Le « Great Reset », le sombre secret qui pousse les grandes entreprises à s’impliquer dans la nouvelle guerre contre les conservateurs

Par Justin Haskins
22 avril 2021
Mis à jour: 22 avril 2021

Ces derniers mois, des centaines de grandes entreprises et institutions financières se sont ralliées à des causes progressistes et ont même mis en place des politiques attaquant directement les conservateurs ou leurs opinions.

Par exemple, le 14 avril, des centaines des plus grandes entreprises et institutions financières du monde, dont Amazon, Google, Netflix et Starbucks, ont signé une déclaration s’opposant à la « législation discriminatoire » visant à rendre les élections plus sûres – ce qui semble faire référence à des réformes de bon sens comme celles récemment adoptées en Géorgie, qui exigent que les électeurs fournissent un permis de conduire ou une carte d’identité pour prouver leur identité avant de voter.

De même, la Major League Baseball a récemment annoncé qu’elle déplaçait son All-Star Game annuel hors de Géorgie en guise de protestation contre les nouvelles exigences électorales de l’État.

En février, Coca-Cola aurait dispensé à ses employés une formation radicale sur la diversité qui leur demandait d’ « essayer d’être moins blancs », ce qui, selon des diapositives de la présentation qui ont fuité, implique d’être « moins oppressif » et nécessite de « rompre avec la solidarité blanche ».

En février et mars, les six plus grandes banques des États-Unis ont annoncé qu’elles introduiraient progressivement une exigence de financement à zéro émission de dioxyde de carbone pour toutes leurs activités commerciales, ce qui rendrait impossible pour les entreprises de combustibles fossiles – ainsi que pour toute autre entreprise qui refuse de « passer au vert » – d’obtenir un prêt ou de bénéficier de divers autres services financiers auprès des plus grandes banques du pays. De nombreuses autres banques, plus petites, ont également signé.

Pourquoi tant de grandes entreprises et institutions financières adoptent-elles des causes de gauche, se mettant ainsi à dos des dizaines de millions d’Américains conservateurs ? Bien qu’il y ait probablement plusieurs raisons importantes, la plus importante est le copinage – mais pas nécessairement le genre d’accords de couloir à l’ancienne entre les dirigeants d’entreprise et les politiciens auxquelles nous sommes tous habitués.

Ces dernières années, des changements spectaculaires dans la politique monétaire, associés à une plus grande coordination entre les banquiers, les investisseurs, les fonctionnaires et les entreprises, ont ouvert une ère entièrement nouvelle de copinage et de centralisation des décisions économiques et sociales, qui présente des dangers importants pour la liberté individuelle.

À la base de ce changement, il y a la récente augmentation rapide de l’impression de monnaie par les banques centrales aux États-Unis et en Europe, ce qui a augmenté la masse monétaire de milliers de milliards de dollars en quelques années seulement. Lorsque les responsables gouvernementaux ont réalisé qu’ils pouvaient désormais dépenser presque tout l’argent qu’ils voulaient sans avoir à augmenter les impôts et que les banques ont appris qu’elles pouvaient obtenir à la demande un flux constant de liquidités nouvellement imprimées par les banques centrales, ces deux groupes puissants sont arrivés à la conclusion qu’ils pouvaient gérer efficacement la plupart des activités économiques sans avoir à adopter une multitude de nouvelles lois, taxes et restrictions.

Plutôt que de résister à ces changements, les grandes entreprises et les investisseurs savent qu’ils peuvent tirer d’immenses bénéfices de cet arrangement. Tout ce qu’ils ont à faire, c’est de jouer le jeu en acceptant de se plier aux caprices des banques centrales, des gouvernements d’Amérique du Nord et d’Europe, et de leurs alliés politiques – dont la plupart sont des groupes militants de gauche et des syndicats.

Je sais que cela peut ressembler à une folle théorie de conspiration de droite, mais les preuves sont assez accablantes. En juin 2020, le Forum économique mondial, en collaboration avec des PDG et présidents de grandes entreprises, de puissants banquiers, des institutions internationales, des dirigeants syndicaux et des activistes, a lancé le « Great Reset » (grande réinitialisation), un plan visant à remanier l’ensemble de l’économie mondiale.

« Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer, et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée », a écrit Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, dans un article consacré à cette initiative. « En bref, nous avons besoin d’une ‘grande réinitialisation’ du capitalisme. »

Comment, exactement, est-il prévu que cette transformation se produise ? Exactement comme nous le voyons se dérouler actuellement. Les entreprises et les banques sont censées imposer des politiques de justice sociale de gauche à la société, et elles sont récompensées par les gouvernements, les banques centrales et les investisseurs, qui, à leur tour, réalisent également de gros profits grâce aux nouveaux flux d’argent imprimé par les gouvernements.

Nous savons que cela se produit non seulement parce que les entreprises et les banques ont déjà commencé à s’aligner sur les objectifs de gauche, et ce même si elles savent que cela frustrera une grande partie de leur clientèle, mais aussi parce que les entreprises ont largement adopté les normes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), qui systématisent les objectifs de justice sociale au sein de leurs entreprises.

Selon un rapport (pdf) de KPMG, des milliers d’entreprises dans le monde ont déjà mis en place des systèmes de rapports ESG ou de durabilité, dont 98 % des grandes entreprises aux États-Unis.

En outre, des groupes tels que les Principes pour l’investissement responsable (PRI) ont réussi à convaincre plus de 3 000 investisseurs et groupes d’investisseurs d’accepter de soutenir les entreprises qui adoptent des systèmes de normes environnementales, sociales et de gouvernance. Les signataires des PRI contrôlent plus de 100 000 milliards de dollars de richesses, il y a donc fort à parier que lorsqu’ils parlent, les grandes entreprises les écoutent.

Par le passé, les entreprises se tenaient à l’écart de la plupart des débats politiques et idéologiques, car s’aliéner d’énormes segments de la société n’est généralement pas une bonne recette pour réussir dans une économie de marché. Mais maintenant que des billions de dollars affluent dans les institutions financières et les banques, il est beaucoup plus logique financièrement pour les entreprises de se déplacer vers la gauche que de rester neutres.

Des dizaines de millions de clients conservateurs contrôlent collectivement une quantité substantielle d’argent, c’est certain, mais c’est une goutte d’eau dans l’océan comparé aux gens qui ont signé pour le PRI et qui passent leurs hivers à skier avec George Soros à Davos.

Les entreprises se déplacent vers la gauche pour une raison, et ce n’est pas parce qu’elles se sont soudainement converties à Bernie. Le Great Reset, comme tant d’autres mouvements dans l’histoire, est une question d’argent et de pouvoir – et ces jours-ci, il y a beaucoup d’argent et de pouvoir disponibles pour les élites de la classe dirigeante.

Justin Haskins est le co-directeur du projet Stopping Socialism au Heartland Institute, où il est également chercheur et directeur éditorial.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ