulsa et la façon dont « les enfants amérindiens ont été retirés de force de leur famille ».

L’auteur semble ignorer que tout le temps passé en classe à se pencher longuement sur la monstruosité des événements est du temps qui n’est pas consacré à des sujets bien plus importants pour la réussite des élèves de toutes races. Après tout, une bonne pédagogie ne concerne que partiellement la manière d’enseigner la matière. Il s’agit aussi de savoir quelle matière enseigner. Un bon enseignant sait qu’il n’a pas de temps à perdre.

La compréhension des mots anglais commence souvent par la connaissance de leurs racines allemandes ou latines, et il en va de même pour l’éducation. « Éduquer » vient de educere, le mot latin qui signifie « conduire à l’extérieur ». Dans l’usage latin, c’est peut-être le terme le plus courant pour « élever » ou « éduquer ». (L’éducation purement formelle est représentée par un autre verbe, erudire.) Les parents et autres éducateurs sortent les élèves de l’ignorance et de la sauvagerie par la substance de ce qu’ils communiquent, les compétences qu’ils enseignent et les modèles qu’ils fournissent. Grâce à l’éducation, nous créons des adultes responsables, matures et bien informés.

L’éducation est donc plus qu’un travail. C’est une confiance sacrée que nous devons à la fois à nos jeunes et à la société sur laquelle ils auront un impact. Notre système éducatif a abusé de cette confiance. Il y a quelques années, par exemple, une enquête de l’Intercollegiate Studies Institute a révélé que peu d’établissements d’enseignement supérieur amélioraient de manière significative les connaissances civiques des étudiants et que beaucoup d’entre eux – en particulier les universités d’élite – les réduisaient en fait.

La situation n’est guère meilleure au niveau de l’enseignement primaire et secondaire. Près de 40 ans et des milliards de dollars après que le célèbre rapport Nation at Risk (pdf) a tiré la sonnette d’alarme sur la qualité de l’enseignement américain de la maternelle à la 12e année, notre classement international aux tests de lecture, de mathématiques et de sciences reste notablement médiocre.

Je peux confirmer ces généralisations à partir de mon expérience personnelle. J’ai enseigné dans des écoles de droit pendant un quart de siècle. Mes étudiants étaient intelligents. Ils avaient des diplômes de lycée et d’université. La plupart avaient obtenu de bonnes notes. Pourtant, l’écrasante majorité d’entre eux connaissaient relativement peu notre patrimoine et nos institutions. Très peu avaient reçu une bonne formation sur les contributions de l’antiquité classique, l’histoire occidentale, la haute culture ou même le système constitutionnel américain. Certains avaient également des difficultés en mathématiques.

L’une des raisons de ces déficiences est que leurs écoles ont perdu du temps avec des modes éducatives. Elles ont négligé d’enseigner ce qui est important.

L’auteur de l’article d’Education Week célèbre la TCR en partie parce qu’elle enseigne aux élèves le massacre de Tulsa. Objectivement, est-il plus important pour les élèves américains de connaître le massacre de Tulsa ou le massacre de Boston ? N’oubliez pas que le temps est limité et que si vous enseignez les deux, vous risquez de les négliger tous les deux ou de négliger un autre sujet.

Certes, le massacre de Tulsa a coûté de nombreuses vies et le massacre de Boston n’en a coûté « que » cinq. (L’une de ces cinq était celle d’un patriote à moitié indien et à moitié afro-américain). Pourtant, pour les élèves américains, le massacre de Boston est objectivement plus important car il a joué un rôle central dans le déclenchement d’un événement crucial de l’histoire des États-Unis : la révolution américaine. Si les écoles consacrent moins de temps, voire aucun temps, au massacre de Boston parce qu’elles couvrent celui de Tulsa, elles rendent un mauvais service à leurs élèves.

De même, pour les élèves qui vivront au sein de la civilisation occidentale, apprendre comment l’héritage judéo-chrétien et européen a façonné cette civilisation s’avérera probablement bien plus utile que de connaître les royaumes du Mali, du Pérou ou de la Chine. L’apprentissage rigoureux d’une langue étrangère est susceptible d’apporter un éclairage bien meilleur sur d’autres cultures que les encadrés sur la « diversité » qui jonchent les manuels scolaires modernes.

Le programme scolaire traditionnel est traditionnel pour une raison : il a résisté à l’épreuve du temps. Les ressources scolaires sont trop précieuses pour être détournées ailleurs.

Robert G. Natelson est ancien professeur de droit constitutionnel, chercheur principal en jurisprudence constitutionnelle à l’Independence Institute de Denver, conseiller principal du mouvement de la Convention des États. Ses travaux de recherche sur la signification de la Constitution sont régulièrement cités par les juges et les avocats de la Cour suprême. Il est l’auteur de « The Original Constitution : What It Actually Said and Meant » (la Constitution originelle : formulation et signification véritables).

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ