Le confinement expose les enfants aux risques d’allergies, d’asthme et de maladies auto-immunitaires

Une année de restrictions du COVID a privé les enfants d'expositions microbiennes essentielles au développement de leur système immunitaire
Par Byram W. Bridle
5 avril 2021
Mis à jour: 5 avril 2021

« Eat dirt! » (Mangez de la terre !) est une phrase dont je me souviens bien. Elle figurait dans le titre d’un article publié par le Dr Scott T. Weiss, un professeur de santé environnementale à l’université Harvard, et a retenu mon attention alors que je me familiarisais avec un concept immunologique connu sous le nom d’« hypothèse de l’hygiène ».

Cette idée repose sur le fait que nous vivons dans un monde microbien : un environnement rempli de bactéries, de parasites, de virus et de champignons. Et que nos interactions avec ces microbes après la naissance sont extrêmement importantes pour apprendre à notre système immunitaire à fonctionner correctement. À notre naissance, notre système immunitaire est encore en cours de maturation.

J’aime la façon dont les chercheurs dirigés par la microbiologiste Sally F. Bloomfield l’ont exprimé dans leur étude :

« Le système immunitaire est un dispositif d’apprentissage et, à la naissance, il ressemble à un ordinateur avec un disque dur et des logiciels, mais peu de données. Des données supplémentaires doivent être fournies au cours des premières années de la vie, par le contact avec des micro-organismes provenant d’autres humains et de l’environnement naturel. »

Le système immunitaire dispose de nombreux mécanismes puissants pour tuer les agents pathogènes. Il doit être soigneusement réglementé pour s’assurer qu’il peut éliminer les microbes dangereux de l’organisme sans causer de dommages excessifs à nos propres tissus. Les interactions que nous avons avec notre environnement dès le début de la vie sont essentielles pour que notre système immunitaire apprenne à faire la différence entre les microbes sûrs et les microbes dangereux qui provoquent des maladies.

Nous vivons dans un monde microbien, un environnement rempli de bactéries, de parasites, de virus et de champignons. (Shutterstock)

Notre corps est couvert à l’intérieur et à l’extérieur de micro-organismes qui, dans des circonstances normales, cohabitent joyeusement avec nous et favorisent un système immunitaire sain. Si les nourrissons, les enfants en bas âge et les jeunes enfants ne sont pas suffisamment exposés au monde microbien qui les entoure, leur capacité à réguler correctement leur propre système immunitaire peut être compromise.

Pour reprendre l’analogie avec l’ordinateur, les données qui sont téléchargées dans le logiciel sont incomplètes. En raison de ce manque de données, le système immunitaire peut avoir du mal à faire la différence entre ce qui est réellement dangereux et doit être éliminé, et ce qui n’est pas dangereux et ne doit pas être traité. En clair, ce scénario peut favoriser les allergies, l’asthme et les maladies auto-immunitaires.

Les jungles de béton

Les scientifiques cessent d’utiliser l’expression « hypothèse de l’hygiène », car elle pourrait être interprétée à tort comme signifiant que l’hygiène n’est pas bonne pour le développement du système immunitaire. Ce n’est pas vrai, et personne ne devrait préconiser de manger de la terre pour s’exposer aux microbes. La modération et une hygiène ciblée sont préférables.

Les sociétés ont également adopté des comportements qui limitent l’exposition aux microbes. L’utilisation excessive d’antibiotiques exacerbe le problème en éliminant sans distinction les bons microbes et les mauvais. Plus précisément, nous devons pratiquer une bonne hygiène dans le cadre de la prévention des maladies infectieuses, tout en permettant à notre système immunitaire d’interagir avec des microbes sûrs et essentiels. Plusieurs pays à revenu intermédiaire ont connu une épidémie de maladies allergiques au cours des dernières décennies. Cela est attribuable, en partie, à l’urbanisation croissante qui s’apparente à la vie dans des « jungles de béton » avec une exposition réduite à l’environnement naturel.

Mme Bloomfield et son équipe de chercheurs en microbiologie proposent quelques suggestions pour faire face à l’augmentation des allergies.

« Les preuves suggèrent qu’une combinaison de stratégies, y compris l’accouchement naturel, l’allaitement, une exposition sociale accrue par le biais du sport, d’autres activités de plein air, moins de temps passé à l’intérieur, un régime alimentaire et une utilisation appropriée des antibiotiques, peut aider à restaurer le microbiome et peut-être réduire les risques de maladies allergiques », conseillent-ils.

« Les efforts de prévention doivent se concentrer sur le début de la vie. »

Pensez maintenant aux réponses apportées par les gouvernements au COVID-19, qui a été déclaré une pandémie par l’Organisation mondiale de la santé le 11 mars 2020. Les politiques de confinement et de restriction qui ont été adoptées pour aider à prévenir la propagation du COVID-19 sont en contradiction avec les recommandations visant à assurer le bon développement immunologique des enfants.

Les données suggèrent que le SARS-CoV-2 ne représente pas un plus grand danger pour les enfants que la grippe annuelle. Pourtant, les interactions sociales des enfants ont été sévèrement limitées, y compris en les retirant des écoles. La plupart de leurs activités extrascolaires ont été annulées et on leur a déconseillé de quitter leur domicile. Même l’air qu’ils respirent est souvent filtré par des masques et l’utilisation de désinfectant pour les mains est très répandue.

Le développement immunologique compromis

En bref, la plupart des politiques COVID-19 ont accru le potentiel de développement d’un système immunitaire déréglé chez les enfants. En tant qu’immunologiste viral, je n’étais pas trop inquiet à ce sujet au début de la pandémie, lorsque des mesures «  temporaires » ont été mises en place pour « aplanir la courbe ».

Cependant, il y a lieu de s’inquiéter un an plus tard, alors que de nombreux endroits au Canada et dans d’autres pays ont passé des mois en confinement ou avec des contacts sociaux et des activités très limités pour empêcher la propagation du COVID-19.

Les plus jeunes ont vu leur développement immunologique compromis pendant un an et plus. Plus le système immunitaire est immature, plus il est susceptible d’être déréglé pendant la pandémie.

Les règles qui ont été adoptées pour aider à prévenir la propagation du COVID-19 contredisent les recommandations visant à assurer le bon développement immunologique des enfants. (Unsplash/Markus Spiske)

Par exemple, le problème serait probablement plus répandu chez les nourrissons que chez les tout-petits. Bien que le système immunitaire humain soit en grande partie mature vers l’âge de 6 ans, certains composants importants se développent encore à l’adolescence. Les adultes sont donc les seules personnes qui peuvent être certaines que les règles de confinement actuelles n’auront pas d’impact négatif sur la capacité d’autorégulation de leur système immunitaire.

Le résultat à long terme, malheureux et sous-estimé, de cette pandémie sera probablement un groupe de « jeunes pandémiques » qui grandiront en souffrant de taux d’allergies, d’asthme et de maladies auto-immunitaires supérieurs à la moyenne. Cela sera vrai pour les enfants de tous les pays qui ont adopté des règles de confinement.

Il est intéressant de noter que les nouveaux vaccins COVID-19  à base de messenger RNA, conditionnés dans des nanoparticules de liposomes, pourraient être contre indiqués pour certaines personnes ayant une propension aux réactions allergiques sévères. Ironiquement, nous risquons de préparer un grand nombre de nos jeunes à développer des hypersensibilités à cette technologie vaccinale lorsqu’ils seront plus âgés.

L’éducation des enfants pendant la pandémie s’est faite en grande partie dans des environnements isolés et aseptisés dont l’étendue et la durée sont sans précédent. Ces enfants risquent davantage de développer des hypersensibilités et des maladies auto-immunitaires plus que quiconque avant eux. Le système immunitaire des enfants n’est pas conçu pour se développer en étant isolé du monde microbien, alors pensons à laisser les enfants redevenir des enfants.

Byram W. Bridle est professeur adjoint en immunologie virale au département de patho-biologie de l’Université de Guelph au Canada. Cet article a été publié pour la première fois sur The Conversation.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ