Le coronavirus frappe les chaînes d’approvisionnement et réduit l’activité des entreprises américaines

Par Tom Ozimek
24 février 2020
Mis à jour: 24 février 2020

Les perturbations des chaînes d’approvisionnement, causées par les conséquences du coronavirus, font des ravages dans les entreprises américaines. Une récente enquête auprès des responsables des achats des entreprises montre qu’en février, l’activité commerciale a chuté, ce qui est en partie dû à la propagation de la maladie.

« La détérioration est en partie liée à l’épidémie de coronavirus, qui s’est manifestée par un affaiblissement de la demande dans des secteurs tels que les voyages et le tourisme, ainsi que par une chute des exportations et des perturbations des chaînes d’approvisionnement », a déclaré Chris Williamson, chef économiste d’entreprise chez IHS Markit, qui a publié le 21 février son rapport sur l’indice des directeurs d’achat (indice PMI).

Parmi les autres facteurs qui pèsent sur l’activité des entreprises, on peut citer la réticence des entreprises à dépenser en matériel et en main-d’œuvre en raison des craintes d’un ralentissement économique plus large et de l’incertitude qui règne à l’approche des élections présidentielles américaines de novembre, a noté le cabinet chargé des études statistiques.

L’Indice des directeurs d’achat de IHS, qui suit à la fois le secteur manufacturier et le secteur des services, a chuté à 49,6, le plus bas niveau en 76 mois, par rapport à un relevé de 53,3 en janvier.

Une valeur de 50 est le seuil entre l’expansion et la récession, des valeurs plus faibles sont associées à une baisse de l’activité des entreprises.

Le secteur manufacturier a échappé de justesse à une récession, l’indice des prix à la consommation dans le secteur manufacturier approchant les 50,8, son plus bas niveau depuis août et en baisse par rapport aux 51,9 de janvier.

Pendant ce temps, l’indice PMI du secteur des services a chuté à 49,4 ce mois-ci, le plus bas depuis octobre 2013 et la première fois depuis 2016 que l’indice tombe dans une zone de décroissance.

Perturbation des petites entreprises

Alors que les grandes entreprises ont fait la une des journaux en ce qui concerne les perturbations liées au virus – un exemple étant l’annonce récente de la baisse des bénéfices d’Apple qui a fait chuter ses actions et a entraîné la vente d’actifs à risque plus important – les petites entreprises aux États-Unis peuvent être tout aussi vulnérables.

« Les petites entreprises, en particulier les détaillants, auront probablement des difficultés à tenir leurs stocks », a déclaré Brandon Renfro, professeur adjoint de finances à l’Université baptiste du Texas oriental, dans un courrier électronique adressé au journal Epoch Times. « Si les usines en Chine sont fermées, cela signifie que les détaillants locaux qui vendent les produits fabriqués en Chine ne peuvent pas se réapprovisionner. Pour une très petite entreprise, le problème est encore pire car ce que les grandes entreprises appellent les profits trimestriels, les petites entreprises l’appellent la réserve pour les provisions et fournisseurs. Souvent, elles ne sont pas en mesure de faire face à une pénurie. »

« C’est juste une chaîne d’approvisionnement en panne », a déclaré Becky Feinberg-Galvez, propriétaire de Shop4ties, au Wall Street Journal, ajoutant que la société a dû refuser des dizaines de commandes pour ses produits – qui comprennent des cravates et des chemises de marque fabriquées en Chine – en raison de la rupture de la chaîne d’approvisionnement. Mme Feinberg-Galvez a déclaré à la publication qu’un sous-traitant chinois sur lequel l’entreprise compte a dû fermer ses portes, alors que les usines de deux autres partenaires fonctionnent à moins de 50 % de leur capacité.

« Maintenant, les entreprises américaines peuvent envisager plus sérieusement de transférer leurs installations de production afin de limiter les perturbations dues à l’imprévisibilité de l’approvisionnement mondial », a déclaré Jimmy Holten, directeur général de Transwestern, dans un courrier électronique adressé au journal Epoch Times.

M. Holten a noté que cela pourrait conduire les détaillants à se précipiter pour constituer des stocks afin de se prémunir contre de nouvelles perturbations.

« Il se peut que la stratégie des détaillants s’oriente vers le surstockage des produits, en améliorant à la fois la capacité des espaces des entrepôts et en augmentant potentiellement la demande d’espaces connexes sur les marchés stratégiques axés sur la logistique », a-t-il déclaré.

Le G-20 éclipsé par les craintes liées aux virus

Les dirigeants financiers des 20 premières puissances économiques mondiales ont conclu leur réunion de deux jours le 23 février, dominée par l’inquiétude croissante face aux retombées de l’épidémie de coronavirus.

Le groupe des 20 ministres des finances et dirigeants de banques centrales a été confronté à une présentation sobre du Fonds monétaire international, qui a prédit que l’épidémie réduirait la croissance mondiale de 0,1 point de pourcentage.

« Dans notre scénario de base actuel, les politiques annoncées sont mises en œuvre et l’économie chinoise retournerait à la normale au deuxième trimestre. En conséquence, l’impact sur l’économie mondiale serait relativement mineur et de courte durée », a déclaré la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, le 22 février.

« Mais nous envisageons également des scénarios plus désastreux où la propagation du virus se poursuit plus longtemps et plus globalement, et où les conséquences sur la croissance sont plus longues », a-t-elle ajouté.

RECOMMANDÉ