Le changement climatique est-il devenu un outil de contrôle social ?

Par Rupert Darwall
3 mai 2021
Mis à jour: 3 mai 2021

Une des énigmes de la société contemporaine est cette acceptation répandue par les jeunes – les générations millénium et Z – de leur sort. Certes, ils n’ont pas été enrôlés dans une guerre comme les premiers baby-boomers, au Vietnam. Néanmoins, à d’autres égards, ils ont raison de se sentir lésés. Les économies des pays développés n’ont pas connu l’essor des décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. L’expansion ayant débuté dans les années 1980 s’est essoufflée à la suite de l’effondrement de la bulle Internet au début du siècle. L’économie n’a brillé que grâce à un boom immobilier stimulé par la banque centrale, qui a conduit à l’équivalent économique d’un arrêt cardiaque lors de la crise financière de 2007-2008.

« L’expérience que partagent tous les milléniums américains est que nos premières années d’adultes ont été dominées par une économie qui nous a fait défaut, à maintes reprises », écrit Joseph Sternberg dansThe Theft of a Decade: How the Baby Boomers Stole the Millennials’ Economic Future (le vol d’une décennie : comment les baby-boomers ont volé l’avenir économique des milléniums). Le marché de l’emploi s’est vidé de sa substance à mesure que les emplois de base se sont automatisés. Les recherches montrent qu’il est payant d’être vieux – l’écart de revenus entre les travailleurs masculins plus âgés et plus jeunes est passé de 11 % en 1970 à un étonnant 41 % en 2011. La baisse du pourcentage d’accès à la propriété a mis le principal véhicule d’accumulation de richesse de plus en plus hors de la portée d’une génération vivant en loyer, criblée de 1,4 billion de dollars de dettes d’études. Les générations précédentes ont connu des récessions, mais aucune depuis la Grande Dépression n’égale celle de la Grande Récession, note Sternberg. « Les reprises économiques n’ont pas été aussi lentes. La transformation sous-jacente du marché du travail n’a pas été aussi spectaculaire. Et les générations précédentes n’étaient pas aussi endettées, aussi pauvres en logements, aussi hantés par la perspective d’importantes factures d’impôts à venir. »

Ajoutez la pandémie à cette liste. Pour la génération Z, le désastre est encore plus grand. La plupart des jeunes de la génération 2000, âgés aujourd’hui d’une vingtaine d’années, ont eu la chance d’accéder à ce qui reste de l’échelle des emplois. Les étudiants voient leurs années d’université transformées en une expérience virtuelle d’apprentissage à distance et d’isolement social, leur entrée dans la vie adulte étant suspendue indéfiniment. Une génération a-t-elle déjà été traitée de façon aussi dérisoire par ses aînés ? Le gradient d’âge abrupt de Covid-19 signifie que les jeunes sont les moins exposés aux maladies graves, mais qu’ils sont les plus punis par l’isolement et la distanciation  sociale. Il y a des cas de non-conformité discrète, mais les signes d’une rébellion des jeunes sont rares. Les mandats des masques sont largement respectés. La justification des confinements est incontestée, sauf par une poignée de vieux baby-boomers grincheux. Les manifestations de rue qui ont suivi le meurtre de George Floyd par la police ont reçu l’approbation des responsables de la santé publique et des élites culturelles et politiques, ce qui constitue peut-être un indice qu’il y a anguille sous roche en ce qui a trait à l’utilisation du coronavirus pour le contrôle social par les autorités.

L’analyse de la société en termes de rivalités intergénérationnelles est plus à même d’expliquer les changements culturels, sociaux et politiques que ne l’est leur considération exclusive à travers le prisme de théories fondées sur la classe sociale ou la couleur de la peau. La rupture intergénérationnelle est une caractéristique du vingtième siècle. Aux États-Unis, 1968 a vu la radicalisation du Parti démocrate et le début des guerres culturelles, opposant les jeunes baby-boomers à la majorité silencieuse de Richard Nixon. À Paris, les émeutes étudiantes ont failli faire tomber le général de Gaulle. De l’autre côté du Rhin, les Allemands de 1968 qui ont accédé au pouvoir par le biais des Verts ont provoqué un glissement permanent vers la gauche de la politique allemande, puis européenne.

Le traumatisme beaucoup plus profond de la défaite de la Première Guerre mondiale a suscité chez les jeunes Allemands et Autrichiens une réaction très différente de la conformité monochrome des jeunes d’aujourd’hui. « La génération de l’après-guerre s’est émancipée, par une réaction soudaine et violente, de tout ce qui avait été accepté jusque-là », écrit le romancier Stefan Zweig dans Le Monde d’hier, ses mémoires sur l’Europe d’avant 1914 et l’entre-deux-guerres. « Un monde entièrement nouveau, un ordre différent, allait commencer avec ces jeunes gens dans tous les domaines de la vie », raconte-t-il. « Toute personne ou tout ce qui n’était pas de leur âge était fini, démodé, terminé. » La jeunesse était célébrée pour son ignorance d’un passé dont elle était déterminée à se libérer. « Plus vous étiez jeune, écrit Zweig, et moins vous aviez appris, plus votre affranchissement de la tradition était apprécié – en fin de compte, c’était la jeunesse qui se débarrassait triomphalement de sa rancune envers la génération parentale. » Les jeunes Autrichiens et Allemands d’il y a un siècle maîtrisaient la sémiotique familière comparativement aux consommateurs de médias sociaux actuels. « L’article défini était omis, la structure des phrases était inversée, tout était écrit en style abrégé, télégraphique, avec des exclamations donnant le ton », raconte Zweig. La demande d’une expression politiquement correcte était également similaire ; « toute littérature qui n’était pas ‘activiste’, c’est-à-dire basée sur le politiquement correct, était jetée à la poubelle. »

Cette génération antérieure a été frappée par une pandémie bien plus meurtrière que le Covid-19. Le nombre de décès dus au Covid-19 dans le monde a atteint 3 millions en avril. Les estimations des décès dus à la grippe espagnole de 1918-19 varient entre 15 et 100 millions, alors que la population mondiale représentait moins d’un quart de ce qu’elle est aujourd’hui. Contrairement au Covid, la grippe espagnole a été beaucoup plus fatale pour les personnes âgées de 20 à 30 ans que pour tout autre groupe d’âge, à l’exception des nourrissons. Pourtant, Zweig, qui avait 37 ans à la fin de la guerre, ne fait aucune mention de la pandémie. Au lieu de cela, le chaos de l’inflation d’après-guerre en Autriche a marqué ces années, où douze mois de loyer d’un appartement de taille moyenne coûtaient moins qu’un seul repas de midi. La réponse à l’instabilité aliénante de l’argent n’aurait pas pu être plus différente du « restez à l’abri » de notre période déprimante avec le Covid. « Au milieu de la catastrophe, la nation dans son ensemble a vécu plus intensément que jamais auparavant », écrit M. Zweig. « Ce qui avait été important pour nous auparavant l’était encore plus maintenant. »

« L’énorme révolution » d’après-guerre est née de ce que Zweig appelle l’écrasement de la croyance en l’infaillibilité des autorités qui avaient conduit l’Autriche au désastre. « Il n’est pas étonnant que toute une jeune génération ait regardé avec amertume et mépris ses pères, qui s’étaient laissés priver d’abord de la victoire, puis de la paix, qui avaient tout fait de travers, n’avaient rien prévu et avaient fait des calculs erronés à tous égards. »

Rien de ce que les baby-boomers ont fait jusqu’à présent n’est comparable à l’erreur catastrophique des Habsbourg qui ont déclenché la Première Guerre mondiale. Pourtant, il y a un aspect sur lequel les attitudes des milléniums et de la génération Z diffèrent nettement de celles de ces jeunes Autrichiens d’il y a 100 ans. « Aucun de ces jeunes ne croyait leurs parents, les politiciens ou leurs professeurs », affirme Zweig. Aujourd’hui, les générations et les autorités partagent la même conviction sur ce qui est le plus grand problème de notre époque. « Traitez la crise climatique comme une vraie crise », déclare l’adolescente Greta Thunberg, militante pour le climat, dans ce qui semble être un lapsus freudien (Zweig, qui connaissait Freud, le qualifiait d’ « intellect le plus lucide de l’époque »). Il n’y a guère d’institution – publique ou privée – qui ne récite pas le catéchisme climatique, désignant le climat comme est une menace existentielle : le président des États-Unis, la Fed, le FMI, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé, Davos, Wall Street et tous les chefs d’entreprise désireux d’éviter une bataille d’actionnaires. Pour plaire aux milléniums, le capitalisme est devenu woke.

« Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout, et pourtant vous volez leur avenir sous leurs yeux », a déclaré Greta Thunberg à la conférence de l’ONU sur le climat de 2018 à Katowice. Cela aussi renvoie à une vérité involontaire. La taxe carbone est un vol ; elle prend aux générations actuelles dans l’espoir de modérer le réchauffement climatique pour les générations à venir. Produire de l’énergie sans hydrocarbures coûte plus cher et nécessite plus de ressources. Cela signifie une croissance plus lente – le fléau des milléniums depuis le krach financier. La croissance économique est l’élixir de la jeunesse. Elle signifie une croissance plus rapide des revenus, davantage de possibilités d’emploi, davantage de voyages, davantage de choses pour lesquelles dépenser de l’argent et une plus grande capacité d’épargne, ce qui apporte liberté et indépendance. Elle importe moins pour les générations plus âgées. Elles peuvent vivre de ce qu’elles ont déjà gagné ou dépendre de la sécurité sociale financée par les transferts de fonds des jeunes.

La décarbonisation accélérera le déclin relatif de l’Occident. Entre 2002 et 2014, l’Occident a réduit ses émissions de dioxyde de carbone de 10,2 %. Le reste du monde utilise les hydrocarbures pour alimenter sa croissance – littéralement. Au cours de la même période, leurs émissions de dioxyde de carbone ont augmenté de 76,8 %. En fait, l’augmentation sur 12 ans des émissions non occidentales a été considérablement plus importante que la quantité émise par l’Occident en un an (11,6 gigatonnes de 2002 à 2014, contre 9,5 gigatonnes pour l’Occident en 2014). Ce n’est pas une course dans laquelle tout le monde est gagnant. Si elle continue, la jeune génération vivra dans un monde où l’Occident et ses valeurs sont en recul, et peut-être même vaincus.

Plus subtilement, le changement climatique est un vol. « Si les tantes d’un garçon sont ses camarades, pourquoi aurait-il besoin d’autres camarades que ses tantes ? » écrit G.K. Chesterton dans son essai On Being an Old Bean (au sujet d’être âgé). La fin de l’ancienne dignité parentale, a prévenu Chesterton, « serait le début d’une nouvelle tyrannie parentale ». En présentant les jeunes comme d’innocentes victimes du futur changement climatique, leurs aînés les privent de tout casus belli contre une génération qui les a laissés tomber. Le résultat – intentionnel ou non – est de transformer le changement climatique en un outil de contrôle social.

Les jeunes peuvent être manipulés. Pendant la guerre du Vietnam, alors que les protestations étudiantes balayaient le monde occidental, le gouvernement social-démocrate suédois a décidé d’adopter une approche différente. Selon Roland Huntford, auteur de The New Totalitarians, « là où les gouvernements occidentaux combattaient la tendance, les dirigeants de la Suède s’en faisaient un allié. » Ils allaient soutenir les protestations. Le premier ministre suédois dénonçait Washington et faisait l’éloge de Hanoï. La télévision et la radio d’État couvraient généreusement chaque manifestation et conféraient une certaine respectabilité aux partisans suédois du Viêt-cong. « Tout cela était à l’avantage du gouvernement », écrit Huntford. « La jeunesse avait un exutoire pour son énergie, et le Parti [social-démocrate] était de son côté. » Les adolescents et les manifestants antiaméricains d’une vingtaine d’années, avec leurs « cheveux longs, les boutons, les badges et les vêtements de type hippie », sont devenus une partie acceptée du paysage.

De l’autre côté de l’Atlantique, en 1967, les jeunes baby-boomers ont vécu un « Summer of Love » alors que d’autres membres de leur génération étaient envoyés au Vietnam (et que d’autres encore étaient victimes d’émeutes urbaines meurtrières). La nouvelle éthique de la jeunesse « a fait du sexe avec des étrangers un mode de générosité, a transformé ‘coincé’ en un qualificatif du même titre que ‘raciste’ et a remodelé la notion d’idéalisme des corps de la paix en une organisation débridée. », a écrit Sheila Weller dans Vanity Fair. La proximité de la guerre et d’un danger réel a peut-être créé un lien entre les baby-boomers qui baignent dans l’ère du Verseau et la rébellion des jeunes de l’immédiat après-Première Guerre mondiale, que Zweig décrit comme « une ère d’extase frénétique », de rébellion « purement pour le plaisir de se rebeller contre tout », une révolution intellectuelle qui progresse avec une « énergie orgiaque » et qui débarrasse l’air de « la tradition moisie, déchargeant les tensions de nombreuses années ».

Extase frénétique ? Une énergie orgiaque ? Uniquement pour le plaisir ? Les jeunes guerriers du climat d’aujourd’hui pourraient difficilement être plus différents. Pour eux, la lutte contre le changement climatique est une affaire sinistre et sans joie. A-t-on déjà vu Greta Thunberg sourire, et encore moins rire ? Loin de se rebeller contre l’autorité, les jeunes d’aujourd’hui se conforment à un scénario écrit par ceux qui détiennent l’autorité, par les riches et les personnes bien placées dans les fondations multimilliardaires et dans les ONG. Pour les politiciens, en particulier les Européens, sauver la planète est une agréable diversion à la tâche difficile et impopulaire de rajeunir leurs économies sclérosées. Les milléniums et la génération Z sont prêts à se conformer au récit de la crise climatique parce qu’il les présente comme les victimes et leurs parents, comme les coupables qui peuvent encore s’absoudre de leur culpabilité climatique en s’engageant dans des travaux sur le climat – et en gagnant beaucoup d’argent pour le faire – ou en souscrivant simplement au catéchisme de la crise climatique. Si cette alliance transgénérationnelle a des airs d’Œdipe malsain, c’est parce qu’elle l’est. La tante de Chesterton est désormais votre meilleure amie.

Cette année, la crise climatique fête son 33e anniversaire. Les plus âgés des milléniums étaient à peine sortis des couches quand elle a commencé en juin 1988 et que la science du changement climatique est devenue politique. Ce mois-là a été marqué par le témoignage du climatologue James Hansen de la NASA devant le Congrès, le discours de la première ministre britannique Margaret Thatcher sur le réchauffement de la planète et la conférence sur le climat de Toronto, qui a comparé le changement climatique à une guerre nucléaire. Les prévisions apocalyptiques ont été un aliment de base dès le début de la crise climatique. Il s’est écoulé suffisamment de temps pour que ces prédictions soient vérifiées. Dans un article publié en 2021, David Rode et Paul Fishbeck, chercheurs à l’université Carnegie Mellon, ont recensé les prédictions apocalyptiques depuis la première Journée de la Terre, en 1970. Sur un demi-siècle de prévisions, l’apocalypse se produit toujours dans un peu plus de 20 ans. À la fin de l’année 2020, 61 % des prévisions d’effondrement de la planète se sont réalisées et n’ont pas été confirmées. Nous le savons, car nous sommes toujours là. Dans la plupart des domaines, habituellement, le constat d’un record de 100 % d’échecs successifs induirait un certain cynisme, pour ne pas dire un scepticisme justifié.

Une enquête menée en avril 2021 auprès d’adultes britanniques pour le compte de la Fondation pour une politique de lutte contre le réchauffement climatique, basée à Londres, révèle un paradoxe qui suggère que la crainte du changement climatique chez les jeunes adultes pourrait être plus faible qu’on ne le pense. À la question de savoir de combien la température mondiale moyenne avait augmenté au cours des 150 dernières années, les jeunes répondants se sont révélés avoir les opinions les plus extrêmes (et les plus ignorantes) : 54 % des personnes âgées de 18 à 24 ans et 60 % de celles âgées de 25 à 34 ans pensent que la température moyenne mondiale a augmenté de 5 degrés Celsius ou plus, contre 45 % des personnes plus âgées. Pourtant, la même enquête montre également que la proportion de personnes interrogées se déclarant « très préoccupées » par le changement climatique est la plus faible dans les deux tranches d’âge les plus jeunes (26 % et 24 % respectivement) ; cette préoccupation augmente avec l’âge, atteignant 35 % chez les plus de 65 ans.

Cela révèle une déconnexion apparente : les groupes d’âge les plus jeunes qui ont les opinions les plus extrêmes sur le changement climatique passé sont aussi les moins préoccupés par ce phénomène (ils ont les plus faibles proportions de répondants « très préoccupés »). Cela montre également un décalage avec la politique climatique. L’objectif des politiques climatiques « net zéro », qui font l’objet d’une large publicité, est de limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 ºC au-dessus des niveaux préindustriels. Un degré de ce 1,5 ºC s’est déjà produit. Pourtant, seuls 18 % des 18-24 ans et 15 % des 25-34 ans ont répondu correctement que les températures mondiales moyennes n’avaient augmenté que de 1 ºC, alors que 22 % et 20,5 %, respectivement, pensaient que les températures mondiales avaient augmenté de 10 ºC au cours des 150 dernières années. Pourquoi s’inquiéter d’un réchauffement futur d’un demi-degré si le monde s’est déjà réchauffé de 5 ou 10 degrés ?

Le désengagement vis-à-vis de la politique climatique suggère que les expressions de l’inquiétude à l’égard du changement climatique sont plus performatives que le reflet de convictions profondes. Elles sont conçues pour signaler la reconnaissance du consensus sur ce qui « constitue le bon goût et l’opinion moralement correcte », pour reprendre les mots d’Elisabeth Noelle-Neumann dans The Spiral of Silence. Noelle-Neumann, la principale sondeuse allemande de l’après-guerre, compare l’opinion publique à une peau sociale. Les individus ont peur de l’isolement social. Elle a cité James Madison : « La raison de l’homme, comme l’homme lui-même, est timide et prudente lorsqu’elle est laissée seule ; elle acquiert de la fermeté et de la confiance en proportion du nombre auquel elle est associée. » La peau sociale des individus est sensible aux changements de l’opinion publique – un climat propre, qui « entoure totalement l’individu de l’extérieur », écrit Noelle-Neumann. « Pourtant, c’est simultanément l’influence la plus forte sur notre sentiment de bien-être. »

Le climat d’opinion entourant le changement climatique est une force sociale puissante – en fait, la plus puissante en Occident aujourd’hui. Il agit indépendamment sans se soucier des faits et de la science sur le changement climatique. Ce n’est rien de moins qu’une calamité pour les milléniums et la génération Z, et pourtant sa construction est conçue pour les séduire : elle leur accorde une auréole de victime du climat tout en leur cachant la vérité. Ils sont en effet des victimes ; leurs perspectives déjà assombries par la crise financière et l’accumulation de dettes publiques massives, c’est leur génération qui supportera le principal fardeau des politiques de lutte contre le changement climatique. La décarbonisation va aspirer l’oxygène d’économies déjà affaiblies. Les milléniums et leurs enfants ne bénéficieront pas des politiques climatiques ; seuls ceux qui seront nés dans la seconde moitié de ce siècle commenceront à en tirer des avantages nets.

Une spirale du silence – une forme particulièrement flagrante de déni climatique – empêche les jeunes adultes de percevoir ces réalités. Ils ont été désarmés dans la lutte pour leurs propres intérêts économiques. À moins qu’ils ne se débarrassent des liens invisibles de la tyrannie parentale, ils resteront les principales victimes du changement climatique.

Article provenant de RealClearWire.

Rupert Darwall est membre senior de la Fondation RealClear et auteur de La Tyrannie Verte : Exposer les racines totalitaires du complexe industriel climatique et du rapport Le nœud coulant du climat : les entreprises, le net zéro et l’anticapitalisme du GIEC.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ