Le chômage en Chine, un vrai mystère

Le PCC lutte pour la transparence alors que plus de 70 millions de travailleurs pourraient être sans emploi
Par Fan Yu
4 mai 2020
Mis à jour: 4 mai 2020

La Chine est confrontée à un chômage généralisé alors que la nation se bat pour sortir de l’épidémie du virus du PCC*.

La véritable situation économique du pays reste cependant cachée, car le Parti communiste chinois (PCC) poursuit sa politique de dissimulation d’informations au reste du monde.

Officiellement, l’économie chinoise s’est contractée de 6,8 % au cours du premier trimestre. Le pays était en quarantaine pendant une grande partie de cette période à cause du virus du PCC, communément appelé le nouveau coronavirus. Le taux réel de détérioration du PIB (produit intérieur brut) ne sera peut-être jamais connu, mais on pense qu’il est bien plus élevé que ce qui a été annoncé officiellement.

En ce qui concerne le chômage, Pékin a déclaré que le taux de chômage officiel de la nation a augmenté à 5,9 % en mars, contre 5,2 % en décembre 2019. Il s’agit d’une augmentation de 26 millions de personnes, contre 23 millions en chiffres bruts.

Pendant ce temps, le nombre de personnes recevant officiellement des allocations chômage de l’État n’a pas bougé. Le ministère chinois des Ressources humaines et de la Sécurité sociale a déclaré que seuls 2,3 millions de travailleurs recevaient des allocations de chômage en mars 2020, soit le même chiffre que ceux recevant des allocations trois mois plus tôt, avant que la pandémie du virus du PCC ne se répande et qu’une grande partie de l’économie du pays ne soit paralysée.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Plus de 20 %

Ce sont des chiffres peu crédibles. À tel point que le rapport d’une grande société de bourse chinoise a révélé que le chômage pourrait être quatre fois plus élevé que ce que les chiffres officiels laissent entendre.

La société Zhongtai Securities, basée à Shandong, a écrit dans une note du 24 avril que jusqu’à 70 millions de personnes étaient sans emploi en Chine et que le taux de chômage réel du pays était de 20,5 %.

Selon un rapport de Bloomberg, « le taux de chômage urbain recensé dans l’enquête présente manifestement une faille dans la description de la situation du chômage, en raison de la condition particulière de la Chine, qui compte un très grand nombre de travailleurs migrants », peut-on lire dans la note.

Le rapport a été rapidement annulé et ne figurait plus sur les médias sociaux chinois dès le 27 avril.

Une des grandes sociétés de bourse a fait une rare réprimande publique sur les données économiques sensibles de la Chine. Quelques jours plus tard, les enjeux étaient évidents. Li Xunlei, responsable de la recherche chez Zhongtai Securities, a été démis de ses fonctions et remplacé par le directeur adjoint Dai Zhifeng.

Statistiques floues

Comme le souligne Zhongtai, les chiffres du chômage en Chine ne tiennent compte que des travailleurs urbains. La grande majorité de ses 50 millions de travailleurs migrants est probablement restée au chômage en mars, car les restrictions sur les déplacements entravaient toujours la circulation de ces travailleurs.

Les niveaux de production d’électricité en Chine semblent également confirmer une diminution bien plus importante que les statistiques officielles de Pékin.

Huaneng Power International, le plus grand producteur d’électricité national chinois coté en bourse, a révélé dans un document d’information que sa production d’électricité avait diminué de 18,5 % entre décembre et mars sur une base annuelle. La plupart des capacités de production d’électricité de Huaneng se trouvent dans les régions centrales et orientales de la Chine. Un autre producteur, China Resources Power Holdings, a déclaré que sa production avait diminué de 12,5 % pendant la même période.

Les estimations de Morgan Stanley qui utilisent les données de consommation aboutissent également à des taux de chômage bien plus élevés que ne le suggèrent les données officielles.

« Nous estimons que le chômage effectif (pas de travail en raison d’une suspension d’activité) et le sous-emploi (travail à temps partiel ou moins d’heures qu’ils ne le souhaitent en raison d’une demande insuffisante) pourraient atteindre respectivement 80 millions et 100 millions à court terme, sur la base de notre vérification du statut de reprise des secteurs de l’industrie et des services », ont écrit les analystes de Morgan Stanley dans un rapport du 17 avril à leurs clients.

En supposant que le nombre de chômeurs en Chine se situe au-delà de 70 millions de personnes, comment expliquer que 2,3 millions de personnes seulement perçoivent des allocations ?

Là encore, ces chiffres sont triés sur le volet. Les travailleurs qui bénéficient d’une assurance chômage sont ceux qui travaillent pour de grands employeurs publics – qui pour la plupart n’ont pas licencié ou mis à pied leurs employés.

Les petites et moyennes entreprises du pays, y compris les entreprises privées, n’ont pas d’assurance chômage. Il est donc probable que ces travailleurs soient sans emploi, mais ils ne sont pas comptabilisés pour recevoir des allocations de chômage.

Outre les arguments sur les chiffres, il est indéniable que de tels niveaux de chômage constituent une menace pour la stabilité sociale de la Chine et le soutien au régime du PCC au pouvoir. Les régulateurs sont probablement obligés de poursuivre les mesures d’assouplissement monétaire pour soutenir le marché de l’emploi, notamment en distribuant directement des liquidités aux familles les plus pauvres.

Yu Jiantuo, secrétaire général adjoint de la Fondation chinoise de recherche sur le développement, a écrit dans un article d’opinion (en chinois) sur Caixin pour réclamer des transferts directs d’argent liquide, précisant que ces transferts sont plus appropriés que des réductions sur les voyages et la consommation.

« Combien de familles veulent voyager quand elles sont inquiètes à l’idée d’acheter du riz, des légumes et de la viande », a-t-il écrit.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ