Le Congrès américain divisé alors que la chambre basse vote pour l’adoption d’une résolution sur l’enquête de destitution

Par Jack Phillips
1 novembre 2019 Mis à jour: 1 novembre 2019

La Chambre des représentants aux États-Unis a voté en faveur de l’adoption d’une résolution visant à établir les règles de base de l’enquête sur la destitution du président Donald Trump, y compris le déroulement des audiences publiques, la façon dont les documents et les transcriptions seront communiqués au public et qui pourra interroger les témoins.

Le vote final a été de 232-196, avec trois républicains ne votant pas et un démocrate ne votant pas.

Avant le vote, les remarques des membres de la Chambre ont pris un ton partisan, les démocrates accusant les républicains de ne pas s’occuper des allégations portées contre Trump, tandis que les républicains les accusaient d’avoir mené une enquête en secret.

C’est la première fois dans l’histoire des États-Unis que les membres de la chambre basse votent au sujet d’un processus de destitution.

Plusieurs républicains ont critiqué le représentant Adam Schiff (Démocrate-Calif.), le chef de la Commission du renseignement de la Chambre des représentants, pour avoir « muselé les républicains » et avoir empêché le public de voir les dépositions secrètes ou de savoir qui est le dénonciateur, qui a déposé la plainte.

Le représentant Andy Biggs (Républicain-Ariz.) a déclaré que les affirmations des démocrates selon lesquelles l’enquête de destitution vise à protéger une démocratie est honteuse. « Vous auriez dû dévoiler l’enquête au peuple américain », a-t-il dit aux démocrates. « Ils ne le font pas tout simplement parce qu’ils ne sont pas d’accord avec le résultat de l’élection de 2016 », a déclaré le représentant Steve Scalise (Républicain-Louis.) à la Chambre, disant que cette notion n’est pas suffisante pour destituer un président.

« Ce sont des règles à la soviétique, a-t-il déclaré, peut-être qu’en Union soviétique on fait les choses comme ça. »

Mais la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi (Démocrate-Calif.), a tenté d’invoquer les Pères fondateurs de la Constitution des États-Unis, affirmant que « ce qui est en jeu, c’est notre démocratie » durant ce processus de destitution.

Adam Schiff (Démocrate-Calif.), président du Comité spécial de la Chambre des représentants du Comité du renseignement, arrive à à la Chambre à Washington le 30 octobre 2019 pour des dépositions dans le cadre de l’enquête sur la destitution du président Donald Trump. (Samuel Corum/Getty Images)

« Cette constitution est le modèle de notre république et non d’une monarchie », a-t-elle dit, ajoutant que c’est de cela qu’il s’agit dans ce vote.

« Notre seul but est de découvrir la vérité », a déclaré le représentant Joe Morelle (Démocrate-N.Y.), demandant si Trump a utilisé son bureau pour faire pression sur l’Ukraine. « Nous n’avons pas le choix, nous devons continuer à enquêter sur ces allégations », a-t-il dit.

Le leader de la minorité parlementaire Kevin McCarthy (Républicain-Calif.) a également invoqué les Pères fondateurs, citant la crainte d’Alexander Hamilton de voir la Chambre tenter de destituer un président pour des raisons fallacieuses.

« Pourquoi ne faites-vous pas confiance au peuple. Pourquoi ne laissez-vous pas le peuple s’exprimer ? », a-t-il demandé à la Chambre dirigée par les démocrates. « L’animosité s’est-elle accrue à ce point ? », demanda-t-il alors.

« C’est le moment où l’histoire s’écrira », a déclaré Kevin McCarthy.

La résolution ordonne aux commissions de la Chambre qui dirigent l’enquête de transmettre leurs conclusions à la Commission judiciaire de la Chambre, présidée par le représentant Jerrold Nadler (Démocrate-N.Y.), et elle décidera s’il y a lieu de recommander d’aller de l’avant avec les articles de destitution.

Le représentant Steve Scalise (Républicain-La.) a décrit l’enquête des démocrates de la Chambre sur la destitution du président Donald Trump comme étant « à la soviétique ». (CSPAN)

Lors d’une réunion de la commission du Règlement de la Chambre mercredi, les républicains ont attaqué les démocrates pour ce qu’ils qualifient de tentative de porter atteinte aux droits du président Trump et d’autoriser des procédures qui étaient fondamentalement injustes.

« Je pense que c’est un triste jour pour la Commission du règlement et pour l’institution de la Chambre des Représentants », a déclaré Tom Cole (Républicain-Okla.) lors de l’audition. « Nous nous réunissons ici aujourd’hui pour mettre en place un processus de destitution d’un président des États-Unis. À mon avis, ce n’est pas un processus équitable, ce n’est pas un processus ouvert, et ce n’est certainement pas un processus transparent. Il a été limité et fermé, et franchement, je pense que nous nous dirigeons vers un résultat préétabli. »

Pendant le balisage de la résolution, mercredi, la représentante Debbie Lesko (Républicain-Ariz.) a répondu au président Jim McGovern (Démocrate-Mass.), qui a déclaré qu’à la manière de « Ken Starr » – se référant à l’enquêteur qui a monté le dossier de destitution contre le président Bill Clinton – « ces comités sont également en train de monter le dossier ».

Ce à quoi elle a répondu : « Vous parlez de Ken Starr, mais c’est un avocat indépendant », a déclaré Debbie Lesko. « Je suis désolé, Adam Schiff n’est PAS un avocat indépendant. En fait, il a répété à maintes reprises qu’il voulait destituer le président. Il est loin d’être impartial. »

RECOMMANDÉ