Le leader d’un kidnapping sera-t-il en liberté conditionnelle 40 ans après avoir enlevé 26 enfants et les avoir enterrés vivants?

Par Richard Szabo
10 octobre 2019 Mis à jour: 10 octobre 2019

Les autorités californiennes ont refusé d’accorder la libération conditionnelle à un homme reconnu coupable d’un détournement d’autobus scolaire inspiré d’un personnage d’un film policier des années 1970.

Le service correctionnel et de réadaptation a confirmé que lors des audiences, la Commission des libérations conditionnelles avait rejeté la demande de libération conditionnelle de Frederick Woods, 67 ans, pour la 17e fois d’affilée.

Mr Woods est le dernier détenu d’un trio emprisonné à vie après avoir détourné un autobus scolaire rempli d’enfants près de Chowchilla. Les ravisseurs ont exigé une rançon de 5 millions de dollars pour sauver les victimes en 1976.
Le trio aurait planifié l’enlèvement pendant plus d’un an.

Les deux autres anciens détenus, les frères Richard et James Schoenfeld, ont obtenu leur libération conditionnelle respectivement en 2012 et 2015.

L’Associated Press (AP) a rapporté que le trio, tous issus de familles aisées de la région de la baie, a enterré les élèves de l’école primaire de Dairyland et le chauffeur Frank Edwar.

L’autobus revenait d’une sortie à la piscine locale lorsque leur route a été barrée par trois hommes armés et deux fourgonnettes blanches à 16 h, heure locale.

M. Woods, qui s’est dit inspiré par le personnage du Scorpio Killer du film d’action à grand succès L’Inspecteur Harry (Dirty Harry) de 1971, le visage masqué par des collants, a sorti son arme et a dit au chauffeur de se taire et de se mettre au fond, selon le Daily Mail.

Les occupants ont été chargés dans deux fourgonnettes et ont roulé pendant 11 heures, forçant les enfants effrayés à se souiller sur eux-mêmes.

« Je me sentais comme un animal qui allait à l’abattoir », a déclaré Jennifer Brown Hyde, 9 ans à l’époque, d’après le Daily Mail.

Un autre ancien élève, Larry Park, se souvient s’être assis dans le noir, se demandant « comment on se sent quand on meurt ».

Lorsque les camionnettes se sont finalement arrêtées dans une carrière près de Livermore, les ravisseurs ont forcé le conducteur et les enfants à monter dans une remorque enterrée à près de 4 mètres sous terre.

Les enfants devaient donner leur nom et remettre un de leur vêtement. Ensuite, ils ont dû descendre par une échelle dans la remorque souterraine, qui était équipée de matelas, de nourriture, d’eau et de ventilateurs. Les victimes se sont libérées en creusant un passage un jour plus tard, selon AP.

Les auteurs ont été condamnés à la réclusion à perpétuité pour avoir enlevé des enfants âgés de 5 à 14 ans. Pourtant, une cour d’appel a par la suite commué leur peine à la perpétuité, mais avec possibilité de libération conditionnelle.

James a dit un jour aux agents de libération conditionnelle qu’il enviait ses amis qui avaient « des Ferrari », et qu’il était « devenu avare », selon AP.

Les procureurs ont indiqué que M. Wood avait commis des infractions disciplinaires qui justifiaient son maintien en prison, contrairement aux deux frères Schoenfeld. La commission a décrit le détenu comme un fauteur de troubles, selon le Daily Mail.

La dernière audience de libération conditionnelle de M. Wood était prévue pour novembre 2021, mais elle a été reportée en raison d’un conflit d’intérêts qui aurait affecté son droit à une audience équitable. La juge de district américaine Claudia Wilken a ordonné que la nouvelle audience ait lieu dans les six mois.

M. Wood peut faire une demande de libération conditionnelle dans un délai de cinq ans.

RECOMMANDÉ