Le coronavirus peut survivre jusqu’à 3 jours sur l’acier et le plastique, selon une étude

Par Tom Ozimek
19 mars 2020
Mis à jour: 23 mars 2020

Le coronavirus du Parti communiste chinois (PCC)* est stable sur les surfaces pendant des heures et peut survivre jusqu’à trois jours sur certaines, selon la plus grande agence de recherche biomédicale du monde.

Les Instituts nationaux de la santé (NIH) ont déclaré dans un communiqué de presse qu’une nouvelle étude a fourni des informations clés sur la stabilité du virus du PCC, le virus qui cause cette maladie respiratoire potentiellement mortelle.

Il conclut que les gens peuvent contracter le virus par l’air et après avoir touché des objets contaminés.

Grâce à un certain nombre d’expériences récentes citées par le National Institute of Health (NIH), les chercheurs ont suivi la viabilité du virus sur différentes surfaces.

Sur le cuivre, le virus n’a survécu que quatre heures, alors que sur le carton, il peut durer une journée.

Mais sur certaines surfaces, il est resté actif beaucoup plus longtemps, ont écrit les chercheurs, le virus de PCC peut survivre jusqu’à trois jours sur du plastique et de l’acier.

Les chercheurs ont déclaré que lorsqu’il se trouve dans l’air, le virus dure trois heures après avoir été pulvérisé.

Cette image obtenue au microscope électronique à balayage, publiée le 13 février 2020, montre le SRAS-CoV-2 (jaune) – également connu sous le nom de 2019-nCoV, le virus du Parti communiste chinois – isolé d’un patient aux États-Unis, émergeant de la surface de cellules (bleu/rose) cultivées en laboratoire. (Avec l’aimable autorisation de NIAID-RML)

Les conclusions proviennent d’une étude conjointe des NIH, des Centres de contrôle des maladies (CDC), de l’UCLA et des scientifiques de l’université de Princeton, et ont été publiées pour la première fois dans le New England Journal of Medicine.

Une épidémie beaucoup plus importante que le SRAS

Les chercheurs ont également constaté que le virus du PCC a une stabilité similaire à celle du virus antérieur du SRAS, mais qu’il se propage plus rapidement.

« Dans l’étude de stabilité, les deux virus se sont comportés de manière similaire, ce qui n’explique malheureusement pas pourquoi cette épidémie du nouveau coronavirus est beaucoup plus grave », a déclaré le NIH dans un communiqué.

Impression en 3D d’une protéine de spicule du SRAS-CoV-2 – également connu sous le nom de nouveau coronavirus ou coronavirus de Wuhan – devant une impression en 3D d’une particule du virus du SRAS-CoV-2. La protéine de spicule (au premier plan) permet au virus de pénétrer et d’infecter les cellules humaines. Sur le modèle du virus, la surface du virus (en bleu) est couverte de protéines spiculaires (en rouge) qui permettent au virus de pénétrer et d’infecter les cellules humaines. (Avec l’aimable autorisation de NIAID/RML)

Le NIH, qui est une agence du ministère américain de la Santé et des Services sociaux, est chargé de renforcer « la capacité de la nation à prévenir les maladies ».

Le NIH a noté dans le communiqué que les résultats de l’étude soutiennent les conseils des professionnels de la santé publique de prendre des précautions similaires à celles prises pour la grippe et d’autres virus respiratoires afin de prévenir la propagation du virus du PCC.

L’agence recommande d’éviter tout contact étroit avec les personnes malades et de ne pas se toucher les yeux, le nez et la bouche.

Elle conseille aux gens de rester chez eux lorsqu’ils sont malades.

Edgar Moore, employé du bureau de vote, porte des gants de protection et prépare un masque alors que les gens arrivent pour voter lors des primaires présidentielles de Floride, alors que la pandémie de coronavirus se poursuit à Miami, en Floride, le 17 mars 2020. (Joe Raedle/Getty Images)

Un grand et audacieux plan de lutte

Le virus du PCC est né à Wuhan, en Chine, et il s’est propagé en pandémie mondiale. Sa propagation rapide a entraîné des perturbations sociales et économiques à grande échelle.

Avec un nombre de cas de maladies respiratoires dépassant les 5 700 et un nombre de décès approchant la centaine, des millions d’Américains se sont réfugiés chez eux au lieu de se rendre au travail ou à l’école.

Les grandes villes comme New York ont intensifié leur politique de « distanciation sociale » en fermant des écoles, des bars, des restaurants et des théâtres.

Pour aider à faire face à l’épidémie, la Maison-Blanche recherche ce que le président Donald Trump a appelé un « grand » et « audacieux » plan de lutte contre le coronavirus, dont la valeur serait d’au moins 850 milliards de dollars.

« Je ne pense pas avoir déjà vu quelque chose de semblable », a déclaré M. Trump lors d’une réunion d’information organisée mardi par le groupe de travail sur les coronavirus de la Maison-Blanche.

Le vice-président Mike Pence, aux côtés de M. Trump lors du briefing, a déclaré que la Maison-Blanche pourrait demander à l’armée de mettre en place des hôpitaux de campagne dans les zones à risque si les gouverneurs des États le demandent, ou utiliser le Corps des ingénieurs de l’armée pour augmenter la capacité des hôpitaux existants.

Le maire de New York, Bill de Blasio, a déclaré mardi aux journalistes que les habitants de la ville doivent être prêts à se réfugier chez eux dans les 48 heures qui suivront l’apparition de l’épidémie.

M. De Blasio a déclaré qu’il prévoyait de décider dans les deux jours s’il convient d’ordonner aux habitants de « se réfugier chez eux » pour lutter contre la propagation du virus. Le dispositif prévoit de confiner les gens chez eux dans cette ville d’environ 8,5 millions d’habitants, mais leur permettra de faire les courses ou de se rendre à la pharmacie.

« C’est une décision très, très difficile », a déclaré M. de Blasio. « Nous n’avons jamais pris une telle décision auparavant. Je n’ai jamais entendu parler d’une telle situation dans l’histoire de la ville de New York. »

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie COVID-19, de virus du régime communiste chinois ou virus du PCC, car la dissimulation et la mauvaise gestion du PCC ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

RECOMMANDÉ