Allemagne: un Syrien est à nouveau libre quelques heures après sa tentative d’attaque visant une synagogue

Par Epoch Times
10 octobre 2019 Mis à jour: 10 octobre 2019

« Cette absence de poursuite est stupéfiante. La tâche des forces de l’ordre est d’assurer la sécurité de la population », s’indigne le président du Conseil central juif, Josef Schuster.

Le Conseil central des Juifs est scandalisé. Il est « inconcevable » que le Syrien de 23 ans responsable d’une attaque au couteau visant la synagogue de Berlin soit remis en liberté. Samedi matin, il avait été libéré de garde à vue selon Jüdischer Allgemeinde.

« C’est un comble qu’à Berlin, à l’endroit même où le Sénat a nommé un commissaire à l’antisémitisme au Bureau du Procureur général il y a presque exactement un an, une tentative d’assassinat dans une synagogue soit traitée avec autant de négligence », a déclaré Josef Schuster, président du Conseil central juif.

« Cette absence de poursuite est stupéfiante. La tâche des forces de l’ordre est d’assurer la sécurité de la population », s’indigne le président du Conseil central juif, Josef Schuster.

Le Syrien avait franchi une barrière devant la synagogue d’Oranienburger Straße vendredi après-midi. Armé d’un couteau, il avait couru vers les forces de sécurité et crié « Allahu akbar » et « Fuck Israel ».

Les deux gardes ont sorti leurs armes de service. Ce n’est qu’après leurs demandes répétées que l’homme s’est arrêté, le couteau à la main. Il a parlé d’une « voix calme, vraisemblablement en arabe » et a refusé de lâcher son couteau, a rapporté le journal Domradio. D’autres policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes contre l’assaillant et l’ont neutralisé.

Josef Schuster a souligné que l’homme représentait un « grave danger ».

« Vous ne pouvez pas imaginer l’appréhension de la communauté juive d’assister au prochain service religieux en sachant que cet homme peut se présenter à tout moment », a écrit quelqu’un sur Twitter.

Le 1er septembre 2019, un commissaire à l’antisémitisme a été nommé par le bureau du procureur général. Claudia Vanoni a été chargée, entre autres, de travailler en réseau avec les communautés et les institutions juives de Berlin et de fournir des échanges d’experts et des conseils aux responsables de l’application des lois.
RECOMMANDÉ