Le maire communiste Fabien Roussel salue les élus qui refusent des salles de meeting à Marine Le Pen et Éric Zemmour

Par Emmanuelle Bourdy
25 novembre 2021
Mis à jour: 25 novembre 2021

Ce dimanche 21 novembre, le candidat PCF à l’élection présidentielle Fabien Roussel a mentionné que « tous les démocrates de ce pays » avaient « une vraie responsabilité », signifiant par là qu’ils devaient « faire en sorte que ces candidats ne puissent pas demain avoir voix au chapitre ». L’homme politique faisait notamment allusion à Marine Le Pen et Éric Zemmour.

« Ils ont eu le courage de dire ‘Pas de ça chez moi’ », a souligné le candidat communiste à l’élection présidentielle Fabien Roussel, ce dimanche 21 novembre. Invité sur le plateau de France 3 dans l’émission Dimanche en politique, le candidat communiste a en effet tenu à féliciter certains maires, qui ont eu selon lui, l’aplomb de refuser de mettre à disposition des salles de meeting à Marine Le Pen et Éric Zemmour, bien que ce dernier ne se soit pas encore officiellement présenté comme candidat à la présidentielle de 2022. L’éditorialiste Nathalie Mauret venait d’interroger Fabien Roussel sur la question de modifier la méthode de parrainage à l’élection présidentielle, face aux candidats qui, sur environ 30 départements, avaient du mal à recueillir les 500 signatures auprès des maires.

Sous prétexte que la France « soit prise en main par l’extrême droite »

Concernant les maires dont Fabien Roussel a souligné le courage, il a expliqué qu’il s’agissait de la maire de Genève Frédérique Perlier et du maire de Londres Sadiq Khan. La première a clairement fait savoir qu’elle ne voulait pas mettre de salle à la disposition d’Éric Zemmour, désireuse de ne pas se rendre « complice de la propagation de ses messages haineux » selon elle. Sadiq Khan a quant à lui annulé la conférence d’Éric Zemmour, qui devait initialement se tenir à la Royal Institution à Londres le 19 novembre dernier. L’édile avait indiqué la veille que « toute personne désireuse de diviser nos communautés et d’inciter à la haine […] n’était pas la bienvenue ».

Le secrétaire national du Parti communiste français et député du Nord a encore pointé le « risque », « que la France, la République, soit kidnappée, soit prise en main par l’extrême droite ». Et il incombe à « tous les démocrates de ce pays » la responsabilité « de faire en sorte que ces candidats ne puissent pas demain avoir voix au chapitre », a-t-il encore décrété. Il tient à ce que « le débat » en France soit « un débat républicain ».


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ