Le discours alimentant la peur sur le climat provient d’une idéologie d’extrême gauche, selon le cofondateur de Greenpeace

Patrick Moore explique pourquoi il a quitté Greenpeace et pourquoi la carboneutralité est irréaliste
Par Isaac Teo
30 juillet 2021
Mis à jour: 31 juillet 2021

Patrick Moore n’avait que 24 ans lorsqu’il a cofondé Greenpeace au début des années 1970. Il est rapidement devenu la force motrice des nombreuses campagnes influentes du groupe d’activistes environnementaux, comme l’arrêt d’essais nucléaires, de déversements toxiques et la protection des baleines en voie de disparition.

« Cela a commencé en 1971 avec le premier voyage que nous avons fait pour arrêter les essais de bombes à hydrogène en Alaska », a déclaré à Epoch Times Patrick Moore. « Ensuite, nous nous sommes attaqués aux essais nucléaires atmosphériques de la France, dans le Pacifique Sud. »

Greenpeace a ensuite lancé la campagne « Sauvez les baleines » en 1975, suivie d’une campagne visant à mettre fin au massacre des bébés phoques pour leur fourrure en 1976, et, plus tard au cours de la même décennie, d’une campagne visant à mettre fin aux déversements de produits toxiques dans les rivières par les usines en Europe.

Mais au fur et à mesure que Greenpeace gagnait en influence, M. Moore dit qu’il commençait à voir l’organisation être détournée, par ce qu’il caractérise comme des personnes ayant une idéologie politique de gauche.

« Initialement, aucun des membres du groupe n’était là pour gagner de l’argent. Nous étions tous bénévoles », dit-il. « Mais les ultra-gauchistes ont pris le contrôle de mon organisation lorsqu’ils ont réalisé qu’il y avait beaucoup d’argent et de pouvoir à en tirer. »

Selon lui, c’est au cours de la campagne « Save The Whales » que les gens ont commencé à donner de l’argent à Greenpeace en plus grand nombre, et c’est à ce moment-là que le groupe a commencé à obtenir un compte bancaire et à louer un bureau.

« À mesure que le temps passait, vers la fin des années 1970, Greenpeace s’est transformée en une sorte d’entreprise », a-t-il déclaré. « Assez rapidement, c’est devenu une entreprise où la collecte de fonds a commencé à devenir de plus en plus importante. »

Patrick Moore conduit un bateau pneumatique, assis derrière le caméraman, le regretté Fred Easton, lors de la première rencontre de Greenpeace avec la flotte baleinière de l’Union soviétique en juin 1975. (Photo de Rex Weyler)

Lorsque M. Moore a quitté l’organisation en 1986, après 15 ans de service, « la collecte de fonds était devenue la priorité la plus importante, et ils allaient de l’avant avec une campagne pour laquelle il n’y avait aucune base scientifique », a-t-il dit.

Il a quitté Greenpeace pour des raisons « philosophiques et politiques », a-t-il dit, après avoir été directeur, président et directeur international.

« Greenpeace avait commencé avec une forte orientation humanitaire, ainsi qu’une croyance dans la sauvegarde de l’environnement », a-t-il déclaré. « ‘Green’ est pour l’environnement, ‘peace’ est pour que les gens ne soient pas tués par une guerre nucléaire, entre autres, ou par la pollution. »

Au fil du temps, la « paix » a été progressivement abandonnée, et Greenpeace, ainsi que le reste du mouvement environnemental, a dérivé vers une croyance qui considère « l’espèce humaine comme l’ennemi de la nature, l’ennemi de la terre », a déclaré M. Moore.

Epoch Times a demandé une interview à Greenpeace, mais n’a pas eu de réponse.

L’accent mis sur la collecte de fonds plutôt que sur la science

Au milieu des années 1980, M. Moore, titulaire d’un doctorat en écologie, dit qu’il s’est retrouvé le seul directeur ayant une formation scientifique formelle au sein du conseil d’administration international de Greenpeace, et le seul directeur à ne pas être d’accord avec ce que les autres allaient proposer ensuite.

« Ils étaient tous d’accord pour dire que la prochaine campagne de Greenpeace devait consister à ‘interdire le chlore dans le monde entier’. […] Ils ont appelé le chlore ‘l’élément du diable’ », a-t-il déclaré.

Dr Patrick Moore, cofondateur de Greenpeace (avec l’aimable autorisation du Dr Patrick Moore)

Patrick Moore dit avoir fait remarquer au conseil d’administration que le chlore est l’un des éléments constitutifs de la terre et qu’il est de la plus haute importance pour la santé publique, car le chlore ajouté à « l’eau potable, aux piscines et aux spas a mis fin à des maladies transmissibles par l’eau comme le choléra ».

Il a également déclaré que le chlore est essentiel pour la médecine, car 25 % des médicaments contiennent du chlore, et la chimie du chlore est essentielle à la fabrication de quelque 85 % des médicaments.

Greenpeace International a tout de même lancé la campagne, la raison étant « largement basée sur la collecte de fonds », selon M. Moore, et il a donc décidé qu’il était temps de partir.

Selon M. Moore, c’est là qu’ont commencé les histoires alarmistes de catastrophes et de malheurs imminents. « Cela commence avec les politiciens et leurs bureaucrates qui financent les scientifiques en qui on peut avoir confiance pour leur donner une bonne histoire d’épouvante. »

L’importance du dioxyde de carbone

En ce qui concerne le changement climatique, le récit continu du dioxyde de carbone comme étant une « mauvaise chose » et « détruisant le monde » est contraire à ce que la communauté scientifique a trouvé, dit M. Moore.

M. Moore est actuellement directeur de la Coalition CO2, créée en 2015 pour créer du matériel éducatif sur l’importance du dioxyde de carbone. L’organisation a publié des documents présentant des données scientifiques qui contestent que les émissions de CO2 soient à l’origine du réchauffement climatique.

Contrairement à ce que prétendent les alarmistes du climat, affirme M. Moore, « le dioxyde de carbone est à la base de toute vie sur terre. »

« Il rend les océans moins alcalins, ce qui les rend propices à la vie » et « sur terre, le CO2 favorise le verdissement de la planète puis il rend les plantes plus efficaces avec l’eau ».

En avril 2016, un article publié dans Nature financé en partie par la NASA a constaté que la fertilisation au CO2 a eu un impact significatif sur le verdissement de la planète.

« D’un quart à la moitié des terres végétalisées de la planète ont montré un verdissement significatif au cours des 35 dernières années, en grande partie en raison de l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique », peut-on lire sur le site de la NASA à propos de cette étude.

« Des études ont montré que l’augmentation des concentrations de dioxyde de carbone augmente la photosynthèse, ce qui stimule la croissance des plantes », ajoute l’article.

La carboneutralité, un « objectif politique »

M. Moore a déclaré que la pression exercée par les gouvernements du monde entier pour obtenir des émissions de carbone nulles est « un pur slogan politique ».

« Je ne sais pas comment ils pourraient réduire les émissions de CO2 s’ils ne cessent pas tous d’utiliser les combustibles fossiles », a-t-il dit, se demandant comment les secteurs des transports, de l’agriculture, des mines et de la foresterie pourraient fonctionner sans eux.

« Je crois que c’est un objectif politique inatteignable pour la société. Et je crois aussi que c’est un objectif qui entraînera des difficultés plus grandes que celles que les gens ont endurées depuis les grandes guerres, depuis les grandes épidémies du passé. »

Patrick Moore a déclaré qu’il y a une puissante convergence d’intérêts parmi les élites clés de la société occidentale qui poussent les histoires de peur environnementale.

« Cela met [les politiciens] dans les médias, et les médias gagnent beaucoup d’argent grâce au sensationnalisme, et les activistes récoltent ensuite de l’argent », a-t-il déclaré.

Hollywood joue un rôle important, puisque des célébrités se joignent à eux pour endosser le récit du changement climatique, a-t-il ajouté, ainsi que de nombreux scientifiques.

« La quasi-totalité de l’argent versé aux scientifiques qui écrivent ces articles est de l’argent public, de sorte que tout doit être approuvé par les politiciens et les bureaucrates qui travaillent pour eux », a-t-il déclaré, ajoutant que les scientifiques qui affirment le contraire sont radiés.

Dans son dernier livre, Fake Invisible Catastrophes and Threats of Doom, Moore explique comment les catastrophes et les menaces environnementales exagérées créent la peur.

« Il y a tant de propagande et tant de mensonges, mais la théorie unifiée des histoires d’épouvante, c’est ainsi que je les appelle, parce qu’elles ont quelque chose en commun – elles sont toutes basées sur des choses invisibles ou si éloignées que le citoyen moyen ne peut pas observer ce que ces gens voient, et ne peut pas vérifier ce que ces gens disent. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ