Le chef du groupe islamique accusé des attaques de Pâques au Sri Lanka avait publiquement appelé à l’élimination des non-musulmans

25 avril 2019 Mis à jour: 25 avril 2019

Le dirigeant d’un groupe islamique radical qui, selon les autorités sri-lankaises, est à l’origine des attentats-suicides du dimanche de Pâques, a commencé à publier des vidéos en ligne il y a trois ans, appelant à l’élimination de tous les non-musulmans, selon les dirigeants musulmans.

National Thowfeek Jamaath (NTJ) a été désigné par les autorités sri-lankaises comme responsable des attentats, qui ont fait 321 morts et plus de 500 blessés.

Le groupe islamique était dirigé par Zahran Hashim, également connu sous le nom de Mohammed Zahran. Selon les dirigeants musulmans du Sri Lanka, il leur est connu depuis environ trois ans.

« Il s’agissait essentiellement d’une campagne de haine contre tous les non-musulmans », a déclaré Hilmy Ahamed, vice-président du Conseil musulman du Sri Lanka. « En gros, il disait que les non-musulmans doivent être éliminés. »

M. Ahamed et N.M. Ameen, président du conseil, ont affirmé avoir alerté les autorités au sujet de Zahran Hashim, mais n’avoir rien fait.

Les responsables du renseignement du pays ont dit avoir reçu des informations sur une attaque planifiée contre des églises par la NTJ, mais ils n’ont guère agi et se sont excusés de cela après les attentats à la bombe.

Anne Speckhard, directrice du Centre international pour l’étude de l’extrémisme violent, a déclaré qu’elle participait à une conférence en février lorsqu’un agent des services de renseignements sri-lankais l’a approchée et lui a décrit un groupe jihadiste violent et local qui « aurait disparu » lorsque le gouvernement a essayé de sévir contre eux.

La personne chargée des renseignements est venue me voir et m’a dit : « Vous savez, nous sommes un peu inquiets à propos de ce nouveau groupe et il y a de l’activité. Qu’en pensez-vous ? », a dit Mme Speckhard. « Ça me déconcerte un peu, voilà qui c’était. »

Alors que le NTJ a été blâmé pour l’attaque, les responsables sri-lankais ont déclaré qu’il s’agissait d’une « petite organisation » qui avait un « réseau international » de soutien. Les enquêteurs ont déclaré que les attentats à la bombe visaient apparemment à se venger des 50 personnes tuées le 15 mars dans deux mosquées néo-zélandaises.

Daesh, également connu sous le nom d’État islamique, a revendiqué les attentats à la bombe perpétrés au Sri Lanka le 23 avril par l’intermédiaire de son agence de propagande Amaq.

Une quarantaine de personnes ont été interrogées au sujet de ces attentats, dont un Syrien, ont déclaré mardi des responsables.

Alors qu’une vidéo d’un bombardier entrant dans une église à l’extérieur de Colombo a été diffusée par des agents de sécurité, le personnel d’un hôtel de la capitale a déclaré qu’un autre bombardier se tenait dans la ligne de buffet avant de déclencher une explosion.

Un des poseurs de bombe a été identifié comme étant Isan Setiawan, nommé par certains médias Insan Seelawan, propriétaire d’une usine de cuivre.

Selon Leaders Online, Zahran Hashim était le deuxième poseur de bombe de l’hôtel Shangri-la. Malgré l’orthographe légèrement différente de son nom de famille, le média a dit que lui et d’autres collègues avaient créé le groupe NTJ en raison de leurs opinions extrêmes, s’éloignant des groupes établis tels que Sri Lanka Thowheeth Jama’ath et Indian Thowheeth Jama’ath.

Selon un rapport de police de 2016, Hashim et ses partisans se sont réunis à l’extérieur d’une autre mosquée, apportant des épées et des bâtons qu’ils ont utilisés lors d’un affrontement avec les habitants de la région. La police voulait l’appréhender, mais il a fui la région et on a cru qu’il avait quitté le pays, peut-être pour s’installer aux Maldives.

Personne ne savait où il se trouvait jusqu’à ce qu’il revienne pour faire exploser l’une des bombes, selon le média.

[epoch_social_embed] Sri Lanka : «Daech, fin de l’acte 1, début de l’acte 2» #FigaroVox https://t.co/WUHY9rYRk2 — Le Figaro (@Le_Figaro) 25 avril 2019

[/epoch_social_embed]

Les services de renseignements ont indiqué à l’AFP que deux frères musulmans avaient perpétré deux des attentats, l’un visant le Shangri-La et l’autre allant au Cinnamon Grand Colombo. Tous deux étaient membres de la NTJ, selon un fonctionnaire. Leurs noms n’ont pas été rendus publics.

« Ce que nous avons vu sur les images de la vidéosurveillance, c’est que tous les kamikazes portaient de très lourds sacs à dos. Il s’agit apparemment de dispositifs rudimentaires fabriqués localement », a déclaré une source.

D’après les informations figurant dans le rapport, il semble que le frère musulman qui a fait exploser le Shangri-La était I. Setiawan, comme d’autres informations fournies par la police au tribunal l’ont indiqué. Sa femme a fait exploser une bombe lorsque la police est arrivée chez eux après les attentats.

Les deux enfants du couple ont été tués dans l’explosion.

« Le Quai d’Orsay a ouvert une cellule de crise. Elle est joignable au joignable au (+33) 1 43 17 51 00 », a dit LCI.

RECOMMANDÉ