Le directeur d’une société de valeurs mobilières chinoise est démis de ses fonctions après avoir estimé que 70 millions de personnes ont perdu leur emploi en Chine

Par Nicole Hao
4 mai 2020
Mis à jour: 4 mai 2020

L’économiste chinois Li Xunlei a récemment été démis de ses fonctions de directeur de la société de bourse chinoise Zhongtai Securities après avoir publié sur les médias sociaux une analyse selon laquelle le taux de chômage en Chine serait de 20,5 %, soit plus de trois fois le chiffre officiel annoncé par les autorités.

Selon les médias chinois, le 30 avril, Li Xunlei aurait décidé de démissionner de son poste. Ils ont également publié une prétendue déclaration dans laquelle il souligne que l’analyse n’a pas été réalisée par lui.

L’analyse a néanmoins suscité beaucoup de discussions et de débats en ligne.

Taux de chômage

Le 26 avril, un article intitulé « Quel est le taux de chômage réel en Chine » a été publié sur le compte Weibo de Li Xunlei (une plateforme similaire à Twitter). Les auteurs de l’article sont Liang Zhonghua, Zhang Chen et Su Yi, trois analystes financiers de l’Institut de recherche sur les valeurs mobilières de Zhongtai.

Zhongtai est une entreprise publique fondée en 2001. Li Xunlei est l’économiste en chef de Zhongtai, il est devenu directeur de l’institut au début de l’année 2017.

Cet article explique que les autorités chinoises ont deux systèmes de calcul du taux de chômage, mais que ces deux systèmes « ne sont pas fortement en corrélation avec le cycle économique ».

Des graphiques ont ensuite permis de comparer l’évolution du taux de chômage et de la consommation d’énergie électrique en Chine au cours des 30 dernières années, démontrant que les deux ne correspondent pas. Dans d’autres pays, les deux suivent généralement la même tendance.

Puis, l’article précise que les autorités ne comptent pas les agriculteurs et les travailleurs migrants pour calculer le taux de chômage – elles ne comptent que les travailleurs des zones urbaines.

Selon le Bureau national des statistiques de Chine, en 2018, la Chine compte 288,36 millions travailleurs migrants et 434,19 millions travailleurs dans les zones urbaines. Parmi les travailleurs migrants, 135 millions d’entre eux travaillent dans les villes, tandis que les autres travaillent dans des usines en zone rurale. Les travailleurs des zones rurales ne seraient pas comptés comme chômeurs, car ils peuvent devenir agriculteurs après avoir perdu leur emploi.

Selon le média d’État Xinhua, la Chine compte 565,88 millions personnes dont les foyers ont été enregistrés dans les zones rurales en 2018, ce qui inclut les travailleurs migrants et environ 200 millions d’agriculteurs.

L’article a ensuite calculé le taux de chômage dans chaque secteur d’activité, comme les restaurants, les constructeurs automobiles, les fabricants de vêtements, le secteur des loisirs, etc : « Actuellement, plus de 70 millions de personnes ont récemment perdu leur emploi. Le taux de chômage en Chine est d’environ 20,5 %. »

Ce chiffre est beaucoup plus élevé que le chiffre officiel. Le 17 avril, le Bureau national des statistiques de Chine a annoncé un taux de chômage de 5,9 % pour le mois de mars.

Li Xunlei

Le 30 avril, le portail web chinois Sina a publié un document interne de Zhongtai, qui a été diffusé le 16 avril. Selon ce document, Li Xunlei a été démis de ses fonctions de directeur ce jour-là.

Sina a évoqué un responsable de Zhongtai, qui aurait déclaré que Li Xunlei a démissionné pour se concentrer sur la recherche. Pour Sina, la preuve d’une telle décision est le maintien de Li Xunlei au poste d’économiste en chef à Zhongtai.

Selon Sina, Zhongtai a nommé comme nouveau directeur son directeur adjoint, Dai Zhifeng, dans la mesure où la firme a voulu promouvoir une personne plus jeune pour prendre sa direction.

Sina a ensuite publié une déclaration de Li Xunlei, dans laquelle ce dernier affirme que l’article a été écrit par d’autres et que le but était de « discuter de manière académique ». La déclaration revient également sur les conclusions de l’article, affirmant que le taux de chômage officiel était « standard ».

Le même jour, le journal d’État Beijing News a publié un article similaire à celui de Sina.

Le débat sur le taux de chômage réel a commencé.

Le 1er mai, Radio Free Asia (RFA) a cité Fan Jun, un journaliste de la province du Hebei, estimant que « le taux de chômage de 20 % ne correspond pas au taux de chômage total en Chine ». Il estime que le véritable taux de chômage est supérieur à 20 %.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ