Le couvre-feu à 18h, « c’est 10 ou 15% du chiffre en moins » pour certains commerçants

Par Emmanuelle Bourdy
5 janvier 2021
Mis à jour: 5 janvier 2021

Le couvre-feu instauré par le gouvernement à 18 heures dans de nombreux départements pour lutter contre la propagation du coronavirus ne réjouit pas les commerçants. Une réorganisation devra se faire, aussi bien du côté des commerçants que de leurs clients. Sans compter que cette nouvelle mesure va inévitablement entraîner des baisses de chiffres d’affaires.

Depuis ce samedi 2 janvier, le couvre-feu a été avancé à 18 heures dans quinze départements en France, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, ainsi que l’avait annoncé vendredi sur TF1, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Une nouvelle mesure que certains maires décrient, comme c’est le cas de Fabien Engelmann, le maire RN d’Hayange, en Moselle. Il considère en effet qu’elle est illogique et « aura des conséquences dévastatrices pour l’économie ».

Les Alpes-Maritimes et les Hautes-Alpes, entre autres, sont concernés par ce couvre-feu à 18 heures. Au micro de France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur, une boulangère d’Antibes explique : « Notre chiffre d’affaires, c’est très tôt le matin et très tard le soir. En général à la sortie du boulot, de 17 h 30 à 19 heures on fait un gros chiffre d’affaires. Comme les gens ne pourront pas finir plus tôt, ça va être très compliqué. » Elle poursuit : « La dernière heure, c’est là où on travaille le plus. » Comme tant d’autres, elle précise qu’ « il va falloir s’adapter, comme on fait depuis le début ». De plus, certains employés vont certainement être mis au chômage partiel.

Les commerçants ne sont cependant pas contraints de fermer leurs boutiques avant 18 heures, pourtant ceux-ci savent bien qu’il y aura moins de clients. Un boucher-charcutier estime que les pertes qu’il va devoir essuyer seront de « 10 à 15 % » par jour, relate France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur. Cependant, il ne sera pas parmi les plus touchés par cette nouvelle mesure gouvernementale puisque la majeure partie de ses clients viennent le matin et non en fin de journée. Il s’interroge toutefois sur une nouvelle réorganisation et déclare : « Je vais peut-être fermer les après-midis. »

Certains supermarchés ont eux aussi prévu de fermer leurs portes plus tôt que d’habitude, à 17 h 30 ou à 18 h. De ce fait, les clients devront également s’adapter en modifiant leurs habitudes. Ils devront par ailleurs prendre connaissance des nouveaux horaires d’ouverture de chaque commerce, histoire de ne pas se casser le nez devant la porte. Cela va sans doute devenir un casse-tête pour certains, ces nouvelles contraintes dans leur planning s’ajoutant à celles déjà existantes. « C’est n’importe quoi, je ne sais pas comment je vais faire pour aller faire les courses le soir », déplore l’un d’eux.

ÉLECTIONS AMÉRICAINES – Trump : des quantités massives de preuves de fraude

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ