Le gouverneur de l’Oklahoma signe un projet de loi interdisant la théorie critique de la race dans les écoles publiques

Par Ivan Pentchoukov
10 mai 2021
Mis à jour: 10 mai 2021

Le gouverneur de l’Oklahoma, Kevin Stitt, a signé le 7 mai un projet de loi interdisant l’enseignement de la théorie critique de la race dans les écoles publiques et à charte de l’État.

La théorie critique de la race est une idéologie quasi-marxiste qui soutient que le racisme est enraciné aux États-Unis. Entre autres concepts, elle qualifie les personnes à la peau blanche, y compris les enfants, d’oppresseurs qui détiennent un avantage inhérent sur les autres races et devraient se sentir coupables en raison de leur « privilège ».

« Maintenant plus que jamais, nous avons besoin de politiques qui nous rassemblent, pas qui nous déchirent », a déclaré Kevin Stitt, un républicain, dans une vidéo publiée sur Twitter. « Je crois fermement que pas un centime de l’argent des contribuables ne devrait être utilisé pour définir et diviser les jeunes Oklahomans sur leur race ou leur sexe. »

Le projet de loi ne mentionne pas nommément la théorie critique de la race et interdit plutôt l’enseignement de certains des concepts racistes et sexistes promus par l’idéologie, notamment qu’« une race ou un sexe est intrinsèquement supérieur à une autre race ou un autre sexe » ou qu’« un individu, en vertu de sa race ou de son sexe, est intrinsèquement raciste, sexiste ou oppressif, que ce soit consciemment ou inconsciemment ».

Le projet de loi interdit également d’enseigner qu’« une personne doive faire l’objet d’une discrimination ou d’un traitement défavorable uniquement ou en partie en raison de sa race ou de son sexe » ou que « les membres d’une race ou d’un sexe ne peuvent pas et ne doivent pas essayer de traiter les autres sans tenir compte de leur race ou de leur sexe. »

« Rien dans ce projet de loi n’empêche ou ne décourage ces conversations », a-t-il poursuivi. « Nous pouvons et devons enseigner cette histoire sans étiqueter un jeune enfant comme un oppresseur, ni exiger qu’il ressente de la culpabilité ou de la honte en raison de sa race ou de son sexe », a ajouté M. Stitt.

Même si la nouvelle loi interdit directement l’enseignement de concepts racistes, les opposants à la mesure l’ont qualifiée de « raciste ».

« La semaine dernière, l’assemblée législative de l’État d’Oklahoma a adopté la loi HB 1775, un texte de loi carrément raciste et oppressif. En tant que mère, membre de la communauté et présidente du conseil d’administration des écoles publiques d’Oklahoma City, je suis consternée par cette tentative flagrante d’effacer l’histoire factuelle et incompréhensible qui s’est produite aux États-Unis », a écrit sur Twitter Paula Lewis, présidente du conseil d’administration des écoles publiques d’Oklahoma City.

« Notre histoire en tant que pays et en tant qu’État, si elle est racontée avec exactitude, est inconfortable et devrait être déchirante pour les Américains qui me ressemblent, blancs », a ajouté Mme Lewis, en récitant certains des concepts les plus importants de la théorie de la race critique. « La seule façon d’aller de l’avant en tant que pays et en tant qu’État est d’avoir des conversations difficiles et inconfortables, de reconnaître la vérité, de s’excuser pour les actions qui découlent de l’ignorance et de faire tout ce que nous pouvons, à la fois individuellement et collectivement, pour expier nos actions qui ont contribué à l’oppression de nos frères et sœurs afro-américains, hispaniques, indigènes et autres personnes de couleur ! »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ