L’avion ukrainien qui s’est écrasé en Iran a passé son contrôle technique il y a deux jours

Par Epochtimes.fr avec AFP
8 janvier 2020
Mis à jour: 8 janvier 2020

Le Boeing 737 ukrainien qui s’est écrasé mercredi matin en Iran, faisant 176 morts, était neuf et a passé son dernier contrôle technique il y a deux jours, a assuré sa compagnie aérienne. 

« L’avion a été fabriqué en 2016, il a été reçu par la compagnie aérienne directement de l’usine (Boeing). L’avion a subi sa dernière maintenance technique régulière le 6 janvier 2020 », a annoncé Ukraine International Airlines (UIA) sur Facebook, précisant suspendre sa liaison aérienne avec Téhéran sine die.

« C’était un de nos meilleurs avions avec un excellent et très sûr équipage », a déclaré larmes aux yeux à la presse, à l’aéroport Boryspil de Kiev, Ievguen Dykhne, le président de cette compagnie privée, la plus importante du pays.

Équipage  très expérimenté

Un de ses vice-présidents, Igor Sosnovsky, a pour sa part assuré que l’équipage était très expérimenté. « La probabilité d’une erreur de l’équipage est minime. Nous ne la considérons pas » sérieusement, a-t-il ajouté.

L’appareil a décollé de l’aéroport de Téhéran à 6H10 locales avant de disparaître des radars quelques minutes plus tard, s’écrasant près de la capitale iranienne, selon un communiqué de UIA.

Toutes les personnes à bord – parmi lesquels figuraient 82 Iraniens et 63 Canadiens  ont péri, selon le ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Le lien présumé entre ce drame et le tir de missiles iraniens?

M. Dykhné a refusé de commenter les spéculations concernant le lien présumé entre ce drame et le tir de missiles iraniens visant les forces américaines en Irak mercredi matin, conseillant de s’appuyer sur des sources officielles d’informations plutôt que sur les réseaux sociaux.

Les déclarations préliminaires des autorités iraniennes suggéraient une panne de l’avion tandis que la télévision anglophone iranienne Press TV a cité le porte-parole de l’aéroport Imam Khomeini de Téhéran, disant que le crash avait été causé par des « difficultés techniques ». 

Exclu la thèse d’un attentat terroriste

Une communiqué publiée sur le site de l’ambassade d’Ukraine en Iran mis en cause « une panne du moteur due à des raisons techniques » et exclu la thèse d’un attentat terroriste.

Ce texte a cependant été ensuite modifié, sa dernière version se bornant à déclarer que « des informations sur les causes de la catastrophe étaient en train d’être clarifiées par une commission » officielle.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de son côté mis en garde contre toute « spéculation » sur les causes de la catastrophe. Il a ordonné au Parquet général d’ouvrir une enquête à ce sujet, promettant aussi de vérifier « la navigabilité de toute la flotte aérienne civile » ukrainienne.

 

RECOMMANDÉ