Le coup de gueule de Jean-Marie Bigard contre les « petits malins » qui veulent le bannir d’Internet

Par Séraphin Parmentier
12 août 2019 Mis à jour: 12 août 2019

Régulièrement malmené depuis son passage dans l’émission de Cyril Hanouna en début d’année, l’humoriste s’en est pris aux chantres du politiquement correct qui cherchent à le faire taire à tout prix.

Samedi dernier, l’humoriste de 65 ans a publié un billet à l’intention de ses détracteurs sur sa page Facebook. Depuis son passage dans l’émission de Cyril Hanouna au mois de février, le sexagénaire est en effet régulièrement critiqué par les adeptes du politiquement correct.

Sur le plateau de Touche Pas À Mon Poste, Jean-Marie Bigard avait raconté une blague qui avait rapidement suscité une vive polémique, et ce, bien qu’elle fasse partie de son répertoire depuis des années et qu’il l’ait déjà racontée plusieurs fois.

Intitulée La déchirure, la plaisanterie incriminée narre l’histoire d’une jeune femme hypocondriaque qui rend visite à son médecin à cause de douleurs au coude. Une blague en dessous de la ceinture qui aurait valu quelques déboires à l’humoriste depuis qu’il l’a racontée sur le plateau de l’émission diffusée sur C8.

Un humoriste devenu indésirable

D’après Jean-Marie Bigard, le fait d’avoir raconté ce sketch à la télévision aurait en effet conduit à ce que certaines de ses représentations soient parfois censurées. Début mars, il avait notamment pointé du doigt le P.-D. G. de Var-Matin Jean-Marc Pastorino, l’accusant d’avoir fait pression pour qu’il soit déprogrammé d’une série de spectacles prévus cet été dans le cadre d’un événement organisé par le groupe de presse auquel appartient le quotidien varois.

Au mois de mai, un conseiller municipal de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) qui avait contacté l’équipe de Jean-Marie Bigard afin qu’il se produise dans une salle de la commune avait révélé que le maire s’y était finalement opposé.

« M. Bigard a mimé par exemple une scène de viol dans TPMP qui a profondément heurté une autre humoriste Mme Robin, le CSA a d’ailleurs été saisi. Il nous paraît important de ne pas cautionner des gestes ou attitudes qui pourraient diviser de manière violente notre public », expliquait l’édile dans un courrier adressé au conseiller municipal ayant souhaité convier Jean-Marie Bigard.

« Laissez-nous tranquille »

Le 10 août, l’humoriste a fustigé les tentatives des « petits malins » qui cherchent à bloquer son compte Facebook en signalant ses vidéos auprès de la plateforme car ils les jugent trop vulgaires. Une nouvelle tentative de le faire taire qui a fait sortir le sexagénaire de ses gonds, celui-ci regrettant qu’il y ait encore « des gens en 2019 qui décident de ce qui est drôle pour vous ou pas ».

« Je ne comprends pas le concept ? Si tu ne m’aimes pas, tu ne regardes pas, tu ne t’abonnes pas et surtout, tu ne viens pas sur ma page ? Ici, je poste et j’écris toutes les conneries qui me font marrer et que je souhaite partager avec mes amis, de France et d’ailleurs. Ici, c’est que de l’amour et du rire, alors pourquoi tu viens nous emmerder ? »

« Je lis tous les commentaires, il y a que des gens qui veulent se détendre ici, des gens bienveillants, des filles et des mecs qui ont envie qu’on les laisse rire de tout », poursuit le natif de l’Aube. « Laissez-nous tranquille, et allez-vous faire… embrasser », conclut l’humoriste.

RECOMMANDÉ