Le gouverneur du Texas ordonne aux agences de poursuivre l’administration Biden pour ses actions en faveur du climat, car elles « suppriment les emplois »

Par Tom Ozimek
30 janvier 2021
Mis à jour: 30 janvier 2021

Le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, s’est engagé jeudi de s’opposer à ce qu’il a appelé une tentative de l’administration Biden de détruire des emplois avec sa série d’actions visant l’industrie du pétrole et du gaz.

M. Abbott a signé un décret lors d’une conférence de presse à Odessa jeudi, qui ordonne à toutes les agences de l’État de poursuivre l’administration Biden pour toute action fédérale qui menace le secteur énergétique de l’État de l’étoile solitaire (surnom donné au Texas).

« Le Texas va protéger l’industrie pétrolière et gazière de tout type d’attaque hostile lancée depuis Washington D.C. », a déclaré M. Abbott. « L’adhésion du président Biden au ‘new deal’ écologique est un abolisseur d’emplois au Texas. Il faut également mettre un terme à l’indépendance énergétique que le Texas a pu assurer aux États-Unis d’Amérique, et le Texas ne va pas rester les bras croisés en regardant l’administration Biden abolir des emplois à Midland, à Odessa ou dans tout autre endroit de la région », a-t-il ajouté.

L’ordonnance du gouverneur Abbott (pdf) fait suite à une série de mesures prises par le président américain Joe Biden au nom de la lutte contre le « changement climatique ». Il s’agit notamment de la décision de révoquer l’autorisation pour le Keystone Pipeline, de la décision de rejoindre l’accord de Paris sur le climat et d’un moratoire sur l’octroi de nouvelles concessions pétrolières et gazières sur les terres et les eaux fédérales.

Bien que les actions de Biden aient soulevé l’indignation des républicains, des groupes industriels et même de certains démocrates, l’envoyé spécial du président pour le climat, John Kerry, a déclaré lors d’un point de presse mercredi à la Maison-Blanche que M. Biden voulait s’assurer que les travailleurs de l’industrie de l’énergie « aient de meilleurs choix » dans des emplois qui « paieront mieux » et seront « plus propres », en donnant l’exemple d’être un technicien de l’énergie solaire au lieu d’être un mineur. M. Kerry a également affirmé qu’il est faux de croire que « s’occuper du climat » se fait au détriment des travailleurs de l’énergie, ajoutant qu’il y a « beaucoup d’argent à gagner » dans la création de nouveaux emplois « plus sains » dans des secteurs tels que l’hydrogène vert, le chauffage géothermique et d’autres énergies renouvelables.

L’envoyé spécial du président pour le climat, John Kerry, s’exprime lors d’un point de presse à la Maison-Blanche à Washington, le 27 janvier 2021. (Drew Angerer/Getty Images)

Le leader de la minorité au Sénat, Mitch McConnell (Parti démocrate, Kentucky), a critiqué jeudi les actions de l’administration Biden en matière de politique énergétique qu’il a collectivement qualifiées de « new deal écologique au coup par coup ».

« Il n’y a rien d’écologique dans un tsunami de lettres de licenciement pour les travailleurs américains, ou dans le fait de transporter du brut canadien dans des camions et des trains au lieu d’un pipeline », a déclaré Mitch McConnell au Sénat. « Ce New Deal écologique au coup par coup n’est pas la bonne solution : il est mauvais pour l’environnement, mauvais pour la sécurité nationale et surtout pour les travailleurs américains, qui seront bientôt d’anciens travailleurs américains si cela continue. »

« Mettre délibérément nos propres citoyens au chômage, réduire notre sécurité énergétique nationale, augmenter les coûts et les prix pour les familles de travailleurs – tout cela sans impact significatif sur les températures mondiales », a ajouté M. McConnell.

M. McConnell a également cité une étude (pdf) de la société de conseil en énergie OnLocation, qui a conclu que l’interdiction des concessions pétrolières et gazières de Biden entraînerait la perte de près d’un million d’emplois d’ici 2022.

« La décision sur les terres fédérales nous fera perdre près d’un million d’emplois américains rien que l’année prochaine », a déclaré M. McConnell au Sénat. « C’est une sacrée façon de lancer une présidence. »

Mais le Texas est « prêt à riposter », a déclaré M. Abbott, dont le décret ordonne à chaque agence d’État « d’utiliser tous les pouvoirs et outils légaux pour contester toute action fédérale qui menace la force et la vitalité continues de l’industrie énergétique. Chaque agence d’État devrait s’efforcer d’identifier les litiges potentiels, les possibilités de notification et de commentaires, et tout autre moyen d’empêcher les ingérences et les interventions excessives du fédéral dans le cadre de la loi ».

M. Abbott a également déclaré qu’il soutiendrait une législation qui interdirait aux villes de bannir les appareils à gaz naturel, une mesure qui, selon lui, a été prise récemment à San Francisco.

« Au Texas, nous ne laisserons pas les villes utiliser le politiquement correct pour vous dicter quelle source d’énergie vous utilisez », a-t-il déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ