Le guépard saharien, disparu depuis plus de 10 ans, réapparaît dans le grand sud algérien

Par Epoch Times avec AFP
19 mai 2020
Mis à jour: 20 mai 2020

Après une longue absence, le guépard saharien est de nouveau réapparu dans le parc culturel de l’Ahaggar en Algérie.

Disparu depuis plus de dix ans, le guépard saharien (Acinonyx jubatus hecki), appelé également Amayas, est de nouveau réapparu dans le parc culturel de l’Ahaggar, dans la région de Tamanrasset, à l’extrême sud de l’Algérie, rapporte l’agence de presse officielle APS.

Une espèce menacée d’extinction

Ce félin qui figure sur la liste rouge des espèces menacées d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), a été observé récemment par les équipes scientifiques de l’Office du parc culturel de l’Ahaggar (Onpca), à 2 000 km au sud d’Alger, a précisé lundi 18 mai un responsable des parcs, Salah Amokrane.

M. Amokrane s’exprimait à l’occasion de la présentation d’un court métrage documentaire sur les missions de recherches scientifiques et les images du guépard prises dans l’Atakor, au cœur du parc de l’Ahaggar, le deuxième plus grand parc national d’Algérie.

Une cinquantaine d’agents mobilisés

Cette mission de recherche, étalée sur plusieurs années, a mobilisé « une cinquantaine d’agents de l’Onpca de différentes spécialités pendant 120 jours et 40 caméras fonctionnant en continu générant ainsi une nouvelle banque de données de plus de 230 000 photos qui sont à l’étude », a expliqué M. Amokrane.

Selon les Nations unies, il ne resterait que 10 % de la population africaine de guépards, soit 7 100 spécimens vivant encore dans leur habitat naturel. Le guépard saharien ne compte pas plus de 200 individus à travers le monde. En 2012, les spécialistes du félin de l’UICN avaient estimé leur nombre à 37 en Algérie.

 

— Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsable envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ