Coronavirus: le médecin chinois qui avait tenté de sauver des vies, mais avait été réduit au silence, est mort

Par Nicole Hao
7 février 2020 Mis à jour: 7 février 2020

Li Wenliang, l’un des huit dénonciateurs qui ont été les premiers à publier des informations sur l’épidémie de coronavirus en décembre 2019, mais qui ont ensuite été réprimandés par les autorités chinoises, est mort du coronavirus le 6 février au soir. Il avait 34 ans.

Lui et plusieurs médecins de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, ont alerté le public sur la maladie avant que les autorités ne la confirment.

Les médias d’État ont initialement rapporté la mort de Li Wenliang vers 21 h 30 jeudi soir. Cependant, à 2 h 25 (heure de Chine) le 7 février, le média chinois Caixin a publié un rapport, citant des sources de l’hôpital où il était soigné, selon lequel Li Wenliang était toujours en cours de réanimation. Le rapport indique que Li Wenliang a subi une opération d’oxygénation extracorporelle par membrane (ecmo) à 21 heures jeudi.

À minuit, les infirmières de l’hôpital ont déclaré qu’il était toujours en vie mais dans une situation critique.

À 3 heures du matin, les internautes ont commencé à se plaindre de la censure chinoise qui supprimait les articles de presse et les messages des médias sociaux liés à la mort de Li Wenliang. Dans un article publié dans les médias sociaux peu avant 4 heures du matin, le People’s Daily a rapporté qu’il était mort à 2 h 58 vendredi matin.

Révéler la vérité

Le 30 décembre 2019, Li Wenliang a posté un message sur WeChat, une plateforme populaire de médias sociaux, à propos de sept patients de l’hôpital central de Wuhan, où il travaillait, chez qui on a diagnostiqué une maladie de type pneumonie et qui étaient en quarantaine. Il a publié le message sur un groupe de discussion créé pour les anciens élèves de sa faculté de médecine.

Li Wenliang, un ophtalmologue, a voulu avertir ses anciens camarades de classe et ses amis de la maladie, car les sept patients avaient visité le marché des fruits de mer de Huanan. Depuis, les autorités chinoises ont déclaré que le marché pourrait être à l’origine de l’épidémie, bien qu’elles poursuivent leur enquête.

Une capture d’écran de son message est devenue virale sur le réseau Internet chinois en quelques heures.

Li Wenliang. (Avec l’aimable autorisation de Li Wenliang)

Selon le Beijing Youth Daily, un média d’État, Li Wenliang a été convoqué par des responsables de son hôpital et a été prié d’expliquer la situation le 31 décembre. Plus tard dans la journée, le gouvernement de la ville de Wuhan a annoncé qu’il y avait une épidémie de « pneumonie inconnue ».

Le 1er janvier, les responsables de Wuhan ont déclaré dans une déclaration publiée sur Weibo, une plateforme de type Twitter, qu’ils avaient « pris des mesures juridiques » contre huit personnes, dont Li Wenliang, qui ont « répandu des rumeurs » sur la maladie, ce qui « a provoqué des effets néfastes sur la société ».

Deux jours plus tard, la police de Wuhan a appelé Li Wenliang au poste de police, où il a été réprimandé pour « diffusion de rumeurs ». Li Wenliang a été contraint de signer une « déclaration d’aveux », dans laquelle il promettait de ne plus commettre d’« actes illégaux ».

Après avoir été libéré du poste de police, Li Wenliang a été autorisé à retourner au travail. Un de ses patients était infecté par le coronavirus et lui a transmis le virus.

Le 10 janvier, Li Wenliang a commencé à tousser. Le 12 janvier, Li Wenliang a été hospitalisée. Son état s’est rapidement détérioré. Il a rapidement été mis sous oxygène et envoyé à l’unité de soins intensifs (ICU) pour un traitement complémentaire.

Le 31 janvier, Li Wenliang a posté son premier message Weibo depuis son retour du poste de police. Il a expliqué comment les autorités ont fait pression sur lui pour qu’il garde le silence.

Depuis lors, Li Wenliang est apparu dans plusieurs interviews des médias chinois, affirmant à plusieurs reprises : « Il est très important de faire connaître la vérité au public », afin d’éviter que d’autres personnes ne contractent le virus.

Le 1er février, il a été diagnostiqué porteur du virus. Ses deux parents ont également été infectés.

Un médecin désinfecté par son collègue dans un hôpital de Wuhan, en Chine, le 3 février 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Le nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV) fait partie de la même famille d’agents pathogènes que le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), une maladie contagieuse qui a éclaté à Chin et a tué des centaines de personnes en 2003, et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), une maladie respiratoire virale qui a tué plus de 500 personnes dans le monde depuis 2012.

Le premier patient de Wuhan a présenté des signes et symptômes début décembre. Des semaines plus tard, il y a eu un cas de transmission inter-humaine.

Mais les autorités n’ont pas informé le public que le virus était contagieux avant le 20 janvier. Depuis, le virus s’est répandu dans toute la Chine et dans des dizaines de pays, avec plus de 600 décès officiellement signalés en Chine. Les experts de la santé et les habitants ont fourni des témoignages laissant entendre que le nombre réel d’infections et de décès est bien plus élevé que ce que les autorités disent.

RECOMMANDÉ