L’avortement ou l’adoption : la mission de deux mamans pour aider à guérir les adolescentes et les femmes enceintes (vidéo)

Deux récits de grossesses non planifiées, où l'on a fait confiance à Dieu et choisi la vie
Par Louise Bevan
27 avril 2021
Mis à jour: 27 avril 2021

Deux femmes qui sont tombées enceintes à 16 ans ont choisi des chemins radicalement différents : l’une a avorté, l’autre a choisi l’adoption ouverte.

Des années plus tard, leurs expériences se rejoignent dans une mission commune : utiliser leurs histoires pour permettre à d’autres femmes de gérer leur propre grossesse non planifiée et, finalement, de choisir la vie.

S’adressant à Epoch Times, Tori Shaw et Leah Outten ont raconté comment leurs chemins de vie les ont amenées à trouver la guérison dans la foi, ce qui les a sorties du cocon de la honte et a réparé le traumatisme causé par le bris de leurs familles.

Tori et Leah, toutes deux ferventes chrétiennes, étudiantes de première année et enfants de divorcés, ont grandi à une trentaine de kilomètres l’une de l’autre en Caroline du Nord. Récemment, ces mamans courageuses, qui gèrent leurs deux associations distinctes pour aider les futurs parents, se sont réunies pour partager leurs histoires déchirantes dans un court-métrage intitulé Two Paths (deux voies).

(Avec l’aimable autorisation de Tori Shaw)

Tori a déclaré qu’elle avait cherché l’amour au mauvais endroit après que son père biologique a pratiquement disparu de sa vie.

« Je me sentais rejetée par mon père. J’ai été témoin de beaucoup de choses dans ma famille qui n’étaient pas aimantes, gentilles ou douces », a déclaré Tori. « Je cherchais l’amour dans tous les mauvais endroits et j’ai fait des choses que je n’aurais pas dû faire en tant qu’adolescente.

« Nos enfants sont très affectés par notre structure familiale et par ce dont ils sont témoins. Nous ne savons jamais comment cela va les affecter. Et ils ne s’ouvrent pas toujours pour nous dire qu’ils se sentent rejetés. Nous devons en être conscients. »

Pendant l’été de ses 16 ans, Tori est tombée malade et a été emmenée à l’hôpital. Le médecin a effectué un test de grossesse, qui s’est révélé positif. Le père du bébé était un adolescent de 18 ans, nommé Bryan, qui deviendrait plus tard le mari de Tori.

« J’étais sous le choc », dit-elle. « Il ne m’était jamais venu à l’esprit que j’étais enceinte. J’étais naïve. »

En quelques minutes, le médecin a programmé un avortement. Avec le consentement de sa mère, Tori est restée à l’hôpital, dormant pendant la majeure partie de son séjour. Son avortement a eu lieu dans les 24 heures suivant son admission à l’hôpital.

Tori a été submergée par la culpabilité et la honte d’avoir consenti à l’avortement de la petite fille qu’elle allait plus tard appeler Taylor. Elle n’a jamais parlé de ce traumatisme avec sa mère, qui avait également été bouleversée, et Tori s’est interdite de se confier à sa famille et à ses amis.

Tori avec son petit ami de l’époque, qui est aujourd’hui son mari, Bryan (Avec l’aimable autorisation de Tori Shaw)

Pour Leah, le choix de l’adoption ouverte lorsqu’elle est tombée enceinte à 16 ans l’a mise sur une voie fondamentalement différente.

Les parents de Leah, tous deux étudiants, ne se sont jamais mariés et vivaient séparément. Bien que Leah leur soit reconnaissante de lui avoir fourni des foyers séparés sûrs et aimants, un incident d’abus sexuel à l’adolescence l’a laissée vulnérable, cherchant sa valeur personnelle et des liens dans les mauvais endroits, et ressentant le besoin d’être près d’un homme.

Elle est tombée enceinte, mais heureusement, elle a trouvé le soutien dont elle avait besoin.

« C’est à ce moment-là que Dieu s’est vraiment servi de [ma grossesse] pour me sortir de cette situation et trouver ma véritable identité en Lui, d’où viennent ma valeur et mon amour véritables, et cela a vraiment changé la dynamique de ma famille », a déclaré Leah.

« Nous étions dans une situation de crise », a-t-elle ajouté. « Une chose que ma famille a très bien fait dès le début, c’est de me faire consulter tout de suite. Il y avait beaucoup d’émotions intenses, de sentiments, de colère et de chagrin en moi et chez mes parents, mais nous avons consulté pour faire face à tout cela et pour améliorer notre relation.

« Beaucoup de parents biologiques se sentent rejetés par leur famille, mais la mienne s’est rapprochée de moi et m’a apporté un soutien si extraordinaire que j’ai pu ressentir l’amour de tous ceux qui m’entouraient, un amour que j’avais cherché auparavant par d’autres moyens. »

Leah avec son nouveau-né, à l’hôpital (Avec l’aimable autorisation de Leah Outten)

Avant sa grossesse, Leah se souvient d’une conversation au cours de laquelle son père et sa belle-mère lui ont révélé qu’ils étaient pro-vie. Leur raisonnement était logique pour elle et lorsqu’on lui a proposé l’avortement, cela ne lui a pas paru juste.

« On m’a proposé l’avortement », dit Leah. « J’avais l’impression que c’était choisir la mort. J’avais cette moralité innée pour mon enfant, et pour cela j’étais prête à sacrifier les émotions que je pouvais ressentir dans ma vie. J’ai toujours su que j’étais là pour protéger cet enfant, quoi qu’il arrive. »

La famille de Leah ne s’est pas contentée de lui fournir un accès à des conseils impartiaux au cours de son premier trimestre, elle lui a également donné l’espace et le temps nécessaires pour prendre une décision éclairée. À sept mois de grossesse, Leah a choisi l’adoption ouverte. Elle a nommé le bébé, choisi les parents adoptifs et s’est même assurée d’avoir droit à des visites mensuelles pendant les premières années de la vie du bébé.

La mère biologique et la fille entretiennent une relation étroite jusqu’à ce jour.

Leah (D), avec son bébé et la mère adoptive du bébé (Avec l’aimable autorisation de Leah Outten)

Dès le début, la foi en Dieu a renforcé les convictions de Leah.

« Je voulais traverser tout ce que je devais traverser pour donner la vie à ce bébé », a déclaré Leah. « Dieu a utilisé l’adoption pour me faire grandir, mais aussi pour utiliser cette douleur dans un but précis. Je fais confiance à Dieu, encore et toujours, chaque jour. »

Tori, de son côté, se rappelle qu’elle a cherché à oublier son avortement en se tournant vers la boisson et la drogue pour engourdir la douleur.

« J’ai fait de mon mieux pour tout dissimuler et essayer de faire comme si cela n’était jamais arrivé », a déclaré Tori. « Je me considérais comme sans valeur. Il m’a fallu beaucoup de temps pour réaliser d’où venait une grande partie de ma dépression et de mon anxiété. Mais tout cela découle de cet avortement.

« La plupart des femmes qui ont subi un avortement disent qu’elles luttent contre la honte, le regret et la culpabilité. Beaucoup de femmes luttent contre des pensées suicidaires – c’est un sentiment accablant. »

Pourtant, Tori a fini par trouver la rédemption en Dieu.

« Ma foi en Dieu est tout », a déclaré Tori. « J’ai fui Dieu après mon avortement parce que je savais que ce que j’avais fait était mal, mais une fois que j’ai été prête à lâcher prise, et à laisser Dieu utiliser mon histoire, il a vraiment fait des choses étonnantes à travers mon témoignage. »

Tori et son mari, Bryan, avec leurs enfants (Avec l’aimable autorisation de Tori Shaw)

Tori a inauguré le centre Not Forgotten Ministries à Winston-Salem, qui offre un programme de défense et de mentorat pour les femmes qui choisissent de poursuivre leur grossesse, ainsi qu’un programme de guérison post-avortement guidé par la foi, avec des week-ends de retraite, pour celles qui choisissent de ne pas la poursuivre.

« Nous n’essayons pas de les juger ou de les forcer à faire quoi que ce soit. Nous voulons simplement qu’elles réfléchissent à tous leurs choix, parce que je suis passée par là et je sais que la décision s’impose de façon précipitée », a déclaré Tori.

« Nous encadrons également les mères qui choisissent la vie. Cela peut changer la vie de nombreuses femmes », a-t-elle ajouté, précisant que certaines femmes qui ont subi un avortement rejoignent ensuite le groupe de mentorat et de défense des droits, bouclant ainsi la boucle de la guérison.

Tori a lancé une campagne de collecte de fonds GoFundMe dans le but d’acheter des locaux situés en face du centre de services d’avortement Planned Parenthood (l’agence gouvernementale de planification familiale). Après avoir récolté 36 675 dollars sur un objectif de 825 000 dollars, elle a depuis réduit l’expansion de son centre d’accompagnement pour se contenter de louer un espace situé en face de ses locaux actuels. Cependant, les dons permettront à l’organisation à but non lucratif de commencer à offrir des échographies 3D gratuites aux futures mamans.

À 130 km de là, à Charlotte, Leah dirige Woven Together, un organisme sans but lucratif qui offre un « soutien tripartite » aux parents adoptifs, aux personnes adoptées et aux parents biologiques, dont les expériences sont inextricablement liées.

« Nous faisons beaucoup d’éducation pour essayer d’aider tous ceux qui ont été touchés par l’adoption à mieux le faire que par le passé, avec moins de silence, de colère et de malentendus », a déclaré Leah.

Leah (D) et son mari, Mark, avec leurs cinq enfants et la fille biologique de Leah (C). (Avec l’aimable autorisation de Carissa Rogers Photography via Leah Outten)

Tori a même écrit un livre, intitulé I Had A Secret For Seventeen Years : A Story of Redemption and Healing after Abortion (j’ai gardé un secret durant 17 ans : mon histoire de rédemption et de guérison après un avortement), dans lequel elle détaille son expérience. Aujourd’hui mère de quatre enfants, Tori vit à High Point avec Bryan, son mari depuis 16 ans.

Leah vit à Charlotte, où elle élève cinq enfants avec son mari de 14 ans, Mark.

Toutes deux estiment que la famille est la chose la plus essentielle dans une vie.

Aux autres femmes qui vivent une grossesse non planifiée, Leah dit : « Vous avez le choix. Il y a des gens qui veulent vous aider, vous accompagner dans cette épreuve ; vous n’êtes pas seule.

« Si vous n’avez pas de système de soutien familial, sachez qu’il y a des gens qui seront très, très heureux d’être une oreille attentive et de vous guider autant que possible. »

Tori espère que toutes les futures mamans envisageront toutes leurs options. « On se sent en panique, comme dans une situation désespérée, mais vous n’avez pas besoin d’être pressée », a-t-elle déclaré. « Ralentissez. »

« L’avortement prend effectivement la vie d’un bébé, mais il affecte aussi vraiment la vie de la maman. Nous espérons que les femmes trouveront la guérison dont elles ont besoin, et qu’elles pourront marcher en toute liberté, afin qu’elles puissent vraiment être vivantes, vous savez, et vraiment profiter de leur vie, et laisser Dieu faire le bien à travers elles. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ